14/06 16:31

Trois personnes mises en examen par un juge d’instruction à Rennes après le démantèlement d’un réseau d’obtention illicite d’un médicament puissamment addictif, le Fentanyl

Trois personnes ont été mises en examen jeudi par un juge d’instruction à Rennes après le démantèlement d’un réseau d’obtention illicite d’un médicament puissamment addictif, le Fentanyl, a-t-on appris auprès du parquet. Il s’agit de deux hommes et une femme, âgés de 26 à 44 ans et de nationalité géorgienne, indique dans un communiqué le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, confirmant l’information sur ce trafic révélée par Le Parisien.

« De nationalité géorgienne, âgés de 26 à 44 ans, ils résident dans des logements sociaux à Rennes et sont fortement dépendants au Fentanyl. Ils ne présentent pas d’antécédents judiciaire notables, bien que l’un avait été condamné à deux reprises pour des faux et usages de faux en écriture en 2022 et 2024 », précise-t-il. Les deux hommes ont été placés en détention provisoire et la femme a été placée sous contrôle judiciaire.

L’affaire avait débuté en mai 2023 lorsque le commissariat de police de La Baule (Loire-Atlantique) interpellait en flagrant délit un Géorgien qui présentait à plusieurs pharmacies locales des ordonnances volées et/ou falsifiées, pour obtenir la délivrance de médicaments contenant du Fentanyl dans sa posologie maximale, notamment sous forme de patchs transdermiques.

Le Fentanyl est un analgésique opioïde ayant un effet environ cent fois plus puissant que la morphine et au moins cinquante fois plus que l’héroïne, extrêmement addictif (dépendance physique et psychique), souligne le parquet de Rennes dans son communiqué.

Après la mise en examen et en détention du mis en cause, les investigations menées par l’antenne rennaise de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) démontraient l’existence d’un « groupe criminel » actif depuis plusieurs années « dans l’ensemble des départements du Grand-Ouest ».

La Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) dans le crime organisé de Rennes a identifié au total 723 ordonnances (517 falsifiées et 206 issues de vols) ayant permis la délivrance de 2.300 boîtes de Fentanyl dans 17 départements de l’ouest de la France. « A ce stade, il est établi que le Fentanyl est destiné pour partie à la consommation personnelle des mis en cause » et pour partie à la revente au sein de la communauté géorgienne en France, selon le communiqué du parquet.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de MATILOS
14/juin/2024 - 17h09

ce produit est uniquement réservé dans les hôpitaux au bloc opératoire et éventuellement aux urgences.C'est un produit extrêmement dangereux si  il est mal dosé.