23/05 11:16

Les obsèques de Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille pendant un quart de siècle, se dérouleront cet après-midi à la cathédrale de la Major, où plusieurs personnalités sont attendues pour lui rendre hommage

Les obsèques de Jean-Claude Gaudin, qui a dirigé Marseille pendant un quart de siècle, se dérouleront cet après-midi à la cathédrale de la Major, où plusieurs personnalités sont attendues pour rendre hommage à cette figure de la droite française. La messe débutera à 15H00 dans cette église située non loin du Vieux-Port, face à la mer. L’ex-président de la République Nicolas Sarkozy (LR), le maire de Nice Christian Estrosi (Horizons) ou le prince Albert II de Monaco sont attendus.

Le gouvernement sera représenté par le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu et la Marseillaise Sabrina Agresti-Roubache, secrétaire d’Etat chargée de la Ville.

Le cortège partira à 14H00 de son quartier natal, Mazargues, dans le sud de la deuxième ville de France où des Marseillais avaient pu se recueillir mercredi dans une chapelle ardente dans la maison de l’ancien édile, victime d’une crise cardiaque lundi matin, à l’âge de 84 ans, dans sa résidence secondaire varoise de Saint-Zacharie.

Il fera ensuite un arrêt devant l’église de Mazargues qui sonnera le glas, puis prendra la direction de l’hôtel de ville où, selon les mots de l’actuel maire de gauche Benoît Payan, il « se consacra à cette ville » de 1995 à 2020. Né d’un père maçon et d’une mère ouvrière dans une corderie, Jean-Claude Gaudin était devenu professeur d’histoire-géographie dans un collège privé, puis a aussi été sénateur et ministre, mais surtout maire de Marseille.

La cérémonie en hommage à ce fervent catholique sera présidée par le cardinal Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille. Elle sera suivie d’un enterrement au cimetière de Mazargues, où repose l’ex-homme d’affaires Bernard Tapie, décédé en 2021.

Mercredi, les anonymes ou anciens collaborateurs venus se recueillir devant le corps du défunt chez lui, dans une petite impasse de ce même quartier saluaient dans les registres de condoléances « une très belle personne qui s’est occupée de ses Marseillais ».

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions