29/09/2016 18:29

BlackBerry décide d'abandonner la fabrication de smartphones

BlackBerry arrête la fabrication de ses téléphones et, à l'instar d'Apple, va sous-traiter toute sa production pour se recentrer sur ses activités de services aux entreprises dans une nouvelle tentative pour sortir de l'ornière.

Pionnière des smartphones avec un premier téléphone connecté à internet lancé en 2000, la société établie au sud de Toronto cherche, en vain depuis bientôt quatre ans, à faire briller à nouveau son étoile.

Confronté à une érosion ininterrompue du nombre d'utilisateurs, divisés par quatre depuis l'apogée de l'entreprise fin 2012 (80 millions), BlackBerry souhaite se concentrer sur le service aux sociétés.

Mais là aussi, cette clientèle fond comme neige au soleil: entre le premier trimestre fiscal et le deuxième qui vient de s'achever le 31 août, 300 entreprises ont tourné le dos à la société canadienne, soit une baisse de 10%.

La part de marché de BlackBerry dans les smartphones est tombée sous 1%, selon le cabinet spécialisé IDC.

Cela s'est traduit par des résultats en chute libre, avec une perte de 372 millions de dollars américains au deuxième trimestre, contre un gain de 51 millions à la même période un an plus tôt. Son chiffre d'affaires s'est effondré de 32% à 334 millions de dollars.

La direction a tranché: "la société projette de mettre fin à tout le développement de matériel en interne et va sous-traiter cette tâche à des partenaires", a annoncé dans un communiqué le PDG, John Chen.

"Cela va nous permettre de réduire nos besoins en capital et d'améliorer le retour sur le capital investi", a-t-il relevé, estimant que l'entreprise avait atteint "un point d’inflexion".

Cette mesure a été immédiatement saluée par les marchés. L'action BlackBerry gagnait 4,31%, à 8,22 dollars, vers 15h00 GMT, à New York, après avoir bondi de 7% à l'ouverture.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de laurent28320
30/septembre/2016 - 08h37 - depuis l'application mobile

Je me suis fais la même réflexion... Mdr