29/11/2012 10:21

Le fondateur de WikiLeaks souffrirait d'une affection pulmonaire qui risque de s'aggraver

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis cinq mois, souffre d'une affection pulmonaire qui risque de s'aggraver, a déclaré mercredi l'ambassadrice équatorienne au Royaume Uni, Ana Alban, lors d'une visite à Quito.

"Il souffre d'une affection chronique aux poumons qui peut s'aggraver à tout moment", a affirmé à la presse Mme Alba, avant une réunion du corps diplomatique avec le président Rafael Correa.

"L'Etat équatorien couvre les frais médicaux" et lui "assure des visites médicales quotidiennes", a précisé l'ambassadrice, en rappelant que le cyber-militant vivait dans un "espace réduit".

Interrogée par l'AFP, un porte-parole de WikiLeaks à Londres, Kristinn Hrafnsson, a refusé de commenter l'annonce de Quito sur la santé de son fondateur.

M. Assange est réfugié depuis 162 jours à l'ambassade d'Equateur située dans un appartement londonien, afin d'échapper à son extradition vers la Suède pour une affaire de viol et d'agression sexuelle présumés que ce dernier a toujours nié.

L'Equateur lui a accordé l'asile politique, mais Londres entend appliquer le mandat d'arrêt suédois. Les tractations entre les deux pays n'ont pour l'instant débouché sur aucune solution.

L'Australien de 41 ans affirme que s'il est envoyé en Suède, il risque à terme d'être extradé vers les Etats-Unis, furieux de la publication par WikiLeaks de documents américains secrets, et d'y encourir la peine de mort.

Fin octobre, l'Equateur avait déjà pointé le risque d'une dégradation de santé de M. Assange, reprochant à Londres de ne pas lui permettre de sortir librement de l'ambassade pour y être hospitalisé.

Le vice-ministre équatorien des Affaires étrangères, Marco Albuja, avait notamment affirmé qu'il avait "beaucoup maigri" et que Quito était "très inquiet pour sa santé".

Le fondateur de WikiLeaks était toutefois apparu peu de temps après, visiblement en bonne forme physique, dans un entretien accordé depuis l'ambassade équatorienne à la chaîne américaine CNN.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ridley
30/novembre/2012 - 04h05
mosfet a écrit :

et hop un peu d'antrax dans la cellule....

N'importe quoi

Portrait de Ridley
30/novembre/2012 - 00h03

Bon courage à lui

Portrait de kwacki
29/novembre/2012 - 14h53

Une "affection" pulmonaire... Décidément, ça s'arrange pas, ici !