17/04/2013 14:30

Jean-Marc Ayrault affirme que sa politique économique et sociale n'est pas "une politique de l'incantation"

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a affirmé aujourd'hui que sa politique économique et sociale était "une politique de gauche", pas "une politique de l'incantation".

S'exprimant devant l'Association des journalistes parlementaires qui était ouverte à certains de ses membres sur invitation, il s'est refusé à fournir "une liste à la Prévert" des coupes dans les dépenses prévues par le gouvernement. 

"Nous avons lancé le chantier de la modernisation de l'action publique, de la simplification, de regroupements d'organismes, je pourrais faire la liste, une liste à la Prévert. La question est, à laquelle vous devez vérifier s'il y a une réponse: est-ce que, quand nous annonçons des économies, nous les faisons ? Nous l'avons fait pour 2012. En 2013, nous tiendrons nos objectifs d'économies -je parle des dépenses-, s'agissant de 2014, on prévoit même de présenter pour la première fois un budget, cela ne s'est jamais fait, en baisse de 1,5 milliard. Les économies, il faut bien les faire, et bien on les fera", a-t-il dit.

Invité à qualifier sa politique, il a répondu que c'était "une politique de gauche, qui est une politique de la réforme, qui n'est pas une politique de l'incantation, pas une politique du laisser-faire, qui est une politique de justice, et c'est ça la préservation du modèle français".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Koro
20/avril/2013 - 10h31

Une belle tête de vainqueur 

Portrait de samoa
17/avril/2013 - 17h35

c'est vrai pas de l'incantation, plutôt type vaudou !

Portrait de Diabolo60
17/avril/2013 - 16h28

Ce n'est pas à lui d'en juger ...

S'il suffisait d'affirmer ...

Portrait de Mguilhem
17/avril/2013 - 15h52 - depuis l'application mobile
batisseur a écrit :
Rien de le regarder on a envie de pendre,il a comme Flamby un charisme d'huître

Bravo monsieur le ministre je ne savais pas que la politique à gauche, était de massacrer les gens avec augmentation des impôts, maintenant j'espère que vous allez faire de même avec les privilèges que messieurs les députes ont