10/12/2012 12:07

Charente: Une rédaction sur le thème du suicide fait polémique au collège

Un sujet de rédaction invitant des élèves de 3e d'un collège de Montmoreau-Saint-Cybard (Charente) à se mettre dans la peau d'un adolescent suicidaire a sucité l'émoi de parents "révoltés", a-t-on appris lundi de sources parentales et auprès de l'inspection d'académie.

Le 22 octobre, les élèves de classes de 3e du collège Antoine Delafont se sont vu proposer le sujet suivant, rapporté lundi par La Charente Libre : "Vous venez d'avoir 18 ans. Vous avez décidé d'en finir avec la vie. Votre décision semble irrévocable. Vous décidez dans un dernier élan de livrer les raisons de votre geste. En dressant votre autoportrait, vous décrivez tout le dégoût que vous avez de vous-même. Votre texte retracera quelques événements de votre vie à l'origine de ce sentiment".

"Nous sommes révoltés que l'on puisse proposer ce genre de sujet à des enfants qui ont entre 13 et 14 ans", écrivent des parents dans un courrier adressé à l'établissement ainsi qu'à l'inspection d'académie et cité par le quotidien.

"De par notre éducation, nous n'avons pas l'habitude de remettre en question ce qui se passe à l'école, mais il y a des limites (...) Quel va être le prochain sujet? +Que ressentez vous lorsque vous vous piquez?+ On aimerait comprendre", écrivent-ils.

L'enseignant, un professeur de français d'une trentaine d'années, va être entendu lundi afin qu'il explique son "intention pédagogique ou éducative derrière la façon de poser la question", a indiqué Jean-Marie Renault, directeur académique de la Charente, saisi "il y a 48h" de ce courrier "anonyme". En fonction de ses explications, "nous verrons s'il y a matière à donner une suite disciplinaire ou pas".

Dans l'hypothèse où le sujet a été posé dans les termes rapportés par les parents, "on ne peut qu'être très surpris, le mot est faible, par la façon dont la question (du suicide) est posée", a ajouté M. Renault.

"Ce qui me choque, c'est de lier l'autobiographie au suicide. C'est carrément gonflé", a réagi Hélène Ferrari, dont le fils a planché sur le sujet.

"En tant que parent, je suis inquiet" et "assez abassourdi", explique Georges Tritz, vice-président de la FCPE Charente.

Le principal du collège concerné n'a pu être joint de même que l'enseignant lundi matin, le collège ne souhaitant pas s'exprimer et renvoyant "à l'inspection d'académie".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Flassssh
10/décembre/2012 - 14h43
Pierre Dujardin a écrit :

Le prof doit se faire virer d'urgence. Il est malade de suggérer un acte aussi grave à des ados... Tout le monde sait que c'est un âge où les mômes sont très fragiles. OUT!

smiley smiley

Hum... le sujet est certes malheureux et peu adapté à des enfants de cet âge... Ce n'est probablement pas ce que ce prof a fait de mieux. M'enfin entendons d'abord ses motivations, il n'est pas forcément "malade" ni dangereux. A vous entendre on n'a pas le droit de commettre le moindre faux-pas.

Portrait de ARTISAN3
10/décembre/2012 - 13h57
Martin17 a écrit :

L'on sait très bien que les jeunes sont parfois fragiles et donner un tel sujet est d'une totale irresponsabilité ! Aucun but pédagogique dans ce sujet si ce n'est déstabiliser et faire réfléchir à un acte grave ! Ce prof mérite sanction !!!

Bj, Vous le dite vous même.."faire réfléchir sur un acte grave". Je ne vois pas en quoi le prof est irresponsable, le sujet est justement important à l'adolescence.

Portrait de Bisounours16
10/décembre/2012 - 12h33
petitfanfan a écrit :

j'imaginne la frayeur des parent qui peut etre sur le coup on crue que c'etait une vraie letre de suicide

Clair... j'imagine la tete des parents quand leur gamin leur a demandé de relire sa redac'...