08/12/2013 16:01

Nelson Mandela n'était plus sous assistance respiratoire avant de mourir selon la presse Sud Africaine

Le héros de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela n'était plus sous assistance respiratoire quand il a émis son dernier souffle, en présence de ses proches, ont rapporté dimanche les médias sud-africains.

"A l'heure de sa mort, jeudi soir, il n'était plus sous assistance respiratoire et respirait par lui-même", selon l'hebdomadaire Sunday Times.

Le premier président noir d'Afrique du Sud a été hospitalisé à plusieurs reprises ces dernières années en raison d'infections pulmonaires, et a dû être placé à plusieurs reprises sous assistance respiratoire.

Jeudi, plusieurs membres de sa famille, dont son petit-fils Mandla revenu en urgence de son village natal de Mvezo (sud), des responsables du Congrès national africain (ANC) et des religieux se sont retrouvés dans sa maison de Johannesburg, selon le Sunday Times. Par groupe de deux ou trois, les plus proches ont pu lui rendre une dernière visite, ajoute City Press.

"Ceux qui étaient dans la maison expliquent qu'il y régnait une tristesse infinie", écrit le journal sur son site internet. Parmi eux, Bantu Holomisa, avait été prévenu par téléphone que la fin approchait.

"Je me suis précipité dans sa chambre, et j'ai été triste de constater que sa situation s'était profondément détériorée depuis ma visite précédente", a-t-il confié.

"La famille était très forte mais l'atmsophère était sombre. Le moment le plus dur fut l'arrivée des militaires qui ont emporté le corps vers minuit", selon un témoin anonyme cité par le Sunday Times.

"Quand ils sont descendus de la chambre avec sa dépuille, suivi par Mandla, on a commencé à réaliser que Madiba était parti", a ajouté cette source.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Flivia44
9/décembre/2013 - 10h59

Qu'il repose en paix

Portrait de Anonne Y Mousse
9/décembre/2013 - 00h50
tobian a écrit :

   Je ne comprends pas très bien cette information. Elle est censée nous dire quoi?

 

Pareil que vous. Après réflexion, je crois que c'est une nouvelle qui signifie à ceux qui l'ont admiré et qui l'admirent encore qu'on a laissé cet Homme finir sa vie naturellement. Qu'en quelque sorte, on ne pouvait pas faire autrement que de le laisser partir de lui-même...