07/02/2014 11:31

François Hollande affirme que l'optimisation fiscale pratiquée par les géants de l'internet n'est "pas acceptable"

François Hollande a estimé jeudi que l'optimisation fiscale pratiquée par les géants de l'internet n'était "pas acceptable" lors d'une visite surprise au siège du site de vente en ligne vente-privee.com à La Plaine Saint-Denis.

"Ce n'est pas acceptable", a déclaré le président Hollande à la presse, ajoutant être "d'accord" avec le président américain Barack Obama, qu'il rencontrera la semaine prochaine aux Etats-Unis, pour faire un "effort d'harmonisation fiscale".

"Ce n'est pas acceptable et c'est pourquoi, au niveau européen comme au niveau mondial, on doit faire en sorte que l'optimisation fiscale, c'est-à-dire la tentation de certains grands groupes, concurrents d'ailleurs de nos entreprises, de s'installer là où l'on paie moins d'impôts, puisse être remise en cause", a souligné le chef de l'Etat.

"Chacun doit être dans les mêmes situations de concurrence, y compris sur le plan fiscal", a-t-il fait valoir, ajoutant que "par rapport à ces grands groupes que l'on connaît, qui se mettent dans des pays à faible taux d'imposition des sociétés, nous devons agir".

"Et quand j'irai aux Etats-Unis, dans quelques jours, avec le président Obama, nous sommes d'accord pour faire cet effort d'harmonisation fiscale", a enchaîné François Hollande à l'issue d'une visite surprise au siège de vente-privee.com, le leader mondial des "ventes évènementielles" de produits de marques déstockés.

François Hollande effectuera du 10 au 12 février une visite d'Etat aux Etats-Unis au cours de laquelle il rencontrera les tycoons de la Silicon Valley à San Francisco parmi lesquels les dirigeants de Facebook, Twitter, Mozilla ou Google.

Selon le site internet lepoint.fr, le fisc français a décidé d'infliger un redressement d'un milliard d'euros au géant américain Google, au terme d'une enquête lancée en 2011 concernant son optimisation fiscale.

"Ce sont des rumeurs et on ne commente pas les rumeurs", a cependant réagi un porte-parole du groupe en France interrogé sur ces informations parues mardi tandis que le ministère de l'Economie a refusé de les confirmer ou de les infirmer, invoquant le secret fiscal.

De son côté, Yahoo vient d'annoncer à ses utilisateurs en Europe, Afrique et Moyen-Orient que les services leur seront désormais "fournis à partir d'une seule entité européenne, basée en Irlande".

Lors de sa visite, le président Hollande a souligné que la France "peut être innovante, créatrice, fondatrice", chantant les louanges de vente-privee.com, une "entreprise de cent personnes il y a dix ans" qui emploie aujourd'hui "2.100 personnes, avec 300 recrutements nets par an".

"Nous pouvons en être fiers", a-t-il souligné avec l'intention, "avant (son) voyage aux Etats-Unis de démontrer qu'en France aussi, on est aussi capable d'inventer, de soutenir l'entreprise et de faire confiance aux entrepreneurs".

"Et au moment où je lance le pacte de responsabilité, c'est aussi ce mouvement vers l'entreprise que nous devons accompagner", a-t-il encore déclaré y voyant aussi une "illustration" de l'économie de l'offre dont il se fait désormais le chantre.

Avec 1,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2013, une croissance annuelle de 23%, vente-privee.com est un fleuron de l'économie numérique en France.

Ce site glane 80 millions de visites mensuelles, expédie 50.000 colis par jour, ce qui en fait le premier client de la Poste, et réalise 10.000 ventes privées dans l'année auprès de ses 20 millions de membres.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Steed69
7/février/2014 - 13h41

Pas acceptable, mais legal... dommage, allez demander a l'irlande d'augmenter les impots...

C'est peu être a nous de baisser les impots...

Portrait de unknown
7/février/2014 - 12h52

Et moi j'affirme que le racket fiscal pratiqué par le gouvernement en place est inacceptable.

Voilà et maintenant il va se passer quoi ?

rien !!!

Idem pour la déclaration du gros.