15/03/2018 13:01

Face à la polémique, le Musée d'art contemporain de Lyon décide de retirer une oeuvre où des poulets étaient brûlés vifs

Depuis une semaine, une séquence indigne les défenseurs des animaux après la diffusion d'une vidéo sur les murs d'une salle du Musée d'art contemporain de Lyon. Sur celle-ci, le public peut voir des poulets, pendus par les pattes, alignés contre un mur et brûlés vifs.

Face à polémique, l'établissement a décidé de retirer l'oeuvre. "Malgré les informations qui ont été communiquées sur les conditions réelles de la réalisation de cette œuvre, les réseaux sociaux puis la presse se sont déchaînés, à partir d'informations lacunaires et de ce fait trompeuses", explique le communiqué

Et d'ajouter : "Compte-tenu du procès parfaitement injuste qui est instruit contre Adel Abdessemed alors que l’artiste est profondément engagé dans la défense de l'animal, ce dont ont pu témoigner Elisabeth de Fontenay et Hélène Cixous, Adel Abdessemed et le musée ont pris la décision de retirer l'œuvre Printemps. L’artiste espère ainsi que l'art redevienne l'objet de l'exposition et que l'indignité du traitement animal soit appliquée non pas à l'art qui la dénonce en la montrant par des moyens artificiels, mais bien à ses véritables acteurs". 

En début de semaine, plusieurs défenseurs d'animaux ont dénoncé l'oeuvre d'art. "Ceci n'est pas de l'art, c'est de la cruauté envers les animaux", a déclaré l'association Peta sur Twitter. De son côté, la Fondation Brigitte Bardot indiquait sur le réseau social : "Au nom de l'Art... @macLyon, peut-on avoir un éclairage sur cette "œuvre" d'Adel Abdessemed que vous exposez actuellement et qui scandalise (c'est peut-être l'objectif) ?".

Toujours sur Twitter, Aymeric Caron rappellait que "la loi punit toute personne qui commet un acte de cruauté sur un animal". "Jusqu'à 2 ans de prison et 30 000 euros d'amende. @macLyon vous êtes complices. Une plainte s'impose", expliquait le journaliste.

.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
15/mars/2018 - 13h50
.legay a écrit :

Manque pas d'air l'auteur de ce communiqué !!!

Durant la réalisation de cette "œuvre" ,les poulets ont ils été suspendus par les pattes le long d'un mur durant toute la durée que necessitait le tournage OUI ou NON ???

Durant la réalisation de cette "œuvre", les poulets auraient été "brulés juste pendant 3 secondes sous la "surveillance de techniciens" afin qu'ils ne souffrent pas" OUI ou NON ?

 

Si la réponse a ces 2 questions est OUI, alors il y a bel et bien maltraitance animale condamnable que l'auteur de ce communiqué le veuille ou pas !

Attention, il faut lire tous les articles sur le sujet, pas juste les titres.

Les poulets n'ont pas vraiment été brûlés, même pas pendant 3 secondes. Ce sont des flammes qui passent autour, mais qui ne consument pas. l'artiste s'y est d'ailleurs essayé sur lui-même.

GD