12/06 18:04

L'humoriste d'extrême gauche Guillaume Meurice juge que "l'extrême droite" a remporté une "victoire idéologique" après son licenciement par France Inter pour avoir réitéré ses propos polémiques

L'humoriste d'extrême gauche Guillaume Meurice juge que "l'extrême droite" a remporté une "victoire idéologique" après son licenciement par Radio France pour avoir réitéré ses propos polémiques sur le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. "On en rirait volontiers si l'histoire s'arrêtait à mon cas personnel. Mais le projet est global", écrit-il dans une "lettre à France Inter", son ancienne radio, postée sur le réseau social X.

"Les +libéraux+ sont en train de livrer le pays clés en main à l'extrême droite, lui offrant, ce jour, une énième victoire idéologique", poursuit-il, alors que le RN se présentera en position de force aux législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet. Radio France a licencié M. Meurice mardi pour "faute grave", sa présidente Sibyle Veil lui reprochant sa "déloyauté répétée".

Figure de l'émission "Le grand dimanche soir", présentée par Charline Vanhoenacker, l'humoriste a répété fin avril ses propos polémiques sur M. Netanyahu tenus une première fois fin octobre. Il l'avait comparé à une "sorte de nazi mais sans prépuce", ce qui avait déclenché des accusations d'antisémitisme et une plainte, finalement classée sans suite. Cela avait aussi valu à Radio France une mise en garde de l'Arcom, le régulateur de l'audiovisuel.

Plusieurs chroniqueurs de l'émission ont annoncé leur départ en solidarité avec Guillaume Meurice: Aymeric Lompret, GiedRé, Laélia Véron et, mercredi matin, Thomas VDB. Pour sa part, Charline Vanhoenacker a dit mercredi prendre "acte que celui qui a fait honneur au service public est aujourd'hui remercié".

"Le bouffon congédié, plusieurs de mes camarades ayant démissionné, ma troupe amputée, il faudra une fois encore m'adapter", a-t-elle écrit sur X, allusion au fait que son émission est passée l'an dernier d'un rythme quotidien à hebdomadaire. Mardi, dans un mail aux salariés, Mme Veil a fait valoir que Guillaume Meurice n'avait "pas laissé d'autre choix" à Radio France que de le congédier.

"En réitérant finalement ses propos à l'antenne en avril, Guillaume Meurice a ignoré l'avertissement qu'il avait reçu, la mise en garde de l'Arcom et détourné la décision du procureur" de classer la plainte sans suite, a-t-elle argumenté.

Sans nommer Mme Veil ni la directrice de France Inter Adèle Van Reeth, M. Meurice a fustigé dans sa lettre les "âmes de si peu de scrupules" qui dirigent la station, en leur reprochant "leur soif d'obéir" et "leur brutalité".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
13/juin/2024 - 13h03

Il a fait beaucoup de blagues contre le Hamas ou Rima Hassan ?

Portrait de MICMAH458
13/juin/2024 - 08h31

Bein non mon gars, l'extrême droite n'a rien gagné du tout et n'y est pour rien dans cette petite histoire de peu d'importance : t'es viré parce que t'es pas bon, parce que tu as été engagé comme humoriste et que tu ne l'es pas, que tu as tenu des propos orduriers et que tu te servais de l'antenne mise à ta disposition pour cracher ton venin et faire passer ton idéologie gauchiste, pro-islamiste et anti-démocratique.  Un parcours royal t'est d'ores et déjà promis chez LFI, où tu rencontreras un tas de copains qui pensent comme toi.

Portrait de cid
13/juin/2024 - 05h46

tous ces gens qui ne peuvent pas juste reconnaître qu'ils sont mauvais ! toujours de la faute de l'autre ! Bah non, t'es pas drôle c'est tout !!!

Portrait de seb2746
13/juin/2024 - 02h39
GLGD a écrit :

T'es sacrément limité quand même. Un patron qui rappelle à l'ordre un salarié pour un geste précis, le patron lui-même reçoit un rappel à l'ordre de l'organisme de contrôle, et reçoit aussi un courrier d'explication du procureur pour souligner que le geste est condamnable mais ne peut être poursuivi juste parce que la personne visée par le geste du salarié n'a pas porté plainte en personne. Saison 2 : le salarié insulte et moque le patron à tout va en public.Saison 3 : le salarié répète le geste indiqué au début de l'histoire.Le patron vire le salarié. Pourquoi faut-il une condamnation de la justice pour pouvoir virer son salarié ? Le salarié peut contester, mais le patron est bien celui qui peut légalement décider unilatéralement de dégager un salarié sans attendre un juge.Quelle couche !smiley

La phrase n'est PAS condamné par la justice, elle ne PEUT être retenue comme une faute vu que la justice donne RAISON au salarié, qu'importe que l'employeur soit pas content, qu'il aille de nouveau en justice si il "pense" que c'est une faute.

Il ne le fait pas et le vire pour le MEME problème, qui n'existe PAS au yeux de la justice. C'est 100% win aux prud'hommes et ça n'a fait QUE de la mauvaise pub pour cette radio et ses dirigeants au final (qui sont "Charlie" officiellement, le journal aillant fait et écrit PIRE que sa petite phrase réaliste).

Pour les insultes, c'est toléré sur cette radio depuis des décennies tant que ça reste de l'humour (noir ou pas, qu'importe) et pas de l'insulte caractérisée, ce n'est pas pour ça qu'il est viré mais bien pour la "Phrase", ce qui est grave car ça implique une censure évidente et dangereuse.

Portrait de GLGD
13/juin/2024 - 01h27
seb2746 a écrit :

Donc pour vous "sans suite" = coupable ? il y aurait des milliers de Français en prison si c'était vrai...

"le doute doit bénéficier à la personne mise en cause, et elle ne peut être condamnée que si l’on est sûr de sa culpabilité.", ce qui n'est PAS le cas, pas de culpabilité pour ses propos, aucune raison d'être mis à pied.

Là y'a même plus Charlie, ni liberté d'expression non plus, surtout que c'est des propos sur un criminel de guerre avec 2 plaintes pour génocides que pas mal ici considère comme un gourou.

T'es sacrément limité quand même. Un patron qui rappelle à l'ordre un salarié pour un geste précis, le patron lui-même reçoit un rappel à l'ordre de l'organisme de contrôle, et reçoit aussi un courrier d'explication du procureur pour souligner que le geste est condamnable mais ne peut être poursuivi juste parce que la personne visée par le geste du salarié n'a pas porté plainte en personne. Saison 2 : le salarié insulte et moque le patron à tout va en public.Saison 3 : le salarié répète le geste indiqué au début de l'histoire.Le patron vire le salarié. Pourquoi faut-il une condamnation de la justice pour pouvoir virer son salarié ? Le salarié peut contester, mais le patron est bien celui qui peut légalement décider unilatéralement de dégager un salarié sans attendre un juge.Quelle couche !smiley

Portrait de Le Suisse
13/juin/2024 - 01h06
seb2746 a écrit :

Donc pour vous "sans suite" = coupable ? il y aurait des milliers de Français en prison si c'était vrai...

"le doute doit bénéficier à la personne mise en cause, et elle ne peut être condamnée que si l’on est sûr de sa culpabilité.", ce qui n'est PAS le cas, pas de culpabilité pour ses propos, aucune raison d'être mis à pied.

Là y'a même plus Charlie, ni liberté d'expression non plus, surtout que c'est des propos sur un criminel de guerre avec 2 plaintes pour génocides que pas mal ici considère comme un gourou.

"surtout que c'est des propos sur un criminel de guerre avec 2 plaintes pour génocides"

Donc pour vous "plainte" = coupable ? il y aurait des milliers de Français en prison si c'était vrai..."le doute doit bénéficier à la personne mise en cause, et elle ne peut être condamnée que si l’on est sûr de sa culpabilité."

Un pure produit LFI, le parfait petit kmer rouge. Tu ne te rends même pas compte du nombre de conneries que tu peux écrire tellement tu es haineux. Qu'et ce que tu nous parles de l'esprit charlie, tu n'as aucune idée ce ce que c'est...

Portrait de maudav
12/juin/2024 - 21h32
seb2746 a écrit :

Donc pour vous "sans suite" = coupable ? il y aurait des milliers de Français en prison si c'était vrai...

"le doute doit bénéficier à la personne mise en cause, et elle ne peut être condamnée que si l’on est sûr de sa culpabilité.", ce qui n'est PAS le cas, pas de culpabilité pour ses propos, aucune raison d'être mis à pied.

Là y'a même plus Charlie, ni liberté d'expression non plus, surtout que c'est des propos sur un criminel de guerre avec 2 plaintes pour génocides que pas mal ici considère comme un gourou.

Non ça ne veut pas "coupable" mais ça ne veut pas dire "gagnant" non plus, ça veut dire classé sans suite, ce n'est pas compliqué à comprendre pourtant, vous êtes vraiment limités les gauchistes !

Portrait de seb2746
12/juin/2024 - 21h03
Wouhpïnaise a écrit :

Il n'a pas gagné devant les tribunaux puisque la plainte à été classée sans suite.

Donc pour vous "sans suite" = coupable ? il y aurait des milliers de Français en prison si c'était vrai...

"le doute doit bénéficier à la personne mise en cause, et elle ne peut être condamnée que si l’on est sûr de sa culpabilité.", ce qui n'est PAS le cas, pas de culpabilité pour ses propos, aucune raison d'être mis à pied.

Là y'a même plus Charlie, ni liberté d'expression non plus, surtout que c'est des propos sur un criminel de guerre avec 2 plaintes pour génocides que pas mal ici considère comme un gourou.

Portrait de maudav
12/juin/2024 - 19h52
seb2746 a écrit :

Liberté d'expression, de plus il a gagné devant les tribunaux.

La direction se permet d'être CONTRE une décision de justice, ce qui est illégal et censure à tout va.

Demain on brule les livres aussi.

La direction lui avait indiqué de ne pas réitérer, il l'a fait, ils l'ont viré, point.

Libre à lui d'aller aux prud'hommes, il gagnera en première instance et perdra en appel et en cassation.

Portrait de Wouhpïnaise
12/juin/2024 - 19h24
seb2746 a écrit :

Liberté d'expression, de plus il a gagné devant les tribunaux.

La direction se permet d'être CONTRE une décision de justice, ce qui est illégal et censure à tout va.

Demain on brule les livres aussi.

Il n'a pas gagné devant les tribunaux puisque la plainte à été classée sans suite.

Portrait de Archimedes
12/juin/2024 - 19h25

Il y a encore des bouffons d'extrême gauche qui n'ont pas compris qu'ils doivent RASER LES MURS jusqu'aux législatives ! A moins qu'ils veulent que le RN ait la majorité absolue.

Reste à ta place, comme Rima Hassan qu'on n'entend plus... coucouche panier les baltringues !

Portrait de seb2746
12/juin/2024 - 19h16
maudav a écrit :

Bah non guignol, c'est parce que tu n'as pas respecté ce que la direction t'a demandé de faire, même tes collègues bien gauchistes t'ont dit de le faire !

Liberté d'expression, de plus il a gagné devant les tribunaux.

La direction se permet d'être CONTRE une décision de justice, ce qui est illégal et censure à tout va.

Demain on brule les livres aussi.

Portrait de Wouhpïnaise
12/juin/2024 - 19h13
maudav a écrit :

Bah non guignol, c'est parce que tu n'as pas respecté ce que la direction t'a demandé de faire, même tes collègues bien gauchistes t'ont dit de le faire !

Sans oublier l'Arcom qui avait mis Radio France en garde à ce sujet.

Portrait de Baron Poussiere
12/juin/2024 - 19h08

Vocabulaire pauvre et répétitif. Pas d'évolution au cours des trois trimestres. Guillaume n'a pas tenu des conseils et remarques. Sur la voie assumée de l'anonymat et du décrochage scolaire.

smiley

Portrait de mbagnick
12/juin/2024 - 18h42

Guillaume Meurice, grand résistant, immense soldat contre l'extrême droite… selon lui-même.

Portrait de YVESM
12/juin/2024 - 18h22

France Inter, d’”extrême droite” ?

C’est sans doute sa meilleure “blague” !

Quel talent.

Portrait de maudav
12/juin/2024 - 18h15

Bah non guignol, c'est parce que tu n'as pas respecté ce que la direction t'a demandé de faire, même tes collègues bien gauchistes t'ont dit de le faire !