17/06 18:17

Attaque au couteau à Metz : Cinq personnes ont été blessées à l'arme blanche dont deux très grièvement - Le pronostic vital de l'un d'eux engagé - Le ou les auteurs sont en fuite

18h16: "L'hypothèse retenue à ce stade serait un contexte d'extorsion de fonds. Le mobile terroriste est donc exclu", indique le parquet de Metz. Et d'ajouter que les faits "impliqueraient plusieurs auteurs en fuite".

Une enquête pour tentative de meurtre a été ouverte. Elle a été confiée au service interdépartemental de la police judiciaire de Metz, précise le parquet.

17h10 LE POINT SUR CE QUE L'ON SAIT

Cinq personnes ont été blessées dont deux très grièvement lundi à Metz mais le parquet a exclu à ce stade l'hypothèse terroriste. L'hypothèse terroriste est exclue à ce stade, a précisé à l'AFP le procureur de la République de Metz, Yves Badorc, qui n'a pas pu donner d'autres éléments dans l'immédiat. Les pompiers ont indiqué avoir pris en charge quatre blessés à l'arme blanche, dont un léger, qui ont été emmenés à l'hôpital Mercy de Metz. Une autre personne blessée s'est rendue à l'hôpital par ses propres moyens.

Les victimes sont âgées d'une trentaine d'années environ, ont précisé les pompiers. Ces derniers ont déployé quatre ambulances et une quinzaine d'homme sur les lieux de l'agression. Les blessés sont cinq hommes, a indiqué à l'AFP une source policière. Les faits se sont déroulés à 11 heures lundi matin dans la rue devant un commerce, a encore indiqué une autre source policière.

L'attaque s'est produite à proximité d'une supérette du quartier Borny à Metz, selon Le Républicain Lorrain, qui évoque un possible règlement de comptes. Marie, une infirmière dont le cabinet est installé à proximité, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille, a évoqué des tensions dans le quartier. "Il y a de l'insécurité, il y a du trafic du drogue, c'est connu, on n'est pas du tout en sécurité. Il y a quelques mois un jeune de 17 ans s'était fait tirer dessus juste à côté, boulevard d'Alsace, la rue parallèle. Il y a des tensions palpables entre clans", a-t-elle déclaré à l'AFP. "Ce qui s'est passé ce matin, selon les dires d'un voisin, c'est par rapport à la supérette, un clan veut la récupérer", a-t-elle ajouté.

Lundi, un périmètre de sécurité a été mis en place dans le quartier. "Je n'ai pas pu travailler, les gens n'avaient pas le droit de rentrer dans l'immeuble", a expliqué une orthophoniste qui exerce à proximité et a souhaité garder l'anonymat. "J'ai vu des blessés, des gens qui se tapaient, et quelqu'un courir avec une hache après une voiture. C'était des jeunes. Après, les policiers et les pompiers sont arrivés, mais je n'en sais pas plus. Ce sont sans doute des règlements de compte. Il y a des trafics de drogue ici, même si dans la journée, on ne voit pas grand-chose", a-t-elle ajouté.

Borny est un quartier prioritaire de la politique de la ville de Metz qui avait été durement touché l'année passée lors des émeutes survenues après la mort du jeune Nahel, tué à Nanterre lors d'un contrôle policier. La médiathèque du quartier avait été incendiée, au grand dam des élus et des habitants. La mairie du quartier avait également été partiellement incendiée.

15h36: D'après une source policière au Figaro, l’attaque serait liée à une affaire de racket impliquant des membres de la communauté afghane. «Plusieurs victimes de cette attaque, d’origine afghane, ont identifié les auteurs comme appartenant à la même diaspora» vivant à Metz-Borny, un quartier périphérique situé à l’est de la ville, poursuit cette source.

.

15h33: Selon Le Republicain Lorrain, les circonstances restent pour l’heure troubles. Le pronostic vital de l'un des blessés est engagé. "Les victimes ont été transportées par les pompiers à l’hôpital de Mercy." Et d'ajouter que le ou les auteurs sont en fuite et sont activement recherchés.

15h19: Cinq personnes ont été blessées dont deux très grièvement lundi à Metz, a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Metz Yves Badorc. L'hypothèse terroriste est exclue à ce stade, a précisé le procureur, qui n'a pas pu donner d'autres éléments dans l'immédiat. D'après une source proche du dossier, il s'agit d'un règlement de comptes entre Afghans.

Selon le Républicain Lorrain, l'attaque s'est produite vers 10h15 dans une supérette du quartier Borny à Metz et les victimes sont des jeunes gens. Le journal évoque un possible règlement de comptes.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
18/juin/2024 - 13h54

Les bienfaits de l'accueil des réfugiés...

Portrait de Beguin
18/juin/2024 - 06h32

Avec Le front de gauche, la notion de propriété  privée sera remis en cause, vos biens immobiliers seront réquisitionnés pour loger des familles de migrants.. A méditer 

Portrait de Koikilencoute
17/juin/2024 - 20h48

Macron a la solution à la délinquance : il va « ouvrir un grand débat sur la laïcité »

Portrait de Amandecroquante
17/juin/2024 - 17h46

C’est marrant comme maintenant ils s’empressent de dire que ce n’est pas une attaque terroriste…

Non mais si c’est un règlement de compte de délinquants ou de trafiquants de drogues c’est exactement la même chose ! 

 

Portrait de Philtlse
17/juin/2024 - 17h09

Ils ne font pas assez de sport et ne vont pas au théâtre, offrez leur le carnet culture

Portrait de Philtlse
17/juin/2024 - 17h06
peteux a écrit :

A quand l'entrée de l'Afghanistan dans l'Union Européenne?

juste après l'UK-Raine

Portrait de peteux
17/juin/2024 - 17h03

A quand l'entrée de l'Afghanistan dans l'Union Européenne?

Portrait de Decenale
17/juin/2024 - 16h59
steph007 a écrit :

Toutes les bonnes âmes qui ouvraient les bras aux pauvres Afghans victimes des talibans en 2021 peuvent être remerciées. Et on va avoir exactement la même chose avec les Palestiniens. Votez RN !

Non merci, je ne vote pas pour la gauche.

Portrait de steph007
17/juin/2024 - 16h49

Toutes les bonnes âmes qui ouvraient les bras aux pauvres Afghans victimes des talibans en 2021 peuvent être remerciées. Et on va avoir exactement la même chose avec les Palestiniens. Votez RN !

Portrait de camille352
17/juin/2024 - 16h23
COLIN33 a écrit :

Encore une histoire entre "gens" bien de chez nous

Donc, après cette phrase bien appuyée que vous nous sortez là... sur les "gens" bien de chez nous, vous allez donc voter RN... pour juguler tout cela ?

Merci colin33 d'avoir enfin ouvert les yeux.smiley

 

 

Portrait de Ocarina
17/juin/2024 - 16h11

Quelques points en plus pour le RN ; il sème bien et de la bonne graine notre Macron!

Portrait de Lazus
17/juin/2024 - 16h01

Encore des histoires de breton...

Portrait de Le Suisse
17/juin/2024 - 16h00

Vous seriez étonné du nombre de Suisses qui ne veulent plus venir en France car ils ont peur...à Lyon par exemple.

Portrait de Capri
17/juin/2024 - 15h57
COLIN33 a écrit :

Encore une histoire entre "gens" bien de chez nous

Ça se passe comme ça à Paris dans certains quartiers depuis des décennies entre les gens de ces pays là et sans que les parisiens classiques ne s’en rendent meme compte. Ce qui est nouveau : des villes moyennes de Province sont touchées à présent.

Portrait de Capri
17/juin/2024 - 15h54

Il y a 30 ans, nous avions fait une sortie scolaire au Tribunal Correctionnel de Paris, ouvert à l’époque au public. Je suppose que ça doit toujours être le cas moyennant une fouille approfondie.

BEAUCOUP de cas jugés etaient des bagarres au COUTEAU entre personnes issues de communautés du Pakistan et autres pays voisins. Donc : ce n’est PAS NOUVEAU. C’est comme ça que les différents se règlent là-bas.

A présent 1) c’est médiatisé et tout de suite - 2) ce n´est plus seulement à Paris et dans certains quartiers de Paris - 3) il y a le fait religieux qui s’est mêlé aux bagarres de droit commun avec les attentats monstrueux qu’on a connu.

Face à ça, nous sommes restés +/- avec les mêmes « armes » légales. C’est ça qu’il faut changer.

Portrait de Le Suisse
17/juin/2024 - 15h43

Il parlent pas français alors bon, ils ont pas compris le message de LFI: tenez vous tranquille pendant 3 semaines...

Portrait de COLIN33
17/juin/2024 - 15h40 - depuis l'application mobile

Encore une histoire entre "gens" bien de chez nous