18/02/2013 09:33

La fondation K d'Urgences, présidée par Christine Kelly, a été reçue à l'Elysée

La fondation K d'Urgences, qui vient en aide aux familles monoparentales, a remis à l'Elysée dix propositions visant à "sortir de l'impasse" ces familles, particulièrement touchées par la précarité.

"Ce sont les premières victimes de la crise, de la pauvreté, du surendettement", s'inquiète l'ancienne journaliste Christine Kelly, membre du CSA, qui préside la fondation. "Elles cumulent tous les problèmes de la société".

Une famille sur cinq est aujourd'hui composée d'enfants et d'un seul parent (la mère dans 85% des cas), soit plus de deux millions de foyers.

Le nombre des familles monoparentales a plus que doublé en 40 ans et ne cesse de croître. Il a augmenté de 10% entre 1999 et 2005, selon l'Insee.

Leur taux de pauvreté est évalué à 35% par l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale (Onpes), soit 2,5 fois plus que l'ensemble des familles.

Christine Kelly a remis vendredi à l'Elysée dix propositions, qui visent à changer le quotidien des familles monoparentales précaires. Elles seront débattues lors d'un colloque lundi à Paris, en présence notamment de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, et de la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti.

K d'Urgences préconise notamment la mise en place de quotas pour l'accueil des enfants de familles monoparentales dans les crèches, l'instauration d'horaires atypiques pour les modes de garde, et une refonte des prestations familiales en les ciblant mieux sur ce public (allocations familiales, aides au logement...).

Elle prône le lancement de campagnes d'informations sur les moyens de recouvrer une pension alimentaire et l'organisation du "blocage aux frontières" des débiteurs de pensions.

Elle plaide également pour le développement d'un portail public dédié à la monoparentalité.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a récemment chargé le Haut conseil de la famille (HCF) de réformer les prestations familiales pour ramener la branche famille de la sécurité sociale à l'équilibre en 2016.

Mais il a promis de "revaloriser les aides aux familles les plus modestes" et de développer "les services aux familles".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de france66
18/février/2013 - 09h47

Une refonte des prestations familiales pour ces familles ??? Encore une fois, on donne, donne....mais on ne fait rien pour les inciter à aller travailler.

Elles sont dans la précarité ? Fallait réfléchir avant de divorcer, ou bien même avant de se marier !

Aujourd'hui, les gens ne font plus de concession, ils veulent le beurre et l'argent du beurre, ils veulent le mariage mais pas les emmerdes qui vont avec, ils veulent divorcer mais continuer à vivre convenablement. Malheureusement, au jour d'aujoud'hui, la vie est trop difficile pour avoir tout ça...