18/05/2012 10:13

Le documentaire de Bernard-Henri Lévy sur la Libye va être distribué aux Etats-Unis

Harvey Weinstein, le faiseur de rois qui a conduit "The Artist" aux Oscars, a acquis les droits du documentaire de Bernard-Henri Lévy sur la Libye, "Le Serment de Tobrouk", et le distribuera aux Etats-Unis, a annoncé jeudi soir sa société.
"+Le Serment de Tobrouk+ montre comment les idées et les convictions peuvent changer le cours de l'histoire au travers d'une intervention humanitaire et politique qui aurait sinon paru impossible" écrit The Weinstein Company (TWC) dans un communiqué au ton inhabituellement vibrant et engagé.
"L'annonce a été faite aujourd'hui par le Co-président de la TWC Harvey Weinstein, qui soutient pleinement ce film et voit dans son acquisition un geste politique susceptible de redonner l'espoir à des pays traversant une situation de danger similaire, comme la Syrie", précise le texte.
Le film, réalisé en Libye mais aussi à Paris, Londres et New York par le philosophe français pendant les huit mois du conflit libyen qui ont conduit à la chute de Mouammar Khadafi, doit être présenté le 26 mai en sélection officielle (Séance spéciale) du Festival de Cannes en présence de quatre invités libyens du réalisateur qui monteront les marches avec lui.
Joint à New York où il se trouve, Bernard Henri-Lévy a exprimé sa fierté: "Pour moi c'est, évidemment, une extraordinaire nouvelle".
"J'ai une profonde estime pour Harvey Weinstein", a-t-il expliqué. "Au-delà de sa réussite cinématographique, il est d'abord pour moi l'homme qui a lancé Amnesty International aux Etats-Unis, lutté contre la peine de mort et l'un des rares, côté américain, à avoir mené la bataille contre les lyncheurs de Polanski".
M. Lévy a également souhaité que "ce film fasse entendre que ce qu'on a fait à Benghazi, en Libye, on pourrait le faire à Homs, en Syrie".
"J'aimerais que, quand on sort du film, on se dise: ce n'est pas si difficile, il n'y a pas de fatalité, quand on veut on peut".
Quant à songer à un éventuel Oscar, Bernard-Henri Lévy a préféré adresser une pensée aux "Syriens massacrés" : "Puisse ce film, avec cette nouvelle carrière américaine, contribuer, même modestement, à ce que stoppe l'effusion de sang dans les villes syriennes", a-t-il souhaité.
BHL était déjà venu en 1994 pour présenter en Séance spéciale au festival de Cannes son documentaire sur la guerre en Bosnie, "Bosna!", filmé aux côtés des combattants de Sarajevo.

Ailleurs sur le web

Vos réactions