25/04/2012 18:11

Les radios indépendantes réclament des fréquences FM

Le syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes (SIRTI) a fustigé mercredi à Strasbourg la main mise des "grands groupes" sur la bande FM, et réclamé sa part des trois fréquences FM qui doivent être attribuées avant l'été dans la capitale alsacienne.
"Il faut qu'il y ait une équité dans l'accès aux fréquences. Lagardère, Energie, RTL, Skyrock, RMC: de grosses masses de fréquences ont été attribuées à des groupes qui en avaient déjà beaucoup", a affirmé au cours d'une conférence de presse le vice-président du SIRTI Mathieu Quetel.
Sur 1.600 fréquences attribuées récemment, 300 seulement l'ont été à des radios indépendantes, a-t-il regretté. "Ces fréquences ont surtout servi à ajuster des équilibres entre les grands groupes. Il est dommage d'avoir ainsi gaspillé cette ressource", a-t-il dit.
S'agissant de Strasbourg, où les bénéficiaires de trois fréquences doivent être prochainement désignés, le SIRTI a indiqué s'opposer "à la préemption d'une des fréquences pour le Mouv, la 7ème radio du groupe Radio France". 
"Face à la rareté des fréquences, ce groupe public doit gérer son parc de six fréquences et fixer ses priorités", a-t-il soutenu.
Le SIRTI a aussi estimé que "les groupes qui ont déjà été très bien servis en Alsace-Lorraine lors de la distribution de janvier 2011, doivent cette fois passer leur tour". RMC avait obtenu neuf fréquences et Skyrock sept, a-t-il affirmé.
La "bataille des ondes" est particulièrement âpre en Alsace, en raison du partage de la bande FM avec l'Allemagne. Une quarantaine de dossiers de candidatures ont été déposés - dont ceux de Nova, Beur FM ou Oui FM -, pour trois fréquences seulement qui doivent être attribuées.
La solution réside dans le lancement au plus vite de la radio numérique terrestre (RNT), a plaidé le président du SIRTI Philippe Gault.
Le dossier a été relancé lundi par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CAS), mais les "grands" traînent les pieds, pour ne pas ouvrir la porte à de "nouveaux concurrents", a-t-il dénoncé.

Ailleurs sur le web

Vos réactions