12/06/2015 12:57

Le patron d'Orange se rend en Israël pour tenter de clore une polémique sur un retrait du groupe du pays

Le PDG du groupe français de téléphonie Orange était en Israël jeudi pour tenter de clore la vive controverse provoquée par ses propos sur un retrait de ce pays en proie à un intense débat sur les initiatives de boycott dirigées contre lui.

«Je suis venu ici pour leur dire que nous étions heureux d’être en Israël», a déclaré à la chaîne de télévision i24 news Stéphane Richard, qui doit encore rencontrer des responsables politiques, des salariés d’Orange, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et l’ancien président Shimon Peres.

«C’était important pour moi après la polémique de ces derniers jours de venir confirmer par ce voyage et ma présence notre engagement au côté de nos salariés dans ce pays pour longtemps», a-t-il ajouté au premier jour d’un voyage de 48 heures qui mêle économie, diplomatie et politique.

Ce séjour vise à dissiper la tempête causée en Israël par ses propos tenus le 3 juin au Caire: en affirmant que son groupe retirerait sa marque d’Israël «demain matin» s’il ne s’exposait pas à de gros risques de demande de dédommagement de la part de l’opérateur israélien Partner, M. Richard a provoqué une levée de boucliers.

Orange n’est pas opérateur en Israël mais permet à Partner d’utiliser sa marque et son image en vertu d’un contrat de licence courant jusqu’en 2025.

Le projet de désengagement de la marque a été instantanément interprété en Israël comme motivé politiquement et relevant de ce qui est dénoncé par une partie des Israéliens comme une vaste campagne de pressions internationales, de boycott et de délégitimation de l’Etat israélien, questions qui dominaient déjà l’agenda israélien avant les déclarations de M. Richard.

Signe de ces tensions, jeudi, un drapeau israélien recouvrait le logo Orange sur l’un des bâtiments où est installé Partner.

Partner n’opère pas seulement en Israël, mais aussi dans les colonies israéliennes de Cisjordanie occupée, malgré le caractère illégal de la colonisation aux yeux de la communauté internationale. Pour une bonne part de l’opinion israélienne, M. Richard cherchait à dissocier Orange des activités de Partner.

Israël est le pays au monde où le groupe a un contrat de marque avec une entreprise qui n’est pas une filiale.

Ailleurs sur le web

Vos réactions