15/05 20:53

Nouvelle-Calédonie: Le Premier ministre Gabriel Attal annonce le déploiement de l'armée et l'interdiction de TikTok - Le gendarme qui a été gravement blessé par balle est décédé

20h56: On en sait plus sur le jeune gendarme qui a été tué. La victime est un gendarme mobile âgé de seulement 22 ans. Il appartenait à l’escadron de Melun (Seine-et-Marne). Ce dernier a été touché par un tir dans le secteur de Plum, à l’est de Nouméa, a précisé la gendarmerie. « Il est mort après une nuit de protection dans un endroit particulièrement dangereux », a détaillé mercredi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, lors des questions au gouvernement au Sénat.

« Les « vieux », comme on dit chez vous en Nouvelle-Calédonie, sont venus parler aux gendarmes, il a retiré son casque et il s’est fait tirer dessus en plein front », a-t-il ajouté.

20h51: Le réseau social est également interdit sur l'île pour éviter la coordination entre les émeutiers

20h47: Le Premier ministre Gabriel Attal annonce le déploiement de l'armée. Quatre escadrons de gendarmerie mobile, des renforts du RAID et du GIGN ont été envoyés en Nouvelle-Calédonie, a aussi précisé le Premier ministre, qui préside en ce moment la cellule interministérielle de crise au ministère de l'Intérieur.

.

.

17h18: Lors des questions du gouvernement au Sénat, Gérald Darmanin a détaillé les circonstances dans lesquelles le gendarme a été tué. "Il est mort après une nuit de protection dans un endroit particulièrement dangereux"

"Les "vieux", comme on dit chez vous en Nouvelle-Calédonie, sont venus parler aux gendarmes, il a retiré son casque et il s'est fait tirer dessus en plein front", a-t-il ajouté.

16h29: « La République ne tremblera pas », fustige Gérald Darmanin au Sénat. «La CCAT (Cellule de coordination des actions de terrain), qui est désormais loin du FLNKS, est un groupe mafieux qui veut manifestement instaurer la violence, comme ils l’ont fait dans l’usine (de nickel) du sud l’année dernière. Mais la République ne tremblera pas », a-t-il déclaré

15h55: Sur le réseau social X, la Gendarmerie Nationale confirme le décès du gendarme et lui rend hommage: "Douleur et vive émotion à la suite du décès de notre camarade de l'escadron de Melun dans l'exercice de ses fonctions. Nos sincères condoléances et tout notre soutien à sa famille, à ses proches et à ses camarades.", peut-on lire.

15h48: "Le gendarme mobile grièvement blessé par balle en Nouvelle-Calédonie vient de décéder. Nos pensées vont à sa famille, ses proches et ses camarades", écrit le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur X.

15h34:Le gendarme qui avait été grièvement blessé par balle à la tête mercredi en Nouvelle-Calédonie est mort, a appris l'AFP de sources proches du dossier. 

Ce gendarme de 22 ans, appartenant à l'escadron de Melun (Seine-et-Marne), a été touché par un tir dans le secteur de Plum, non loin de Nouméa, a précisé la gendarmerie.

15h16: Sur le réseau social X, la gendarmerie nationale ne confirme pas la mort du gendarme gravement blessé. "De nombreuses sources annoncent la mort d'un sous-officier de #gendarmerie en Nouvelle-Calédonie. Nous ne confirmons pas cette information. Nous appelons à la retenue ainsi qu'au respect de notre camarade grièvement blessé et de sa famille", indique-t-elle.

15h09: Gabriel Attal va proposer une date de rencontre à Paris aux parties prenantes de Nouvelle-Calédonie « dans les prochaines heures » dans le but de « construire » une « solution politique globale », déclare le Premier ministre à l'Assemblée nationale.

14h04: Voici le communiqué de l'Elysée

Le Président de la République a tenu un Conseil de défense et de sécurité nationale sur la situation en Nouvelle Calédonie. Il a réaffirmé sa solidarité avec l'ensemble des Calédoniens et a remercié les forces de sécurité particulièrement mobilisées pour protéger et soutenir la population.

Le Chef de l'Etat a exprimé sa vive émotion après le décès de trois personnes, alors qu'un gendarme vient d'être très grièvement blessé.

Après avoir salué les appels au calme de l'ensemble des responsables politiques - et ainsi qu'il l'a indiqué dans un courrier aux élus Calédoniens ce jour - le Président de la République a rappelé la nécessité d'une reprise du dialogue politique et a demandé au Premier ministre et au ministre de l'Intérieur et des Outre-mer d'inviter rapidement les délégations calédoniennes à Paris.

Toutes les violences sont intolérables et feront l'objet d'une réponse implacable pour assurer le retour de l'ordre républicain.

Le Président de la République a demandé que le décret visant à déclarer l'état d'urgence en Nouvelle Calédonie soit inscrit à l'ordre du jour du Conseil des ministres qui se réunira à 16h30.

13h56: Emmanuel Macron a demandé mercredi au gouvernement de « déclarer l’état d’urgence en Nouvelle-Calédonie » face aux émeutes qui ont fait trois morts et « très grièvement blessé » un gendarme, a annoncé l’Elysée dans un communiqué.

« Toutes les violences sont intolérables et feront l’objet d’une réponse implacable pour assurer le retour de l’ordre républicain », a ajouté la présidence à l’issue d’un conseil de défense et de sécurité nationale. Le chef de l’Etat a donc « demandé que le décret visant à déclarer l’état d’urgence en Nouvelle-Calédonie soit inscrit à l’ordre du jour du Conseil des ministres qui se réunira à 16H30 », a-t-elle précisé.

Le président Macron a réaffirmé lors de cette réunion « sa solidarité avec l’ensemble des Calédoniens et a remercié les forces de sécurité particulièrement mobilisées pour protéger et soutenir la population ». Il a « exprimé sa vive émotion après le décès de trois personnes, alors qu’un gendarme vient d’être très grièvement blessé », selon le communiqué.

.

.

12h50: Les principaux partis politiques de Nouvelle-Calédonie ont lancé mercredi un appel commun « au calme et à la raison » après deux nuits d’émeutes qui ont fait deux morts et des centaines blessés dans l’archipel, secoué par la fronde des indépendantistes contre une réforme électorale votée par le Parlement.

Dans un communiqué commun, les cinq principaux partis indépendantistes et non-indépendantistes de territoire français du Pacifique Sud ont appelé mercredi « solennellement l’ensemble de (sa) population (...) au calme et à la raison ».

« Nous sommes convaincus que c’est par le dialogue et la résilience que nous pourront sortir collectivement de cette situation », écrivent l’UC-FLNKS, l’Union nationale pour l’indépendance, Les Loyalistes, le Rassemblement-LR et l’Eveil océanien.

12h42: Selon BFMTV, un gendarme a été gravement blessé par balle aujourd'hui. Son pronostic vital est engagé. "Il a été évacué vers l'antenne médicale du Régiment d'Infanterie de Marine du Pacifique", précisent nos confrères. De son côté, Le Figaro précise que les faits se sont déroulés à Plum, à environ 20 kilomètres de Nouméa, vers 20h20 heure locale.

12h20: Le point sur la situation à la mi-journée

Situation « insurrectionnelle » en Nouvelle-Calédonie: deux personnes sont mortes dans la nuit de mardi à mercredi et des centaines d’autres blessées dans l’archipel depuis le début des violences suscitées par une réforme votée par l’Assemblée nationale mais rejetée par les indépendantistes.

Signe de la gravité de la situation sur le Caillou, Emmanuel Macron a convoqué mercredi matin un Conseil de défense et de sécurité nationale.

La première victime de ces émeutes, les plus graves depuis celles qui ont agité le territoire français du Pacifique Sud dans les années 1980, est décédée des suites de ses blessures après avoir été touchée par des tirs avec deux autres personnes, a annoncé le représentant de l’Etat dans l’archipel.

Le Haut-commissaire de la République, Louis Le Franc, a précisé devant la presse que la victime n’avait pas été atteinte par un « tir de la police ou de la gendarmerie, mais de quelqu’un qui a certainement voulu se défendre ». Une deuxième personne a également trouvé la mort pendant la nuit, a confirmé plus tard le Haut-commissariat, sans précision sur les circonstances de ce décès.

Malgré le couvre-feu mis en place à Nouméa, les graves violences qui ont débuté lundi dans tout l’archipel ont repris mardi soir dès la nuit tombée, marquée par de nombreux incendies, pillages et d’échanges de tirs, y compris contre les forces de l’ordre.

Le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin a fait état de « centaines » de blessés, dont une « centaine » de policiers et gendarmes.

En convoquant un Conseil de défense, le chef de l’Etat a annulé son déplacement du jour à Fécamp (Seine-Maritime), où il devait inaugurer un parc d’éoliennes en mer. Le Conseil des ministres, prévu initialement dans la matinée, est lui décalé à mercredi après-midi. « On est dans une situation que je qualifierais d’insurrectionnelle », s’est inquiété sur l’île M. Le Franc. « L’heure doit être à l’apaisement (...) l’appel au calme est impératif ».

Le Haut-commissaire a fait état d’« échanges de tirs de chevrotine entre les émeutiers et les groupes de défense civile à Nouméa et Paita » et dit avoir fait intervenir les policiers d’élite du RAID pour empêcher un groupe d’émeutiers qui se dirigeait vers un dépôt de gaz.

11h38: Devant la presse, le président indépendantiste du gouvernement du territoire, Louis Mapou, a « pris acte » mercredi de la réforme votée à Paris mais déploré une « démarche qui impacte lourdement notre capacité à mener les affaires de la Nouvelle-Calédonie ».

« Nous lançons un appel au calme », a poursuivi Louis Mapou. « Les mobilisations doivent se passer dans un cadre », a enchaîné le président du sénat coutumier Victor Gogny, « Depuis deux jours on est sorti de ce cadre et le pays est en feu ».

Dans un courrier adressé au chef de l’Etat, la principale figure du camp non-indépendantiste, l’ex-secrétaire d’Etat Sonia Backès, a demandé de son côté au chef de l’Etat de déclarer l’état d’urgence, « notamment en engageant l’armée aux côtés des forces de police et de gendarmerie ». « Nous sommes en état de guerre civile », a-t-elle déploré.

Cette demande a été relayée par les dirigeants des Républicains. « Il faut aussi mobiliser l’armée. Aujourd’hui, les forces de l’ordre sont en nombre insuffisant », a estimé sur LCI Olivier Marleix, président du groupe LR à l’Assemblée.

Mercredi matin, faute d’approvisionnement des commerces, les pénuries alimentaires ont provoqué de très longues files d’attente devant les magasins. Certains à Nouméa étaient pris d’assaut, d’autres étaient quasiment vides, n’ayant plus de pain ni de riz à vendre.

10h44: Dans un courrier adressé mercredi aux représentants calédoniens condamnant des violences « indigne(s) » et appelant au « calme », Emmanuel Macron a précisé que ce Congrès se réunirait « avant la fin juin », à moins qu’indépendantistes et loyalistes ne se mettent d’accord d’ici là sur un texte plus global.

Le texte voté par les sénateurs et maintenant les députés vise à élargir le corps électoral aux élections provinciales, cruciales dans l’archipel. Les partisans de l’indépendance jugent que ce dégel risque de réduire leur poids électoral et « minoriser encore plus le peuple autochtone kanak ».

10h20: Le point sur la situation ce matin

Situation « insurrectionnelle » en Nouvelle-Calédonie: deux personnes sont mortes dans la nuit de mardi à mercredi et des centaines d’autres blessées dans l’archipel depuis le début des violences suscitées par une réforme votée par l’Assemblée nationale mais rejetée par les indépendantistes.

La première victime de ces émeutes, les plus graves depuis celles qui ont agité le territoire français du Pacifique Sud dans les années 1980, est décédée des suites de ses blessures après avoir été touchée par des tirs avec deux autres personnes, a annoncé le représentant de l’Etat français.

Le Haut-commissaire de la République, Louis Le Franc, a précisé devant la presse que la victime n’avait pas été atteinte par un « tir de la police ou de la gendarmerie, mais de quelqu’un qui a certainement voulu se défendre ».

Une deuxième personne a également trouvé la mort pendant la nuit, a confirmé plus tard le Haut-commissariat, sans autre précision sur les circonstances de ce décès.

Malgré le couvre-feu mis en place à Nouméa, les graves violences qui ont débuté lundi dans tout l’archipel ont repris mardi soir dès la nuit tombée, marquée par de nombreux incendies, pillages et d’échanges de tirs, y compris contre les forces de l’ordre.

« On est dans une situation que je qualifierais d’insurrectionnelle », s’est inquiété M. Le Franc. « L’heure doit être à l’apaisement (...) l’appel au calme est impératif ».

Le Haut-commissaire a fait état d’« échanges de tirs de chevrotine entre les émeutiers et les groupes de défense civile à Nouméa et Paita » et dit avoir fait intervenir les policiers d’élite du RAID pour empêcher un groupe d’émeutiers qui se dirigeait vers un dépôt de gaz.

09h43: Le président Emmanuel Macron a convoqué mercredi matin une réunion de crise après une nouvelle nuit d'émeutes en Nouvelle-Calédonie, qui a fait deux morts et des centaines de blessés, ont annoncé ses services.

Le chef de l'Etat a annulé un déplacement prévu en Seine-Maritime (nord-ouest), où il devait inaugurer un parc d'éoliennes en mer et participera dans la matinée à un Conseil de défense et de sécurité nationale, qui rassemble un nombre restreint de ministres. Au moins deux personnes sont mortes au cours des émeutes qui secouent depuis lundi l'archipel français du Pacifique-Sud.

08h53: Une deuxième personne est morte lors des émeutes, annonce le haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie à France Inter et à l'Agence Radio France.

08h03: Gérald Darmanin annonce qu'"une centaine de gendarmes ont été évacués alors que l'on attaquait à la hache leur gendarmerie et que l'on tirait sur eux à balles réelles".

06h58: Une personne a été tué par balle lors des émeutes, annonce le haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie Louis Le Franc. "Pas de la police, mais de quelqu'un qui a voulu se défendre", précise-t-il. Une personne est décédée par balle dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 mai à Nouméa pendant les émeutes qui secouent l'archipel de Nouvelle-Calédonie depuis lundi, a annoncé le Haut-commissaire de la République, Louis Le France. "Des trois blessés admis aux urgences, il y en a un qui est mort, victime d'un tir par balle. Pas d'un tir de la police ou de la gendarmerie, mais de quelqu'un qui a certainement voulu se défendre", a déclaré le représentant de l'État devant la presse, sans donner d'autres détails.

06h03: Les émeutes se sont poursuivies pour la deuxième nuit consécutive en Nouvelle-Calédonie, alors que l'Assemblée nationale a adopté cette nuit, la révision constitutionnelle réformant le corps électoral, tant décriée par les indépendantistes. Le texte a recueilli 351 voix pour et 153 contre, la gauche s'opposant à son adoption.

Dans un courrier adressé aux représentants calédoniens dans la nuit, Emmanuel Macron a condamné des violences "indigne(s)" et appelé au "calme". Le chef de l'Etat a également précisé que le Congrès se réunirait "avant la fin juin", à moins qu'indépendantistes et loyalistes ne se mettent d'accord d'ici là sur un texte plus global.

Plus de 130 personnes ont été interpellées depuis lundi, a annoncé dans un communiqué le haut-commissariat de la République dans ce territoire français du Pacifique.

"Plusieurs dizaines d'émeutiers ont été placés en garde à vue et seront présentés à la justice", précise-t-il, ajoutant que "les graves troubles à l'ordre public sont toujours en cours", avec "de nombreux incendies et pillages de commerces, d'infrastructures et d'établissements publics dont plusieurs écoles et collèges". Les écoles fermées "jusqu'à nouvel ordre".

Les établissements scolaires "resteront fermés jusqu'à nouvel ordre", a par ailleurs annoncé le haut-commissariat.

L'aéroport de La Tontoura "reste fermé aux vols commerciaux", déclare-t-il également.

Une nouvelle rébellion avec tentative d'évasion s'est déroulée au centre pénitentiaire de Nouméa "mise en échec par les forces de sécurité", selon la même source.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bergil
16/mai/2024 - 15h51

Déploiement de l'armée ... pourquoi ne pas l'avoir fait en France cet été ? Il ne fallait pas déplaire aux dealer ?

Portrait de Beguin
16/mai/2024 - 09h57
Ocarina a écrit :

Pas uniquement dans la gestion de ce dossier:

Je dirais même plus, c'est qu'il n'est bon à rien et mauvais à tout...tout dans le blabla..

Tous les jours, ça fusille ou ça égorge en métropole, mais ce sont des faits divers sans importance qui génèrent uniquement un sentiment d'insécurité.

 

C'est juste un communiquant, on va payer très cher les années macron.

Portrait de Arthur 3000
16/mai/2024 - 09h31
MJST a écrit :

Excellent,

Et sur le fait que la diarrhée de la délinquance ait pour point de départ les années 70 suite à 68 et son explosion en 81 avec l'avènement du socialo-communisme, de touche-toi mon pote et de la culture de l'excuse en France (on s'en branle, des referendums, tout ça, etc) un avis ?

Toujours le même narratif mon cher dinosaure, nostalgique du temps béni à la Sardou, etc.

On dirait OSS 117, mais dans une version moins rigolote que Jean Dujardin...

Mon cher dino, je parlais des trois (+1) référendums sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie dont le dernier n'a servi à rien puisque les résultats étaient faussés. Qu'est ce que tu viens faire ton ouin ouin avec ça ? smiley

Portrait de MJST
16/mai/2024 - 02h57
Arthur 3000 a écrit :

Excellent

Et sur le fait qu'il hérite d'une situation qui a justement débuté il y a des décennies (les trois référendums sur X années, tout ça, etc.) un avis ?

Excellent,

Et sur le fait que la diarrhée de la délinquance ait pour point de départ les années 70 suite à 68 et son explosion en 81 avec l'avènement du socialo-communisme, de touche-toi mon pote et de la culture de l'excuse en France (on s'en branle, des referendums, tout ça, etc) un avis ?

Portrait de Cfoutoutca
15/mai/2024 - 22h57

Franchement dans quel monde sommes nous ?

Entre les attaques en France et ça, plus aucun respect pour l'être humain.

A mon avis, la Chine n'est pas innocente ici.

 

Portrait de Jeje82000
15/mai/2024 - 20h31 - depuis l'application mobile

mort d'une balle dans la tête pour avoir enlever son casque par signe de respect envers les anciens,et il lon abattu comme un chien j'espère que celui qui a fait ça a pris 2 balle en retour ,il y a plus de morale dans son monde a l'époque il y avait du respect maintenant on fume normal deux surveillant pénitentiaire faut répondre a l'arme de guerre avec ces cafards

Portrait de Koikilencoute
15/mai/2024 - 20h18
Dragon13127 a écrit :

Et l'état d'urgence en France contre la racaille qui attaque les français c'est pour quand ?

Pas avant 2027, quand Zemmour ou Marion Maréchal sera président/e

Portrait de Dragon13127

Et l'état d'urgence en France contre la racaille qui attaque les français c'est pour quand ?

Portrait de maudav
15/mai/2024 - 18h48
Frederico a écrit :

Emmanuel Macron n'est pas à la hauteur de personnalités comme Michel Rocard, Lionel Jospin ou Manuel Valls. Il a été extrêmement mauvais dans la gestion de ce dossier

je hais macron mais j'espère que votre commentaire est de l'humour...

Portrait de Ocarina
15/mai/2024 - 17h59
Frederico a écrit :

Emmanuel Macron n'est pas à la hauteur de personnalités comme Michel Rocard, Lionel Jospin ou Manuel Valls. Il a été extrêmement mauvais dans la gestion de ce dossier

Pas uniquement dans la gestion de ce dossier:

Je dirais même plus, c'est qu'il n'est bon à rien et mauvais à tout...tout dans le blabla..

Tous les jours, ça fusille ou ça égorge en métropole, mais ce sont des faits divers sans importance qui génèrent uniquement un sentiment d'insécurité.

 

Portrait de Arthur 3000
15/mai/2024 - 17h43
Frederico a écrit :

Emmanuel Macron n'est pas à la hauteur de personnalités comme Michel Rocard, Lionel Jospin ou Manuel Valls. Il a été extrêmement mauvais dans la gestion de ce dossier

Excellent

Et sur le fait qu'il hérite d'une situation qui a justement débuté il y a des décennies (les trois référendums sur X années, tout ça, etc.) un avis ?

Portrait de Philtlse
15/mai/2024 - 17h19

c'est prioritaire, rétablissement de l'ordre français, et arrêtons de menacer Poutine si on n'y arrive pas en Nouvelle Calé, on devient réellement ridicule, plus qu'hier et moins que demain

Portrait de Frederico
15/mai/2024 - 17h12

Emmanuel Macron n'est pas à la hauteur de personnalités comme Michel Rocard, Lionel Jospin ou Manuel Valls. Il a été extrêmement mauvais dans la gestion de ce dossier

Portrait de COLIN33
15/mai/2024 - 14h24 - depuis l'application mobile

Macron et ses décisions, ses réunions, en général stériles, il va nous mener à notre perte, espérons que l'on évitera la guerre

Portrait de kuwabara
15/mai/2024 - 10h27

un conseil de defense  !! lolesque!! reunion café , jus dorange , croissant et blablabla  pour rien ...

Portrait de Herculanum
15/mai/2024 - 10h21
Une petite ingérence étrangère venue D’Asie ne serait pas dans le coup,histoire de déstabiliser  cette région
Portrait de Amandecroquante
15/mai/2024 - 09h10

Le vivre ensemble c’est beau.

Les indépendantistes font une erreur en utilisant la violence, ils vont se retrouver avec plus rien. Enfin si seulement on avait à la tête de l’état une personne qui en avait…

Il ne faut pas oublié qu’il y a eu dernièrement 3 referendums pour l’indépendance et les 3 ont été refusés. 

On envoie notre armée pour n’importe quel conflit qui ne nous concerne pas, mais pour notre pays, on ne va rien faire ?

Portrait de Beguin
15/mai/2024 - 08h48
peteux a écrit :

Il est temps de mettre fin à la violence de ces sauvages racistes anti blancs. Les Français vont commencer à se défendre: déjà un mort par balle. Chaque jour, la réalité explose au visage du gouvernement Macron et le fait redescendre de son déni universel. Attention à la guerre civile. La DGSI le prévient depuis assez longtemps maintenant. Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Narcocriminalité, demain Paris...

Ça lui pète à la gueule.

Portrait de peteux
15/mai/2024 - 07h49

Il est temps de mettre fin à la violence de ces sauvages racistes anti blancs. Les Français vont commencer à se défendre: déjà un mort par balle. Chaque jour, la réalité explose au visage du gouvernement Macron et le fait redescendre de son déni universel. Attention à la guerre civile. La DGSI le prévient depuis assez longtemps maintenant. Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Narcocriminalité, demain Paris...