05/12/2012 11:18

Morandini Zap: Licencié pour avoir mangé deux biscuits invendables

Un chauffeur livreur dans la grande distribution vient d'être licencié pour "faute grave" après avoir mangé deux biscuits dans un paquet destiné à la destruction. 

"On est rentré de tournée vers 4 heures du matin et j'étais pas bien, explique-t-il. J'ai eu le malheur de prendre deux biscuits dans un paquet de gâteaux qui était cassé".

Suite au licenciement de Joël, une partie des salariés s'est mis en grève en réclamant une sanction moins radicale pour leur collègue.

Regardez

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Boubaa
6/décembre/2012 - 09h16

je suis desole mais sa restes du vole meme si les gateau il etais pas bon sa done pas la raison pour les mangé sa devré dire qe tous le monde il peus mangé dans les magasin les truc il sont un peu pouri vous trouver sa normale pas moi

Portrait de bolby
5/décembre/2012 - 19h16
boolibil83 a écrit :

De toute façon dans le privé , quand on veut vous virer , on vous trouve n importe quoi..pour l avoir expérimenter en 2008 quand une enseigne célèbre de magasin de jeux vidéo m a mis la pression, avec des motifs falacieux.... et le pire c est que devant les prud'hommes ils ne se démontent pas ! et jouent l usure (plus de 2 ans de procédure) ...au final tu gagne, mais faut s accrocher et rien lâcher ....DONC ne pas hésiter à attaquer ..... Et le conseil que je donne au jourd hui c est quand vous êtes en poste : prevoyez d être viré et constituez un dossier , au cas où , avec des éléments de défense ........à bon entendeur ! 

TOUT N EST PAS PERMIS...............A Certains patrons Verreux !!! qui s assoient sur le droit du travail, les conventions collectives, etc ....

 

Tout à fait d'accord, moi aussi ils m'ont mis la pression pendant 2 ans médiation, repport soit disant pour  préparer la défense ( défense de quoi sachant qu'il avait tord!!!) Bref, faut pas avoir peur, un bon avocat et hop il gère tout !!!

Portrait de Marion1989
5/décembre/2012 - 12h49

La définition de la FAUTE GRAVE a été modifiée : arrêt de la chambre sociale, 27 septembre 2007. La faute grave est celle qui rend impossible le maintien du salarié dans l'entreprise. Les conséquences de la faute grave est qu'elle va pouvoir justifier le licenciement; le salarié perd son indemnité de licenciement et de préavis. En revanche, il conserve son indemnité pour les congés payés qu'il lui reste à prendre.

 

Exemple de faute grave : le fait pour un chef de chantier de ne pas porter son casque de sécurité. Il manque à son obligation de sécurité et en plus, le fait d'être chef de chantier lui impose de donner l'exemple pour les salariés qui sont sous sa direction.

 

Autre exemple : des agissements de harcèlement sexuel et de harcèlement moral.

 

Cela peut aussi être une répétition de faits, qui ne sont pas forcément graves pour justifier un licenciement, mais qui en raison de leur répétition, constituent une faute grave. cf: la répétition de retard.

 

À l'inverse un fait isolé suffisamment grave, peut aussi être constitutif d'une faute grave. Arrêt de la chambre sociale, 1er juillet 2008 où la faute grave a été reconnue pour le fait d'avoir fumé une seule cigarette dans une imprimerie. Le fait aussi de fumer un joint dans la salle de pause.

Il y a de la jurisprudence sur le vol en entreprise. Les arrêts sont un peu contradictoires. La question se pose notamment pour les biens volés de faible valeur. Arrêt de la chambre sociale, 16 janvier 2007 où la faute grave a été reconnue : le salarié avait volé un client de l'employeur mais le bien était de faible valeur.

 

Mais dans l'arrêt de la chambre sociale du 23 septembre 2009 : n'est pas considéré comme une faute grave le fait d'avoir volé 3 paquets de crevettes congelées. 

 

 

Dès lors, le salarié qui a mangé ces biscuits pourrait essayé d'obtenir réparation en faisant prévaloir cet arrêt selon lequel le vol "minimisé" ne constitue pas une faute grave mais au pire, une faute simple (légère) ne justifiant pas d'un licenciement. Ainsi, il pourrait demander sa réintégration dans l'entreprise ou des dommages et intérêts !

Portrait de nibali
5/décembre/2012 - 12h35

La grande distribution c'est la jungle! Ma femme travaille dans un supermarché depuis trois ans. Elle à vu la moitié des salariés se faire virés pour différentes raisons. Je lui dit régulièrement qu'elle fait parti des réscapés. Si elle est encore là c'est parce qu'elle respecte scupuleusement le règlement intérieur. Je précise qu'elle a tout de même reçus 2 lettres recommandés, l'une parce qu'il y avait trop périmés dans ces rayons et l'autre parce qu'elle avait fait une petite erreure de caisse (15 euros). Elle est en surçie, on attend la troisième lettre, elle à une épée de damocles sur la tête. Des licenciés comme ce messieur il y en à 50 par jour. C'est comme ça!

Portrait de label5
5/décembre/2012 - 12h27 - depuis l'application mobile

c est la crise les patrons aime bien ce mot la !!!

Portrait de label5
5/décembre/2012 - 12h26 - depuis l'application mobile

c est la crise les patrons aime bien ce mot la !!!

Portrait de touloune
5/décembre/2012 - 12h16

Un avertissement aurait suffit. A mon avis , cela cache une réelle envie de l'entreprise de le licencier et se sert de cette erreur pour justifier le licenciement. Vraiment une époque de merde ou les gens honnêtes sont réprimandés et les délinquants encensés

Portrait de Rose Well
5/décembre/2012 - 12h14

Ils étaient invendables ces biscuits... donc quel problème qu'il les mange ? Il ne crée aucun manque a gagner vu qu'ils devaient aller à la poubelle...

 

Ce licenciement est inadmissible.

 

Réintégration immédiate et condamnation du patron !

Portrait de bennoouuhh
5/décembre/2012 - 12h11
soja79 a écrit :

je pense qu'aux prud'homme il gagnerait, une faute grave 2 biscuits ?? normalement on avertit avant de licencier, ils sont mal barrés

Oui, tout dépend de ses conventions collectives applicables qui régissent le licenciement ainsi que si le règlement intérieur de son entreprise par la signature de son contrat de travail ne le mentionne pas ! Le licenciement pour cause réelle et sérieuse. Efin, il faut prouver s'il est est exacte et ne pas cacher un autre motif inavouable de licenciement...

Portrait de Flassssh
5/décembre/2012 - 11h53

Et voilà, on flanque des produits consommables à la poubelle alors que tant de gens pourraient en bénéficier, et on flanque à la porte un employé pour deux malheureux biscuits... On vit une époque formidable!

Portrait de phix
5/décembre/2012 - 11h27

Quand on compare aux politiques qui font des allers-retours dans les tribunaux, toujours en poste...

Un avertissement, voire une mise à pied, aurait suffit. Quelle publicité pour l'enseigne, encore bravo !