06/06 11:47

A 3 jours des élections européennes, le président Emmanuel Macron interrogé ce soir en direct à 20h sur TF1 et France 2 par Gilles Bouleau et Anne-Sophie Lapix

A J-3 du scrutin, Emmanuel Macron accorde ce soir un entretien aussi attendu que contesté par les oppositions aux JT de 20H à l’occasion du 80e anniversaire du Débarquement, alors que les candidats jettent leurs dernières forces dans la campagne des européennes.

Les heures les plus longues ? A la veille de la fin de campagne officielle, l’exécutif comme les aspirants eurodéputés tentent autant de mobiliser leurs troupes que de convaincre les abstentionnistes - environ la moitié des inscrits n’a pour l’instant pas l’intention de se rendre aux urnes - ou les nombreux indécis.

Offensive de taille, le chef de l’État doit s’exprimer sur TF1, France 2, mais aussi LCI et FranceInfo. Certes, le 80e anniversaire du Débarquement de Normandie, dûment célébré dans la journée à Omaha Beach (Calvados) en présence d’une vingtaine de chefs d’État et de gouvernement est mis en avant par l’Élysée pour justifier l’intervention. L’interview pourrait lui permettre d’annoncer des aides supplémentaires à l’Ukraine mais aussi d’aborder le scrutin européen, au grand dam des oppositions, qui ont saisi l’Arcom.

Le gendarme de l’audiovisuel a ainsi dû rappeler mardi que « tout ou partie des propos tenus lors de cette interview pourra être pris en compte » dans le temps de parole de la liste du camp présidentiel et les autres listes devront bénéficier en contrepartie d’« un accès équitable » aux antennes.

Le chef de l’Etat est « obsédé par une seule chose: c’est le score du Rassemblement national dimanche », a ironisé jeudi la tête de liste RN Jordan Bardella sur Europe1-Cnews. « Si Emmanuel Macron n’arrive pas très largement derrière la liste du Rassemblement national, il va se sentir pousser des ailes et il va accélérer », a-t-il ajouté, citant l’augmentation du prix du gaz, la réforme de l’assurance chômage ou la désindexation des pensions de retraite.

A l’inverse, le Premier ministre Gabriel Attal a dramatisé l’enjeu du scrutin sur France 2 face à la victoire attendue de l’extrême droite dimanche. « L’Europe est née grâce à la France, elle ne doit pas mourir à cause de la France », a-t-il déclaré, répétant refuser que « le visage de la France en Europe passe de celui de Simone Veil (ancienne présidente du Parlement européen, ndlr) à celui de Marine Le Pen ».

« Faire croire qu’il faudrait dramatiser l’enjeu (...) c’est en vérité servir le RN », a réagi, ulcéré, la tête de liste LR François-Xavier Bellamy depuis Cannes jeudi matin déplorant l’utilisation des "plages du débarquement pour organiser la mise en scène de ce combat aberrant qui ne correspond à rien en Europe.

Malgré une implication notable du chef du gouvernement depuis plusieurs jours dans la campagne, la liste de la majorité présidentielle patine dans les sondages: 15% d’intentions de vote, selon une étude Ifop parue mercredi, très loin derrière celle du RN, créditée de 33%.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de remarques
6/juin/2024 - 13h49

Il faut le soldat HAYER !

J'espère qu'il y aura décompte du temps de parole même s'il risque de plus l'enfoncer qu'autre chose !

La situation est déjà si désespérée !