28/03/2013 10:05

Publication de SMS dans l'affaire du Carlton: DSK débouté face à deux hebdos

Dominique Strauss-Kahn a été débouté mercredi de ses poursuites contre le Nouvel Observateur et l'Express, qui avaient publié en novembre 2011 des SMS échangés par l'ancien patron du FMI avec l'un des protagonistes de l'affaire dite du Carlton de Lille.

Les deux hebdomadaires avaient publié le contenu de ces messages évoquant des soirées libertines, échangés avec Fabrice Paszkowski, responsable d'une société de matériel médical, mis en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans cette affaire, comme DSK l'a été par la suite dans la même affaire.

Estimant que les deux magazines avaient porté une atteinte à sa vie privée résultant de la violation du secret des correspondances et du secret de l'instruction, M. Strauss-Kahn demandait à chacun 100.000 euros de dommages et intérêts et la publication d'un communiqué judiciaire en page de couverture.

La 17e chambre civile du tribunal de grande instance de Paris a débouté l'ancien ministre socialiste, qui a été condamné à verser au Nouvel Observateur et à l'Express 4.000 euros au titre des frais de procédure.

Dans chacun des deux jugements, le tribunal a estimé que "la publication de ces messages présentait un incontestable intérêt participant aux multiples débats que les affaires judiciaires" de DSK "ont suscité" à plusieurs égards: "la place des hommes politiques dans la société française, leur lien avec la réalité, leur vision de l'autre en l'occurrence les femmes, leur statut ou les relations qu'ils ont avec la presse".

La violation du secret des correspondances invoquée a été écartée, dès lors que ce principe "effectivement essentiel" l'avait déjà été "légitimement", sous le contrôle de l'autorité judiciaire, dans le cadre de l'enquête, "dans le but de rechercher les auteurs d'une grave infraction pénale mettant en cause la dignité de la personne - le proxénétisme", soulignent les magistrats.

Le tribunal a en outre estimé qu'il n'était "pas établi" que le secret de l'instruction ait été violé en l'espèce, "cette information ayant pu être communiquée au journaliste par une personne qui n'était pas astreinte à ce secret".

La défense de M. Strauss-Kahn étudie l'éventualité de faire appel, selon l'un de ses avocats, Me Richard Malka.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Flivia44
31/mars/2013 - 10h50

Bien fait pour lui