17/09/2013 10:33

Oscars: "Le plus dur reste à faire!" pour le producteur de "Renoir"

Marc Missonnier, le producteur de "Renoir", film proposé par la France pour concourir à l'Oscar du meilleur film étranger, s'est dit "ravi" lundi auprès de l'AFP de ce choix, ajoutant que "le plus dur reste à faire".
"On est ravis!" a déclaré M. Missonnier, en rappelant que sa maison de production, Fidélité, avait déjà vécu cette expérience "avec +8 femmes+ de François Ozon (sorti en 2002, ndlr) mais on n'avait pas été retenus" par l'Académie des Oscars.
Aujourd'hui, selon lui, "il y a un long chemin à faire. C'est toute une campagne à faire auprès des votants de l'Académie (des Oscars), même si le film a bénéficié aux Etats-Unis d'une couverture presse importante quand il est sorti".
"Il faut en reparler, faire des projections, montrer le DVD, faire de la pub, etc.", a-t-il ajouté, en précisant ne pas s'être coordonné encore avec le distributeur américain, la Samuel Goldwyn Company, qui a "très bien travaillé pour la sortie du film en mars".
Le long métrage raconte l'histoire de Pierre-Auguste Renoir (Michel Bouquet) et de sa rencontre avec la belle Andrée (Christa Theret). La jeune femme va bouleverser la vie du peintre et de son fils Jean (Vincent Rottiers).
Le producteur espère aussi que "les liens particuliers" entre la famille Renoir et les Etats-Unis vont jouer dans cette campagne. "Ce sont les acheteurs américains, dont le Docteur Barnes, qui ont été les premiers à reconnaître le talent" du peintre, a-t-il assuré.
Quant à son fils, Jean, devenu cinéaste, il avait "un attachement particulier avec Hollywood puisqu'il a émigré là-bas en 1941 et son fils a combattu dans les Marines".
"Renoir" a attiré 500.000 spectateurs en France. Il a réussi à en rassembler plus de 300.000 outre-Atlantique et a rapporté 2,3 millions de dollars de recettes au box-office américain, soit pour M. Missonnier, "le score le plus élevé pour un film français aux Etats-Unis depuis le début de l'année".
"Renoir", doté d'un budget de 5,5 millions d'euros, est selon lui représentatif des "films de la diversité française comme +Elle s'en va+", en salles mercredi et que Fidélité produit aussi, a estimé M. Missonnier.
"Ce sont ces films-là qui aujourd'hui sont les plus compliqués à monter (ndlr: financièrement). On espère que cela va être récompensé par une nomination aux Oscars pour obtenir plus de visibilité", a-t-il conclu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions