25/08/2015 10:47

Luc Besson craint que son prochain film d'un budget de 170 millions d'euros devant employer 1.200 personnes ne se tourne pas en France

Luc Besson craint que son prochain long métrage, "Valérian", une superproduction d'un budget de 170 millions d'euros devant employer 1.200 personnes pendant 6 mois, ne se tourne pas en France en raison du crédit d'impôt défavorable aux films en langue anglaise.

Le système de crédit d'impôt cinéma permet à une société de production de déduire de son imposition 20% de certaines dépenses de production effectuées en France.

"Je ne sais pas si je pourrai tourner en France. C'est dans les arcanes politiques... Je pense que tout le monde aimerait bien que l'on fasse le film ici, encore faut-il qu'on ait le droit" a déclaré le cinéaste sur RTL, lundi soir. "Je ne suis ni optimiste ni pessimiste. Je prépare mon film et j'espère que ça pourra s'arranger...", a-t-il ajouté à propos de l'adaptation de la BD de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières.

"J'ai envie de tourner dans mon pays avec des techniciens français. Ca me met les boules comme on dit. J'ai prévenu les autorités", a affirmé Luc Besson, citant le nom de François Hollande.

"Il y a un tout petit problème qui s'appelle les crédits d'impôts qui, en France pour les films français, sont de 20% et pour les films étrangers de 30%... Le seul problème, c'est que je suis un film français en langue anglaise donc j'ai le droit à zéro en tant que film français. En tant que film étranger du coup, j'ai droit à zéro parce que le producteur est français. Je suis dans une espèce de trou juridique", a-t-il ajouté.

Selon le cinéaste et producteur, s'il tourne en Hongrie, il récupère fiscalement de ce pays 35 à 40% de l'investissement total. "Je suis patriote, mais 15 à 20 millions ça commence à faire un peu lourd (...)".

Il a par ailleurs annoncé être en train d'écrire "Lucy 2", toujours avec Scarlett Johansson.

Revenant sur la polémique concernant son statut fiscal personnel, le réalisateur qui est devenu résident fiscal en Californie a expliqué qu'il vivait six mois aux USA et six mois en France. "Je paie à peu près 20% d'impôts aux USA, 80% en France. J'ai essayé de faire cet équilibre dans ce sens là (...) J'aurais pu faire 100% aux USA. J'ai demandé à ce qu'il y ait le maximum en France parce que je préfère payer mes impôts dans mon pays".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de pistouille
8/septembre/2015 - 00h24
Nunu a écrit :

On va pleurer!!!!!

Il y'a des Français qui comptent au quotidien pour manger et payer les impôts qui partiront en partie pour financer les besoins de ces pauvres artistes.

Bien d'accord avec toi
Portrait de pistouille
8/septembre/2015 - 00h24
HoubaHoubaHop a écrit :

Bulle Caisson devrait aller demander des sous à son ami Sarkozy pour le financer. smiley

smiley
Portrait de pistouille
8/septembre/2015 - 00h24
La pauvre bichette, qu'il ne fasse pas son film
Portrait de rihanno
25/août/2015 - 15h24

Et oui on part s'exiler ailleurs pour payer moins d'impôts mais par contre on se rappel qu 'on est français quand on demande des subventions a l'Etat français !

 

Petit rappel : Gérard Depardieu qui crache sur la France depuis des mois vient de tourner dans une production de France TV à Sète dans l' Hérault !

 

Et on parle d' augmenter la redevance !

 

Qu 'ils aillent demander à Obama ou à Poutine des subventions !

Portrait de TVnerf
25/août/2015 - 12h21
Enki a écrit :

entièrement d'accord, un Valérian un peu comme le 5eme element serait fou! 

Pour Adèle Blanc sec, j'avais trouvé que le coté fantastique de la BD n'avait pas bien été retranscrit en film, même si c'était pas désagréable comme film.

Ah, un connaisseur ? smiley (Cool, ça compense certaines réflexions systématiquement insultantes et agressives, sans intérêt... ).

Dans Adèle Blanc-Sec, toutes les parties consacrées au ptérodactyle manquent de mystère, Besson n'a pas restitué l'atmosphère inquiétante et fascinante qui imprègne les deux 1ers albums de la série de Tardi. Pour les momies, c'est un peu mieux, mais il a surtout privilégié l'humour décalé et la sophistication des effets spéciaux, au détriment de l'atmosphère...

 Sinon, qu'on l'aime ou pas, Besson est un sacré metteur en scène qui sait  recréer à l'écran des univers visuellement complexes et spectaculaires, comme peu de réalisateurs français peuvent le faire. Et il sait s'entourer !

Le problème récurrent, dans plusieurs de ses films, ça reste les scénarii...

Vouloir donner du boulot à + de 1000 personnes et gérer un énorme budget pour tourner une superproduction en anglais dans notre pays, c'est tout à son honneur... Mais là, pour convaincre pleinement les gens (et surtout pour que des instances culturelles et politiques se mobilisent autour de lui), j'espère que Luc Besson est vraiment sûr de la qualité de son scénario et qu'il a des ambitions artistiques à la hauteur du projet !

Christin et Mézières méritent un beau film, touffu et intelligent, à l'image de leur oeuvre en BD. Faudrait pas que l'éléphant (!) accouche d'une souris...

Portrait de TVnerf
25/août/2015 - 11h27

Le "Valérian" de Besson pourrait être un grand film de science fiction et d'aventures. En BD, c'est une série mythique signée Pierre Christin au scénario et Jean-Claude Mézières au dessin ; certains albums sont des chefs-d'oeuvre ("Bienvenue sur Aflolol", "Les oiseaux du maître", "Métro Chatelet direction Cassiopée", Les spectres d'Inverloch", etc... ). Mézières a déjà collaboré avec Besson, comme "designer", sur Le 5ème Element, visuellement le résultat était impressionnant. (Les taxis volants, même ceux de Blade Runner, ça vient des dessins de Mézières et Moebius !).

Ce serait dommage qu'une production aussi spectaculaire doive être tournée à l'étranger... !

Par contre, j'espère que le scénario sera plus respectueux de l'oeuvre originale. Quand Besson a fait "Adèle Blanc-Sec", il a pas mal trahi l'oeuvre de Tardi en tirant son film du côté d'Indiana Jones ou de La momie... Malgré de bons moments, le résultat est très inégal et assez bâtard.

J'attends beaucoup mieux de Luc Besson, cette fois, et pas uniquement une surenchère d'effets spéciaux comme dans Lucy...

Portrait de J-P Herlant
25/août/2015 - 11h15

Le prix de la merde coûte cher,c'est le moment d'investir !