07/04/2014 09:55

Sandrine Bonnaire fait son retour au théâtre dans "L'Aide-Mémoire"

L'actrice Sandrine Bonnaire a choisi un modèle de comédie, "L'Aide-Mémoire", à la fois intrigante et sexy, pour faire son retour sur les planches au Théâtre de l'Atelier après 24 ans d'absence, sans tout à fait convaincre.

Tous les ingrédients d'un succès semblaient pourtant réunis: une intrigue "hitchcockienne", selon les mots du metteur en scène Ladislas Chollat et deux acteurs d'exception, Sandrine Bonnaire et Pascal Greggory. Mais la mayonnaise a du mal à prendre, et il faut attendre le dernier tiers de la pièce pour ressentir -un peu- l'étrangeté de ce huis clos.

Un célibataire endurci, Jean-Jacques, collectionne les aventures d'un soir, dont il oublie aussitôt les visages et les noms, qu'il note scrupuleusement dans un "aide-mémoire". Une jolie fille indépendante, Susanne, fait irruption un jour et s'incruste dans son appartement avec un aplomb renversant.

Qui est-elle? Que veut-elle? L'a-t-il déjà rencontrée? Le texte de Jean-Claude Carrière, monté pour la première fois en 1968, distille une subtile inquiétude qui va crescendo jusqu'à ce que la folie perce chez l'individu le plus banal.

L'appartement douillet se transforme peu à peu en terrain d'une lutte psychologique perverse, où on ne sait qui manipule l'autre, et quelle sera la victime.

Un vertige que le décor, très ordinaire, d'un studio des années 70 et la mise en scène sans mystère ne parviennent pas à instaurer. Il manque ce climat si particulier des pièces d'Harold Pinter, glacé, malsain sous des dehors très ordinaires, comme dans "Le Retour", dans lequel jouait précisément Pascal Greggory au Théâtre de l'Odéon en 2012.

Ailleurs sur le web

Vos réactions