11/12/2006 06:00

Voici le texte de Laurent Bazin "retiré" par I Télé

Vendredi dernier, nous vous révélions que Laurent Bazin, brillant journaliste à I Télé, ne peut pas tout dire, ou plutôt tout écrire...

Disposant d'un blog hébergé par le site internet de la chaîne de télé, I Télé, il a du supprimer un de ses textes, concernant un déjeuner avec Nicolas Sarkozy.

Voici comment Laurent Bazin, lui même expliquait les choses sur ce blog:

"En réponse aux internautes qui s'interrogent sur la disparition de mon blog hier: je l'ai retiré à la demande de la direction de I Télé (dont je suis salarié) et qui ne souhaite pas que le contenu de ce déjeuner collectif avec Nicolas Sarkozy soit publié. Je le regrette"

Qu'avait donc écrit Laurent Bazin sur son blog ?

Voici le texte intégral de son post:

"Ce mercredi midi, la rédaction d'I>télé était invitée à manger place Beauvau avec le ministre de l'Intérieur. Un déjeuner off dans la plus pure tradition, bien entendu.
R.V. 13 heures... 13h15, arrivée du Ministre de l'Intérieur, souriant, costume gris élégant, chemise bleue ciel, cravate bleue soutenue. Jolie montre au poignet. Le portable est posé sur la table à sa droite. Un bouton-pressoir noir à coté du verre pour sonner les serveurs.
Entrée en matière simple et de bon aloi :
"Ah, vous êtes plus sympas là que lorsque je vous écoute parler de moi à la télé. Vous m'épargnez pas... La petite là (Valentine Lopez du service politique, assise à sa gauche, ndlr) : visage d'ange, mais elle jamais un mot gentil. Que des méchancetés. Elle me loupe jamais.
Le tout, bonhomme, sans cesser de plaisanter, en fixant la directrice Générale de la chaine et le directeur de la rédaction assis en face de lui.
Suit le refrain désormais bien connu (Charles Pasqua, l'avais étrenné en 1986 lors des manifs étudiantes) :
"les journalistes de toute façon, vous pouvez pas vous en empécher. La campagne de Ségolène Royal c'est formidable, mon entrée en campagne, c'est nul. C'est sociologique, chez vous : vous êtes 2/3 de gauche, pour 1/3 de droite."
L'entrée vient d'arriver : Coquilles Saint Jacques poëlées. Salade mélangée et volaille émincée pour le Ministre.
Itélé, ce n'est donc pas sa tasse de thé ? Regard vers son conseiller en communication Franck Louvrier :
"Ah! Franck m'a dit de ne pas y aller trop fort, alors... (sourire) Je ne dis pas tout ce que je pense de vous. Je ne veux pas qu'on se fâche. Mais Cécilia, en revanche, elle aime bien I>télé, elle dit que c'est la chaine la plus ouverte, la plus variée. Enfin, il faut reconnaitre que vous avez beaucoup progressé"".
L'entrée en matière épuisée, le rapport de force installé, on passe aux questions politiques. Arrivée du plat de résistance : un filet de bar sur un risotto aux champignons et légumes verts pour nous, une deuxième assiette de crudités et son émincé pour Nicolas Sarkozy (régime, régime...).
Ségolène Royal ? Elle ne l'inquiète pas, même si il s'agace des grâces que lui font les medias.
"Non, elle ne va pas s'effondrer, c'est macho de dire ça. Elle est intelligente, solide, courageuse. Non, elle ne s'effondrera pas. Mais il faut lui opposer les idées. Moi, je serais sur le terrain des idées. Poli, courtois, mais intraitable sur le fond. C'est une femme, mais c'est surtout une responsable politique. Ca fait 20 ans qu'elle est là. Et puis Ségolène Royal, c'est moi qui lui ai ouvert la voie. Si je n'avais pas pris l'UMP comme ça, contre Chirac, vous croyez qu'elle aurait pu bousculer les élephants du PS. Jamais... Maintenant, les français attendent le match. Le match des nouveaux. Ils ne vont pas être décus. Je la sens bien cette campagne. Vous allez voir le sondage IPSOS qui sort cet après midi. Je repasse en tête, j'ai 51% au second tour."


En attendant, il y a débats à l'UMP à partir de samedi. Ca compte ? Il balaie l'affaire d'un revers de main.
"Le moins possible. De toute façon les jeux sont faits. Alliot Marie a perdu 9 points dans le dernier sondageMoi je serais sur une chaise, peut-être même sans cravate. J'écouterais, je répondrais. De ma chaise. Ne pas en faire trop. Et si MAM me reprend sur la discrimination positive, cette fois je répondrais calmement. La première fois (lors de la convention du projet en novembre) j'ai été surpris. C'était une erreur".
Bayrou. "Je n'en parle pas, je ne critique pas. Ses électeurs voteront pour moi au second tour, je ne l'attaquerai pas. Je dis juste qu'il se trompe de chemin".
Le Pen. Il l'aura, un jour il l'aura...
"Mais on ne fait pas reculer Le Pen en étant Ministre de l'Intérieur. Il faut pouvoir agir sur tous les terrains. Redonner espoir dans l'avenir. Redonner espoir. Dans les années 50/60 l'avenir était un espoir. Au creux des années 80/90, il est devenu une peur. Il faut redonner espoir. Le Pen il est là depuis 1983, avec les magouilles de Mitterand... On ne le chasssera pas comme ça... "
Et Jacques Chirac ? Il parait qu'il regarde LCI, lui.
"Oui. Il regarde toute la journée mais on ne parle plus beaucoup de lui. Franchement, je ne voudrais pas être à sa place".
Il revient sur sa gestion de medias. Pas trop, "ca use"... Depuis la rentrée il n'a fait que PPDA, Chabot ("Trois heures, six millions de télespectateurs, vous avez vu ca ? Je suis le seul à faire ça."), Inter une fois, RTL une fois et deux fois Europe 1. "Elkabbach c'est le meilleur. Lui, il travaille. Ca me rassure".
Le dessert arrive. Un flan au pomme, très fin avec sa boule de vanille couronnée d'une chips de pomme. Pour nous... Nicolas Sarkozy se contente d'un bol de fromage blanc avec son coulis de fraise (sans sucre?) et enchaine sur sa vision de l'ecole.
Spectaculaire mémoire. Il connait par coeur, mot après mot le discours prononcé quelques semaines plus tôt sur l'Education. "entre l'uniforme et le jean qui laisse beaucoup trop voir, il y a une marge", dit-il (mais il ne dit pas "string", parce Ségolène Royal l'a déjà fait). Je veux une école sans casquettes vissées sur la tête, sans portables, ou les élèves se lèvent lorsque le prof entre dans la pièce".
Nostalgie ? Non, retour à quelques bonne vieilles valeurs dans un monde qui "change si vite". Les parents attablés acquiessent. Nathalie (Ianetta) demande dans un éclat de rire si il ne veut pas venir chez elle donner quelques leçons à son fils Oscar. Nicolas Sarkozy rigole à son tour.
A cet instant, les assiettes ont disparu. On sert le café avec de joli truffes carrées et du sucre de canne. Sarkozy le guerrier, l'homme dont la jambe droite n'a pas cessé de s'agiter depuis une heure, se laisse - apparemment - aller à l'évocation de quelques souvenirs.
Il raconte les plaisirs simples de son enfance. Les escapades au café avec "son grand père qui l'a élevé", le trajet en métro, le jus d'orange presque rituel de ces sorties magiques, la main dans celle du Docteur Malah. Sarkozy enfant se damnait, dit-il, pour ces moment là. Pour aller au spectacle on reservait quatre mois à l'avance. Ma mère nous achetait des vètements neufs, pour y aller... Des vètement neufs, c'était quelque chose. Attention, hein... On n'était pas pauvres. On était des bourgeois. Ca allait. Mais c'était tout de même quelquechose".
Il parle de sa première emotion de cinéma. "Ben hur". "Avec Charlton Eston, celui de 59, hein, pas l'autre... quand je l'ai vu au Kino, ça faisait quatre ans qu'il était à l'affiche. Quatre ans, aujourd'hui un film ca rester quoi ? Trois semaines à l'affiche?".
Aujourd'hui, il adore les bronzés 3 : "14 millions d'entrées. Il faut pas cracher sur un film parce qu'il a rencontré le public. C'est comme Jonathan Littel et ses "Bienveillantes" (qu'il a lu et apprécié même si certains passages l'ont mis mal à l'aise) : "250.000 exemplaires vendus sans un seul article de presse. Il s'est bien passé quelque chose, non ? On ne peut pas le nier". Et il affirme : "moi j'ai vendu plus de 400.000 exemplaires de "Témoignages". Ca c'est quelquechose, non ?".
Retour à la littérature. Il dit que son livre préféré c'est le "voyage au bout de la nuit" de Celine. Qu'il adore Albert Cohen, et ces quarante pages ou Ariane attend Solal dans "Belle du seigneur". Que l'écrivain ait su se glisser avec une telle précision dans la tête d'une femme l'épate. Il est très sensible à ces quarante pages; C'est "son coté femme", dit-il.
Et le voilà érudit : "C'est un livre que Cohen a écrit en 68, sur les bords du lac de Genèves. en 68... Il devait s'emmerder comme un rat". Il redevient sérieux : "Mais mon préféré de Cohen c'est le "livre à ma mère". Celui là, il l'a écrit en en 59. Et la preface, vous savez : "aux insensés qui pensent que leur mère est immortelle". Ca c'est fort, très fort.
Il est 14.35, retour à la politique. Nicolas Sarkozy confie qu'il ne se voit pas faire ça toute sa vie.
Surprise générale.
"Deux mandats et c'est tout ?", glisse une journaliste. "Et encore, répond le candidat, si ca ne tenait qu'à moi je n'en ferais qu'un. Mais je ne peux pas. Tant d'espoirs reposent sur moi. Des millions de gens comptent sur moi. Je ne peux pas faire ça."
Et après ? "Après j'irai dans le privé, gagner de l'argent. Je suis avocat, je peux réussir là. Mais j'ai aussi des amis qui me confieraient bien la tête d'une grande entreprise privée. L'argent, ça compte. Je n'ai pas de fortune personnelle. Ce qui compte dans la vie, c'est l'amour. De l'argent, c'est pour les siens, pour acheter une maison, un bel appartement. Offrir un appartement à ses enfants... Je ne veux pas être comme Giscard et Raffarin, un ancien le reste de ma vie à me trainer là, à me lamenter sur ce que je ne suis plus".
14.45. Le ministre-président-candidat est reparti avec une franche poignée de main et un petit mot pour chacun. "C'était très sympa", me dit-il en me serrant chaleureusement le coude.
Bien entendu, cher Zbiegnew c'était off. Et oui, Charles, les cuisiners de la Place Beauvau ont le tour de main... Mais on sait maintenant à quoi servent ces rencontrent off... Alors pourquoi se priver de vous le raconter. A moins que vous ne vouliez pas savoir ?"

Notez également, pour être totalement transparent que Laurent Bazin a écrit le texte ci-dessous après que sur Europe 1, nous ayons évoqué son "problème"

A propos de JM Morandini et de "censure"...

Ouh là... Que de boucan, que de conclusions rapidement tirées, de journalistes une nouvelle fois mis sur le bûcher et de buzz facile autour d'un malheureux texte !

Alors je m'explique : oui, je peux écrire ici ce que bon me semble (la preuve avec l'édito d'hier sur Sarkozy et Paris-Match). De la même manière il ne me semble pas faire preuve à l'antenne d'un politiquement correct particulièrement scandaleux (litôte...).

Impertinent, c'est souvent le mot employé par ceux qui nous regardent et c'est le cas des autres présentateurs de I>télé, dont il ne faudrait tout de même pas, par un formidable retournement d'opinion, faire la chaine de la soumission alors qu'elle a été jusqu'à ce jour l'empécheur de penser en rond du PAF. Je pense en particulier à Samuel Etienne dont je rappelle qu'il a été l'un des premiers à déboulonner la pensée unique, comme à l'époque je le faisais pour ma part à LCi dans Question d'actu. Tout celà s'est fait sous la houlette de Bernard Zekri, qui est encore aujourd'hui le directeur de la Rédaction : le bon Dieu ne peut pas devenir le Diable du jour au lendemain, Si ?

Sur "l'affaire" évoquée ce matin sur Europe 1 par Jean-Marc Morandini, une précision : je n'ai jamais dit avoir été censuré. Il aurait d'ailleurs suffit a Jean-Marc, que je connais bien, de m'appeler pour que je le lui explique. Ceux qui par ailleurs ont lu ce texte (et je crois comprendre que certains l'ont gardé) savent qu'il ne sagissait que d'un récit à la "Tintin en sarkozie", finalement plus croustillant que révolutionnaire.

Donc, mon cher Jean-Marc, rassure-toi aucun ex-secret d'état ne figurait dans ce texte. Et Nicolas Sarkozy n'a pas téléphoné pour le faire retirer. Je le précise aussi pour mon ami Guy Birenbaum qui me proposait pratiquement l'asile politique sur son site : je trouve sur I, une liberté de parole devenue bien rare ailleurs.

La direction de la chaine, a simplement estimé que j'aurais du lui demander son accord avant de publier un texte sur un déjeuner privé qu'elle avait organisé, elle-même, avec le Ministre. C'est la raison du retrait, parce que comme le dit un internaute avisé, être salarié crée aussi des devoirs. La direction me précise aussi que suis tout fait libre d'écrire ce que je souhaite par ailleurs et je ne m'en priverai pas.

Si demain une véritable censure devait s'exercer, je serai le premier à en tirer les conséquences, "salaire confortable" ou pas (ce qui est arrivé par le passé, justement avec le nouvel Europe 1 sur lequel Jean-Marc Morandini continue à évoluer contre vents et marées avec la force de caractère et l'habilité que je lui connais).

Mais je vais vous dire : ce que cette affaire révèle à mes yeux de néophyte, c'est le formidable caractère viral du net. Le fait qu'un texte mis en ligne soit immédiatement lu (et conservé...) par des dizaines de personnes) et que le même texte ne puisse être retiré sans que celà se voit et fasse réagir... Tout celà me semble extrêmement saint.

Je pense cette fois être tout à fait complet sur le sujet ! :-)

Mais, si je me peux me permettre, cher Laurent, fais comme moi, ouvre un blog en dehors de ton  - ou tes employeurs-, cela te permettra d'écrire en toute liberté !

Amicalement

JMM

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de yvan
11/décembre/2006 - 11h43

RASCAL56
Alors au revoir, tu vas bcp nous manquer....

Portrait de RASCAL56
RASCAL56 (non vérifié)
11/décembre/2006 - 10h48

Decidement vous vous engager de + en + avec Ségolè
Encore une polémique inutile contre Sarkosy !
Il n'y a rien à dire, le sujet n'a jamais existé mais vous en avez fait une polémique !
Vous devez être content désormais, vous FAITES l'actualité, vous existez dans la pensée de MORANDINI !!
En ce qui me concerne c'est fini, vous m'avez perdu comme lecteur et comme auditeur.

Portrait de arthus44
10/décembre/2006 - 15h59

qu'est-ce que le Sarko phage ?
Le Sarko phage est un virus qui détruit les libertés et les bactéries !
Catégorie science ; derniére découverte à la suite d'une erreur de manipulation !

Portrait de yvan
10/décembre/2006 - 15h36

carpediem
tu as raison on va juste dire 2 500 000 voix c'est mieux et plus parlant!!
et je peux te dire que je suis ravi!!

Portrait de yvan
10/décembre/2006 - 14h45

laly67
les miss hier ont du bcp trop d'effets sur moi:))))

Portrait de yvan
10/décembre/2006 - 14h36

re erratum
soit 7.6% bien sur:))))

Portrait de yvan
10/décembre/2006 - 14h36

erratum
chevennement en 2002 : 5.33% et taubira: 2.32% soit 6.5%!! Une bonne nouvelle pour ségo, VRAIMENT!!

Portrait de yvan
10/décembre/2006 - 14h16

jybreizh
chevèenement à fait 3.69% et taubira 1.6% soit 5% et 2 100 000 de voix et ces deux la on apportés leurs soutien à ségo, ce n'est pas négligeable et c'est une tres bonne nouvelle pour elle

Portrait de yvan
10/décembre/2006 - 12h09

pops83
Je ne crois pas, ces gens sont journalistes et leur métier est de retranscrire les propos des gens donc rien ne veut dire qu'ils avaient des micros!!

Heureusement que les politiques ne peuvent plus faire confiance aux journalistes (et inversement) sinon c'est de la compromission!!

Portrait de yvan
10/décembre/2006 - 11h47

bernard
Europe 1; comme paris match d'ailleurs est détenue par arnaud lagardère ami intime de sarko!!
Sur Europe1 elkabach téléphone à sarko pour savoir qui nommé comme journaliste politique!! C'est fou, mais c'est vrai

Portrait de Voyageur
10/décembre/2006 - 11h46

Encore moi...
J'ai posté un message il y a 4 heures et, même si je vous accorde, Jean-Marc, de ne pas vous embarrasser de votre blog le dimanche, j'attends à terme une réponse sur ce qu'il faut penser de l'avant-dernier paragraphe de la réaction de Laurent Bazin :
Pourquoi évoque-t-il le "nouvel" Europe1 ? N'est-il pas aussi exempt de tout reproche que "l'ancien" ? Y a-t-il un problème avec J-P ElKhabach ?
Pourquoi Laurent Bazin a-t-il quitté Europe 1 ?
A quels "vents et marées" êtes-vous soumis exactement? Pourquoi vous faut-il de la "force de caractère" et de "l'habileté" pour continuer ?
J'aimerais avoir des réponses claires, s'il vous plaît...

Portrait de kiabi61
10/décembre/2006 - 11h15

INTERESSANT
je rejoint berthounet sur ce point, en efft, le texte est vraiment TRES interressant !
je me suis posé la meme question, comment peux ton se souvenir aussi précisément d'un déjeuner avec sarkozy ?

Portrait de yvan
10/décembre/2006 - 11h12

bof
rien de plus que l'o ne sait déja sur sarko.

Portrait de Voyageur
10/décembre/2006 - 07h22

La vérité sur la censure
Cher Jean-Marc,- je m'adresse à vous dans ces colonnes parce que je sais qu'il vous arrive de les parcourir et parfois même d'intervenir- ce texte ne contient effectivement aucune révélation croustillante ou scandaleuse ; elle est même plutôt drôle (j'aime par exemple le pathétique : "bien entendu (...) c'était off..." de M. Sarkozy ; on sent qu'il avait un peu préparé ce dîner, les champs lexicaux de certains paragraphes sont rélévateurs d'un opportunisme étudié, une vraie campagne de communication souterraine).
Toutefois, le passage qui m'intéresse le plus se trouve dans le deuxième texte, où il parle d'Europe1 ; Laurent Bazin a écrit : "Si demain une véritable censure devait s'exercer, je serai le premier à en tirer les conséquences, salaire confortable ou pas (ce qui est arrivé par le passé, justement avec le nouvel Europe1 sur lequel Jean-Marc Morandini continue à évoluer contre vents et marées avec la force de caractère et l'habileté que je lui connais)"(avant dernier paragraphe)
Pourriez-vous m'expliquer de quel type de "censure" sur Europe1 parle-t-il ? J'avais entendu par exemple l'an dernier cette histoire de "nomination d'un journaliste" par le ministre de l'Intérieur, et je n'avais pas trouvé très crédible la manière dont vous aviez défendu votre station sur votre antenne...
Europe 1 est-elle une station manipulée, censurée, sous une certaine forme nébuleuse, où un journaliste comme Laurent Bazin peut légitimement considérer qu'il n'a pas sa place ?

Portrait de VG98
10/décembre/2006 - 02h03

Et qui paye l'addition ?
Eh oui chouette menu, mais il a lieu au ministère de l'intérieur... Dans le cas présent pas de doute c'était bien le candidat face à la presse... Sans parler de l'autre repas (députés UMP). Encore un abus de position qui ne figurera pas dans les frais de campagne.

journalistes ou internautes personne ne semble choqué par cette règle élémentaire en periode d'élection

Portrait de mikl57
10/décembre/2006 - 01h27

Oo Les fautes...
Il n'y a pas de BLED a la rédaction de ITélé? =)

Portrait de Claudiaz
10/décembre/2006 - 00h41

En tout cas, je voulais
dire à M.Bazin qu'il a un très beau sourire ;)

Portrait de Claudiaz
9/décembre/2006 - 23h58

Laurent Bazin
C'était pas le journaliste qui s'était fait sorti (fort injustement pour moi) d'Europe 1 il y a deux ans?

Portrait de Ringhio
9/décembre/2006 - 23h51

Ouh que de fautes de frappes ci-dessus !
Et on ne peut pas éditer ;-)

Portrait de Ringhio
9/décembre/2006 - 23h50

Pour Bono ert Typhoo : + 1
La Sarkophobie ambiante est ridicule, heureusement qu'on en meurt pas.

Tiens, ce matin, mon rouleau de PQ était percé au fait... c'est sûrement la faute à Sarko ?
A midi j'ai ouvert une bouteille de vin bouchonnée : la faute à Ségolène ce coup-ci ?

Il est normal de s'intéroger et de débatre, mais de là à être systématiquement péromptoire contre Untel ou Unetelle, çà devient franchement lourd les gars !

Portrait de yvan
9/décembre/2006 - 23h34

carpediem
excuse moi, c'était ironique, c'est pour rire, vraiment.

Portrait de Ringhio
9/décembre/2006 - 23h31

.........
.......assez croustillant pour le citoyen de base que je suis !

Mais çà me met mal à l'aise par rapport à la crédibilité de l'information, pas vous ?

:-s

Portrait de Ringhio
9/décembre/2006 - 23h30

Je trouve pourtant ce OFF...
.....

Portrait de anncath
9/décembre/2006 - 23h23

bono
cool c'est le week end .moi aussi je suis off

Portrait de yvan
9/décembre/2006 - 23h23

carpediem
il est tard va te coucher:))

Portrait de anncath
9/décembre/2006 - 22h31

et la censure ne
fait que commencer

Portrait de Tyfoot
9/décembre/2006 - 16h41

C'est chaud !
C'est dingue dans ce pays comment dès qu'il se passe qq chose, c'est de la faute de Sarkho ! On en a enfin un épouvantail qui a remplacé le vieillissant Le Pen... Allez faire un tour sur le blog de L.Bazin qui vous expliquera que Sarkho ne l'a pas menacé d'exécution sommaire s'il ne retirait pas son texte. Alors p-ê la chaîne n'a pas voulu faire sarkho-mania ni défavoriser la concurrence. La seule chose que l'on peut regretter c'est qu'un journaliste ne puisse pas écrire ce qu'il veut. A croire que nous ne saurions pas capable de penser tout seul que les politiques sont des manipulateurs d'image... :-)

Portrait de Richy
8/décembre/2006 - 19h07

N'ayons pas peur de tout écrire
C'est vraiment dommage, que la direction d'I-TELE lui ais demandé de supprimer cette infos, car c'est une chaine qui est normalement sans langue de bois.

Portrait de jeepee
8/décembre/2006 - 16h49

Au final
Certains censurent leurs posts alors que d'autres n'hésitent pas à laisser sur leur blog de la pub pour Nicolas Sarkosy. L'un ne me semble pas plus scandaleux que l'autre.

Portrait de yvan
8/décembre/2006 - 11h09

GUILLAUMERIVAULT
On voit que as jamais lu les blog des journalistes politique de LCI . De plus mr bazin ne donnait pas son opinion, mais relatait un déjeuner avec mr le censeur.

Les plus vus