27/05 14:32

Trafic de stupéfiants à Canteleu: Le procès des 19 prévenus, dont l’ex-maire de la commune Mélanie Boulanger, est reporté au lundi 3 juin prochain

14h29: À peine ouvert, le procès de l’ex-maire de Canteleu (Seine-Maritime) Mélanie Boulanger, jugée avec 18 autres prévenus pour un vaste trafic de drogue, a été suspendu lundi jusqu’à la semaine prochaine pour des raisons procédurales.

Dans l’attente d’un éventuel examen d’un pourvoi en cassation, la 13e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny a mis l’affaire « en continuation » au 3 juin. La poursuite éventuelle du procès, prévu pour durer un mois, dépendra de la haute juridiction.

Veste blanche sur tenue noire, carré blond et lunettes rondes, l’ancienne maire de 47 ans, poursuivie pour complicité de trafic de drogue, est arrivée ce matin au tribunal de Bobigny le visage fermé, sans faire de déclaration à la presse. Elle s’est installée dans la salle à l’écart des autres prévenus.

À la lecture des chefs de prévention la visant, elle a d’une voix forte à nouveau démenti les faits: « je les réfute ». Le président Jean-Baptiste Acchiardi l’a ensuite envoyée s’asseoir sur les bancs des trafiquants présumés. Ce qu’elle a fait à contrecoeur.

« Ma cliente attend que la justice lui soit rendue, que son honneur lui soit rendu. Cela fait des mois que son nom est jeté à la vindicte et en pâture au mépris de la présomption d’innocence », a déclaré aux nombreux journalistes son avocat, Me Arnaud de Saint-Rémy.

10h00: Le tribunal de Bobigny juge à partir de lundi l’ex-maire de Canteleu et 18 autres prévenus en lien avec le trafic de drogues dans cette ville de Seine-Maritime, un dossier éclairant sur l’emprise du « deal » à l’échelle d’une petite commune.

Fruit de deux ans d’enquête, le tentaculaire dossier Canteleu, commune populaire de 14.000 habitants de l’agglomération de Rouen, illustre l’enracinement et la violence grandissants des narcotrafics dont s’inquiétait ce mois-ci encore un rapport du Sénat.

Aux côtés de la maire socialiste, la 13e chambre du tribunal correctionnel de Seine-Saint-Denis juge pendant un mois les principaux acteurs présumés du réseau: les têtes, leurs lieutenants, des fournisseurs et blanchisseurs. Le délibéré est attendu fin juin.

Elue maire en 2014, Mélanie Boulanger, 47 ans, est soupçonnée d’avoir fait pression sur les services de police pour qu’ils ne gênent pas les affaires du redoutable clan Meziani, réputé pour tenir le deal dans sa ville normande et y faire régner la terreur. La fratrie Meziani a soufflé le chaud et le froid sur l’élue, via l’un de ses adjoints également poursuivi.

Dans une conversation téléphonique sous écoute, un des frères la menace d’une part de mettre la commune à feu et à sang, et de l’autre lui promet de garantir sa réélection et l’ordre public à Canteleu si elle rend le service qu’il lui demande.

L’ancienne tête de liste PS-EELV en Normandie aux élections régionales de 2021, interpellée en octobre 2021 et mise en examen pour complicité en avril 2022, dément les accusations contre elle.

Elle a démissionné de son mandat de maire en début d’année en invoquant des « raisons de santé », après son renvoi devant la justice.

Contacté par l’AFP, son avocat, Me Arnaud de Saint-Rémy, n’a pas souhaité s’exprimer.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions