07/09/2018 06:24

Booba et Kaaris: Le parquet a requis un an de prison avec sursis contre les rappeurs - La décision est mise en délibéré et sera rendue le 9 octobre

Le parquet a requis jeudi soir un an de prison avec sursis contre les rappeurs Booba et Kaaris pour leur rixe à l'aéroport d'Orly, et réclamé des peines allant jusqu'à huit mois d'emprisonnement ferme pour les membres de leurs clans respectifs.

Les deux rivaux sont "tous deux responsables" de la rixe du 1er août, lors de laquelle ils ont "perdu toute lucidité", a estimé le procureur. Ce sont eux qui ont échangé les premiers coups et ils ont "entraîné leurs gardes rapprochées" dans la bagarre, a-t-il dénoncé devant le tribunal correctionnel de Créteil. Le procureur a réclamé la relaxe d'un membre de l'équipe accompagnant Booba, qui s'est tenu à l'écart de la cohue.

Pour les huit autres membres des deux clans, il a requis entre six mois de prison avec sursis et huit mois ferme, en fonction de la gravité des violences et des antécédents de chacun. Les principaux responsables de la bagarre restent les deux rappeurs, a-t-il argué. Booba "porte le premier coup de pied", a noté le procureur, mais c'est Kaaris "qui se lève et va au contact".

Ensuite, "chacun des accompagnants ne peut pas faire autrement qu'intervenir".

Si chacun devait embarquer dans le même avion pour Barcelone, l'enquête ne permet pas de démontrer un guet-apens de la part d'un des deux camps, selon le parquet. Loin du coup marketing, "cette rencontre est fortuite", a estimé le procureur.

"Sous le regard des passagers et des réseaux sociaux, cette rencontre ne pouvait que se conclure par une confrontation physique", a regretté le magistrat. Booba et Kaaris "se sont créé des personnages forts, puissants violents, excessifs et déterminés", a-t-il décrit.

Booba, Elie Yaffa de son vrai nom, et Kaaris, Gnakouri Okou à l'état-civil, entretiennent depuis des années une rivalité à coups de "clashs" sur Internet.

Dans ce contexte, "baisser les yeux, détourner le regard, ignorer l'autre, c'est déjà perdre la face", a résumé le procureur.

Il a fustigé deux hommes qui "ont perdu toute lucidité", mus par la peur de "devenir la risée de leur entourage, mais aussi la risée d'internet". "Je souhaite simplement que cette audience les renvoie tous à leurs responsabilités", a poursuivi le magistrat, en rappelant que les deux rappeurs étaient également "chefs d'entreprise" et "pères de familles".

"Le retour à la réalité est cruel", a-t-il conclu, "il illustre que leurs avatars sont un peu plus courageux qu'eux".

.

Jeudi 6 septembre

.

18h49: L'avocat des Aéroports de Paris se dit "choqué" par la violence des images de vidéo surveillance, alors que "des enfants sont situés à moins d'un mètre.

18h05: Le tribunal a quelques difficultés pour l'identification des prévenus sur les vidéos: "Vous distinguer n'est pas simple",reconnaît la présidente.

17h48: Les extraits des caméras de vidéosurveillance de l'aéroport d'Orly sont en cours de visionnage.

L'avocat de Kaaris montre du doigt le rappeur Booba, arrivé à 14h52 dans le hall 1. Ce dernier répond: "C'est peut-être moi, mais je ne me reconnais pas." 
Alors que le ton monte, la présidente demande de garder son calme.

17h16: Le rappeur Kaaris, jugé pour sa rixe avec son rival Booba à l'aéroport d'Orly début août, a présenté ses excuses jeudi à l'ouverture de son procès devant le tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne).

"C'est pas bien ce qui s'est passé en fait, je présente mes excuses aux personnes choquées par les images", a-t-il déclaré à la barre, en préalable à l'examen de l'affaire.

"Quelques minutes avant, je faisais des photos avec des familles. (...) Comme j'ai toujours dit, je ne suis pas à l'origine de cette rixe", a assuré l'artiste, en chemise blanche immaculée.

"J'ai donné des coups pour me défendre", a-t-il complété, en prônant désormais "l'apaisement".

Booba, chemise à carreaux, n'a lui fait aucun commentaire à la barre.

Marqué par la présence de nombreux fans à l'extérieur de la salle et une forte présence policière, le procès des deux rivaux a subi un faux-départ. Le tribunal n'avait pas prévu de traducteur pour un proche de Booba, le rappeur Gato Da Bato.

Cette rixe à Orly a déjà valu trois semaines de détention provisoire à Booba et Kaaris. Ils sont poursuivis pour violences aggravées et vols en réunion, avec neuf membres de leurs clans respectifs impliqués dans la bagarre. Tous risquent jusqu'à 10 ans de prison.

17h06: Plusieurs prévenus ont présenté des certificats médicaux mentionnant des jours d'arrêt de travail à la suite de la bagarre. Booba, notamment, a présenté un arrêt de travail de 7 jours , avec des ecchymoses au niveau du crâne.  

17h01: La demande de renvoi est rejetée, l'audience a repris -La présidente précise que l'audience sera à nouveau interrompue d'ici peu de temps afin d'installer les écrans qui serviront à visionner les vidéos extraites des caméras de surveillance de la boutique de duty-free.

16h38: L'audience est suspendue - Le tribunal se retire pour examiner les questions de nullité

16h13: Après les avocats de Booba, ce sont les avocats de Kaaris qui demandent la nullité de l'audience

15h56: Les avocats de Booba demandent la nullité de l'audience. Motif : ils n'ont pas eu accès au dossier dans les délais avant le procès

15h20: L'audience a repris. Un interprète a finalement été trouvé, la présidente poursuit la présentation des infractions à chacun des prévenus.

15h11: L'audience une nouvelle fois suspendue suite à un problème de vocabulaire de l'interprète

15h08: Yassine Yakouti, un des avocats de Kaaris, a indiqué que "l'affaire sera prise et plaidée dans son entièreté aujourd'hui"

15h02: Selon FranceInfo, le traducteur appelé pour le proche de Kaaris a affirmé qu'il n'est "pas compétent", après avoir traduit deux phrases. L'homme en question n'était apparemment pas traducteur professionnel, mais greffier.

La Présidente a voulu gagner du temps sur l'audience en faisant appel à ce greffier, mais un vrai traducteur est en route. 

15h50: Une fan du rappeur Booba s'est déplacée au tribunal de Créteil pour soutenir son artiste, avec un T-Shirt où est inscris "FreeBooba" et "Libérez le Duc". 

14h48: Après avoir été suspendue pendant plusieurs minutes, l'audience a repris

14h11: L'audience est suspendue - Un des prévenus, le rappeur Gato da Bato, qui est d'origine haïtienne, a besoin d'un interprète

14h05: Le procès a débuté au tribunal de Créteil. Contrairement à leur première comparution, les prévenus ne sont pas dans les box vitrés. Ils sont installés sur les bancs face à la présidente et les deux juges assesseurs.

13h40: Peu de temps avant le début du procès, Maître Kaminsky, l’avocat de Kaaris, a pris la parole. "Il est clair et avéré que mon client n’est pas à l’origine de la rixe", a-t-il indiqué. 

13h25: Vincent Vantighem, journaliste à 20minutes, explique sur son compte Twitter que pour "la "sérénité des débats", la présidence de l'audience demande que les journalistes ne tweetent pas pendant les débats".

12h58: Booba et Kaaris sont arrivés au tribunal. De même que les onze autres prévenus.

12h50: De nombreuses personnes sont au tribunal afin d'assister au procès de Booba et de Kaaris. Un très gros dispositif policier a été mis en place.

12h00: A sept contre quatre, le clan Booba affronte celui de Kaaris, au milieu de passagers éberlués et de leurs smartphones. La boutique de duty free à proximité sert de réservoir à projectiles. Bilan: quelques blessés légers, plusieurs vols retardés et plus de 50.000 euros de préjudice. Aéroports de Paris, Air France et le propriétaire de la boutique ont porté plainte.

Selon la police, la vidéosurveillance de l’aéroport montre que Booba a porté le premier coup. Mais en garde à vue, le rappeur a assuré avoir reçu un projectile alors qu’il tentait de «contourner» Kaaris. «Ensuite, c’est parti», a-t-il expliqué aux enquêteurs.

Kaaris a, lui, rapporté des insultes, qui le visaient lui, sa femme et sa fille et auraient précédé les coups.

«Sa version est confortée par les éléments matériels du dossier», estime Me Kaminski. «Sur la légitime défense, je pense qu’on rentre dans les critères de la loi». L’avocat compte notamment s’appuyer sur une vidéo Snapchat, diffusée par une fan de Booba juste avant l’altercation. On y voit le Boulonnais dans l’aéroport, affirmer pince-sans-rire: «C’est la garde à vue qui m’attend».

«Cela démontre ses intentions», estime l’avocat. «Dans sa toute puissance, Booba n’imaginait pas que tout ça se terminerait en prison».

11h57: De son côté, Kaaris a vécu sa détention provisoire comme «une injustice», explique à l’AFP son avocat David-Olivier Kaminski. À 38 ans, le rappeur de Sevran (Seine-Saint-Denis) soigne désormais son image de père de famille, en s’affichant avec sa fille sur Instagram.

Face aux enquêteurs, les deux anciens complices devenus rivaux avaient joué la carte de la «légitime défense» pour justifier leur coup de sang du 1er août.

Ce jour-là ils, doivent prendre le même avion pour Barcelone: ils sont chacun attendus sur scène le soir même, dans deux clubs séparés de seulement quelques mètres - une pure coïncidence, selon les deux camps.

Mais dans la salle d’embarquement, la haine recuite entre les deux rappeurs explose. Depuis plusieurs années, «B2O» et son ancien poulain «K2A» - ils ont collaboré en 2012 sur le titre «Kalash» - s’invectivent sur les réseaux sociaux et par vidéos interposées.

11h54: Leur bataille rangée avait transformé un hall de l’aéroport d’Orly en arène début août et retardé plusieurs vols: Booba et Kaaris, ennemis jurés du rap français, sont jugés jeudi à Créteil pour une rixe qui leur a déjà valu trois semaines de prison.

Libérés fin août, ils comparaissent devant le tribunal correctionnel qui avait ordonné leur placement en détention provisoire. Neuf membres de leurs clans respectifs impliqués dans la rixe sont également poursuivis pour violences aggravées et vols en réunion. Tous risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Depuis leur libération, Booba, de son vrai nom Elie Yaffa, et Okou Gnakouri, alias Kaaris, ont versé chacun une caution de 30.000 euros, ont interdiction de quitter la France et se tiennent à carreau.

Star du rap hexagonal, Booba a promis un comportement «irréprochable». Installé à Miami, l’autoproclamé «duc de Boulogne», 41 ans, n’a pas revu ses deux enfants depuis début août. Et connaît le prix de la prison: il y a passé 18 mois à la fin des années 90, pour avoir braqué un chauffeur de taxi.

«Quand ils verrouillent ta cellule, tu te sens comme une merde. Ce sentiment d’impuissance c’est très fort. (...) Un jour, j’en parlerai à mes enfants», confiait-il en juin au Monde, en évoquant cet épisode.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de B612
7/septembre/2018 - 16h57

Un an avec sursis, alors qu'ils risquaient 7 ans de prison et 100.000 euros d'amende, ils s'en sortent bien... Ils vont avoir l'air fin ensuite s'ils crachent sur la Justice de leur pays dans leurs textes. smiley

Portrait de geneve
7/septembre/2018 - 14h27

J'espère qu'ils n'oublieront pas les dégâts commis par ces nuls !!! 

Portrait de Dragon75
7/septembre/2018 - 02h25 - depuis l'application mobile
robert75xx a écrit :

y a une différence entre un style de music , et de la racaille qui gangrène la france ,et qui appelle la plupart du temps à tuer des policiers  et des  chrétiens et prennent les femmes pour des putes si elle n'ont pas de voile , c'est triste d’être un jeune con écervelé qui passe sa vie sur instagram  

@robert75xx c’est triste d’être bête à ce point là!!! Excuse moi, mais Johnny n’a pas eut chaud lorsque le Vatican a menacé de l’excommunier? Les Beatles Lucy tu dois connaître les initiales? Mai 68, tu veux continuer? Les concernés Johnny se terminaient comment? Es-tu sûre que les femmes étaient respectées à ton époque? Juste une mini jupe elle était traitée de P... et j’en passe. Je t’invite à traduire les chansons de ton époque hein banana split etc... allez salut

Portrait de Dragon75
7/septembre/2018 - 00h12 - depuis l'application mobile

C’est marrant de lire certains commentaires! L’histoire se répète et encore et encore. La plupart de ceux qui commente ont plus 45 - 60 ans. Et donc, vous avez connu les blousons noirs, les punks et les stars de salut les copains et a cette époque pour la plus part vos parents n’aimaient pas et n’écoutez le rock n’ roll, le disco et autres musique de votre époque. Donc vous répétez exactement ceux que l’ont vous reprochais à votre époque! Triste de mal vieillir!! Voyagez occupez-vous la vie est belle et sûrement pas sur les réseaux sociaux. Cordialement.

Portrait de B612
6/septembre/2018 - 23h29
Philou.2 a écrit :

Bon alors ils en sont où les deux stewards du rap ? :)

Selon le Procureur, Booba et Kaaris, les "petits bourgeois du clash" comme il les appelés dans son réquisitoire, sont bien coupables et responsables des violences, ayant entrainé les autres avec eux. La légitime défense n'est pas retenue, les deux voulant en découdre. Leur rivalité mise en scène ne pouvait en effet que déboucher sur une confrontation physique.

Le Ministère Public demande des peines de 12 mois avec sursis pour les deux rappeurs, et de 6 mois avec sursis à 10 mois ferme pour les autres.

Mais le procès n'est pas fini, c'est au tour des avocats. Le début des "couillonades" comme dit l'autre. Je sens qu'on va bien rigoler. smiley

Portrait de Achedolph
6/septembre/2018 - 19h26 - depuis l'application mobile
Mosquitox. a écrit :

Mine de rien, France culture fait quand même 1 340 000 auditeurs quotidiens du lundi au vendredi. ;)

 

J'en fais partie. Compagnie des auteurs, fictions feuilleton...
On a tout de même l'impression d'être dans un monde un peu "confidentiel" ( sans prétention, aucune ).

Portrait de Mosquitox.
6/septembre/2018 - 19h13
Achedolph a écrit :
Hanouna fait beaucoup plus d'audience que France Culture. On a la société qu'on mérite.

Mine de rien, France culture fait quand même 1 340 000 auditeurs quotidiens du lundi au vendredi. smiley

 

Portrait de Achedolph
6/septembre/2018 - 19h08 - depuis l'application mobile
Leroy Jethro Gibbs a écrit :

Désolé ! Mais j'ai plus de respect pour des gens comme Queen, Scorpions, Rolling Stones, Led Zep, AC/DC, Bowie, Beetles, qui eux aussi ont su déconner mais avec du style. 

Avouez qu'il est plus classe de couler une RR dans une piscine que de jouer la caira dans un aéroport. 

La destruction gratuite, peu importe l'objet et sa valeur n'a jamais rien ajouté au talent.
Mon avis est subjectif, je suis ultra discipliné.

Portrait de Achedolph
6/septembre/2018 - 18h41 - depuis l'application mobile
michaelvincent994 a écrit :

Mais comment peut on donner de l'importance et des breaking news sur les chaînes d'infos , pour des ,gars comme çà qui utilise le vocoder , donc qui ne chantent pas naturellement, qui prônent la mysoginie , l'argent facile et les flingues! La france est vraiment tombé bien bas pour donner de l'importance à des mecs comme çà! 

Hanouna fait beaucoup plus d'audience que France Culture.
On a la société qu'on mérite.

Portrait de Achedolph
6/septembre/2018 - 18h09 - depuis l'application mobile
alekine1 a écrit :

Théoriquement on voit l'issue du procès, l'attaquant, c'est l'ourson qui a affirmé "il m'a regardé méchant donc j'ai attaqué" et Kariss c'est le défenseur.

Que je sache, on a le droit de regarder quelqu'un, s'il n'a pas assez d'intelligence pour ne pas riposter, il doit en payer les conséquences.

Après, il y a aura une condamnation aussi de Kariss pour l'exemple (un rappel à la loi, inscription sur le CJ, remboursement à 50% des dégâts et une petite amende) mais rien d'important, Booba, à mon avis, il risque beaucoup plus.

Après ce sera bon pour sa pub et sa carrière. 

Toutefois, il ferait bien d'arrêter d'attaque tout le monde, tout le temps. Il devrait se souvenir de Tupac. Mais peut être est ce qu'il veut : "devenir une légende" par l'assassinat.

Autre époque, autres mœurs. C'est difficilement comparable avec 2Pac.
Avant qu'un de nos rappeurs français se prenne 4 balles dans le buffet en pleine rue, je pense qu'on a de la marge.

Portrait de seb2746
6/septembre/2018 - 18h09
alekine1 a écrit :

Théoriquement on voit l'issue du procès, l'attaquant, c'est l'ourson qui a affirmé "il m'a regardé méchant donc j'ai attaqué" et Kariss c'est le défenseur.

Que je sache, on a le droit de regarder quelqu'un, s'il n'a pas assez d'intelligence pour ne pas riposter, il doit en payer les conséquences.

Après, il y a aura une condamnation aussi de Kariss pour l'exemple (un rappel à la loi, inscription sur le CJ, remboursement à 50% des dégâts et une petite amende) mais rien d'important, Booba, à mon avis, il risque beaucoup plus.

Après ce sera bon pour sa pub et sa carrière. 

Toutefois, il ferait bien d'arrêter d'attaque tout le monde, tout le temps. Il devrait se souvenir de Tupac. Mais peut être est ce qu'il veut : "devenir une légende" par l'assassinat.

Pour être une légende faut avoir un minimum de talent...Donc aucune chance pour les 2.

Portrait de swatss
6/septembre/2018 - 16h21

En tout cas , heureusement qu'ils sont là pour l'intérêt commun de certain.

Ainsi ils peuvent déverser leur bile pour satisfaire en toute jouissance leur idéologie. 

Et dire quand sans eux , leur vie serait réduite à peau de chagrin .... smiley

Portrait de B612
6/septembre/2018 - 16h12
fel62 a écrit :

Ils ont mis leur beau costume du dimanche pour passer devant le juge je suppose.....

Ils ont du mettre le paquet : pantalon de jogging noir de soirée avec des bandes dorées, casquette Versace ® smiley smiley et pour Booba sweat à capuche de sa marque pour faire de la pub. smiley

Portrait de bib
6/septembre/2018 - 15h29

Cette audience ne manque pas d'interprètes smiley

Portrait de Nej
6/septembre/2018 - 15h21

Quel est l’intérêt de parler d'eux dans les news si ce n'est pour leur faire de la pub ? Y'a tellement plus important que ça.

Portrait de jarod.26
6/septembre/2018 - 13h47
qu'on arrête ce cirque oO
Portrait de seb2746
6/septembre/2018 - 13h00

Dire que Benalla est toujours libre alors qu'il a fait 100x pire...