17/07/2014 11:45

M6 contre-attaque et répond aux accusations de Télérama et du Canard Enchaîné

Mardi dernier, sur son site Internet, Télérama publiait une enquête sur la situation sociale à M6. "Démissions, maladies, burn out… chez M6 le malaise explose" titre ainsi l'hebdomadaire.

"Arrêts maladie, burn-out, départs en cascade... dans les couloirs de Neuilly-sur-Seine, les indicateurs psycho-sociaux – comme on dit – virent au rouge", peut-on lire dans l'enquête. 

La réponse à Télérama

"En réponse à l’article signé Emmanuelle Anizon sur Telerama.fr, le groupe M6 se voit contraint d’apporter pour la complète information des lecteurs les rectifications suivantes :

S’agissant de notre filiale C.Productions, celle-ci s’est en effet réorganisée à travers une rédaction unique permettant ainsi à chacun de ses journalistes d’élargir son domaine de compétence. Parmi les 55 collaborateurs de cette filiale, 3 ont effectivement quitté le groupe dernièrement.

S’agissant du climat social dans l’entreprise, le groupe confie tous les deux ans, à l’instar de nombreux grands groupes, la réalisation d’une enquête élaborée par un organisme indépendant et reconnu (Great Place to Work).

En 2013 l’enquête s’est déroulée entre le 3 et le 17 juillet, avant le départ en vacances de l’essentiel des collaborateurs, et elle a démontré la satisfaction générale de la grande majorité des collaborateurs du groupe.

Ainsi par exemple, contrairement aux informations communiquées dans l’article en question, l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est jugée positif à 61 %, en croissance de 11 points par rapport à l’enquête précédente réalisée en 2011.

S’agissant des relations sociales dans l’entreprise, M6 cherche à entretenir des rapports de confiance avec les organes représentatifs du personnel.

Il est à noter que les dernières élections du personnel ont effectivement vu la défaite de la CFDT et la victoire de la CFE-CGC, qui a permis l’installation d’une nouvelle équipe d’élus, qui marque quotidiennement sa préoccupation pour l’amélioration des conditions de travail sans recourir à l’agressivité.

S’agissant de la politique sociale, elle est parmi les meilleures du secteur, ce qui se traduit notamment par :

une participation des salariés et un intéressement qui représentent plus de 10% de la rémunération annuelle,

une rémunération moyenne annuelle des collaborateurs de 55.100€ annuels, en croissance par rapport à 2012 où elle était de 54.300€,

une rémunération moyenne annuelle des journalistes de 69.800€, soit 26% supérieure à la moyenne du groupe, 

un accord d’entreprise qui offre : 53 jours annuels de congés et RTT aux journalistes du groupe ; 40 jours annuels aux cadres du groupe, qui composent l’essentiel des effectifs.

Cette politique sociale, bâtie ensemble, conduit à :

une ancienneté moyenne de 8 années en 2014, en croissance versus 2012, et elle atteint 11,1 années pour les journalistes marquant l’attachement de tous au groupe et à son développement.

un absentéisme en baisse, passant de 3,71 % en 2011 à 3,04 % en 2013, ne traduisant pas une dégradation générale mais plutôt une motivation générale.

L’objectivité commande de prendre en compte ces faits et non pas de mettre seulement en avant certaines insatisfactions qui ne reflètent en aucune façon la réalité de l’entreprise".


Hier, "Le Canard Enchaîné" accusait le magazine Capital d'M6 d'avoir supprimé ou modifié plusieurs reportages à la demande de la direction de la chaine.

Ces accusations portaient sur un reportage sur les déodorants, et un autre sur le poulet. 

La réponse au Canard Enchaîné

Sur le reportage sur les déodorants : C'est après avoir découvert que le producteur du reportage avait réalisé des films institutionnels pour Unilever que la chaîne a pris la décision de ne pas diffuser le reportage dimanche dernier.

Concernant MacDonald's : Aucune des deux séquences de caméra cachée sur l'utilisation du poulet brésilien n'a été censurée. Spica Productions en charge du sujet a choisi de ne pas les diffuser car, en novembre 2013, l'enseigne a reconnu publiquement acheter du poulet brésilien.

Enfin, concernant le floutage de certaines marques : une décision prise par les équipes de Capital, car les journalistes ont choisi de prendre des marques au hasard pour les tester. Objectif : alerter et informer et non stigmatiser les marques. 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Macgyver41
18/juillet/2014 - 00h03 - depuis l'application mobile

Par contre le reportage sur mcdo a bel et bien était censuré d'ailleurs cela a été à l'origine de tension à l'époque entre Mélissa Theriau et M6.

Portrait de Macgyver41
18/juillet/2014 - 00h02 - depuis l'application mobile

Effectivement comme le disait quelqu'un plus bas "l'empire contre attaque" ce sera quoi après ? Le retour du Canard ?