25/06 16:31

Des sénateurs français remettent à l'ambassade d'Iran en France un courrier demandant la «libération immédiate» de trois Français détenus par Téhéran et considérés comme «otages d'État»

Des sénateurs et sénatrices français ont remis à l'ambassade d'Iran en France un courrier demandant la «libération immédiate» de trois Français détenus par Téhéran et considérés par le gouvernement français comme «otages d'État», a constaté une journaliste de l'AFP. Dans ce courrier, dont l'AFP a eu copie, qu'a déposé le parlementaire socialiste Rachid Temal dans la boîte aux lettres de l'ambassade, 79 sénateurs attirent l'attention de l'ambassadeur iranien Mohammad Amin Nejad, en poste à Paris, «sur le sort» de Cécile Kohler, Jacques Paris et d'un troisième Français prénommé Olivier dont le nom n'est pas public. Ils sont «injustement détenus en Iran», écrivent-ils.

En cette veille de journée internationale de lutte contre la torture, ils exigent que «leurs conditions de détention respectent les textes internationaux dont la République islamique d'Iran est cosignataire, à savoir la déclaration universelle des droits de l'Homme ; le pacte international sur les droits civils et politiques ainsi que la convention de Vienne sur les relations consulaires». En contradiction avec ces textes, ils déplorent l'absence de «procès équitable», le non-respect des droits de la défense ou encore l'absence de visites consulaires régulières et des conditions de détention jugées indignes.

Le couple formé par Cécile Kohler et Jacques Paris avait été arrêté en mai 2022, accusé d'être des espions. Les sénateurs sollicitent l'intervention de l'ambassadeur iranien pour obtenir leur transfert immédiat «de la section 209 dans laquelle ils sont incarcérés vers le quartier des prisonniers politiques, dont la rigueur est moins critique». «Les informations qui nous parviennent sont alarmantes pour l'état de santé physique et psychologique de Cécile Kohler et de Jacques Paris, lequel vient de fêter ses 71 ans, en détention», écrivent-ils également.

Ils précisent que dans la Section 209 de la prison d'Evin (Téhéran), les cellules n'ont pas de fenêtre et la lumière est allumée jour et nuit. Les trois sorties de trente minutes par semaine qui leur sont accordées sont «parfois supprimées», ils «dorment à même le sol, sans matelas, sur une simple couverture de fortune», leurs codétenus sont changés «dès que des liens se nouent» et ils ne peuvent conserver les livres, lettres, photos que leur famille leur envoie, détaillent les sénateurs. Cécile Kohler n'a reçu que trois visites consulaires. Enfin, les familles du couple n'ont reçu aucune nouvelle depuis le 13 avril dernier, soit depuis plus de deux mois.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de sandra666
26/juin/2024 - 06h36

On peut les échanger contre Manuel Bompard. 

Portrait de maudav
25/juin/2024 - 20h40

J'ai envie de rire ! Des sénateurs qui ne foutent jamais rien demandent à l'Iran quelque chose.

Même eux doivent se marrer...