08/05 11:01

Les trois candidats à l'élection présidentielle du 2 juin au Mexique, l'un des pays les plus dangereux au monde pour la presse, doivent s'engager à protéger les journalistes en cas de victoire

Les trois candidats à l'élection présidentielle du 2 juin au Mexique, l'un des pays les plus dangereux au monde pour la presse, doivent s'engager à protéger les journalistes en cas de victoire, a demandé Reporters sans frontières (RSF).

Selon l'ONG de défense de la presse, au moins 37 journalistes ont été assassinés durant les cinq ans et demi du mandat du président Andrés Manuel Lopez Obrador qui s'achèvera le 1er octobre. "RSF demande aux candidats qu'ils s'engagent une bonne fois pour toutes à adopter des mesures de protection concrètes pour les journalistes et à lutter contre l'impunité", a indiqué Artur Romeu, directeur pour l'Amérique latine.

L'ONG relève que lors du mandat qui s'achève "aucune réforme du système de protection des journalistes n'a été menée à bien, malgré les recommandations dans ce domaine d'organisations comme RSF". RSF déplore de plus le "discours hostile" du président de gauche sortant "contre le travail des médias" lors de ses conférences de presse quotidiennes cinq jours par semaine.

Lopez Obrador laisse "un bilan dramatique, résultat de la normalisation de la violence envers les journalistes". Depuis 1995, au moins 156 journalistes ont été assassinés pour avoir enquêté sur le crime organisé, l'insécurité et le narcotrafic, ce qui fait du Mexique l'un des pays les plus dangereux pour la presse, d'après RSF.

La candidate de la gauche au pouvoir, Claudia Sheinbaum, est en tête des intentions de vote (49%) devant sa rivale de centre-droit Xochitl Galvez (32%) et le centriste Jorge Alvarez Maynez (8%), d'après une enquête nationale d'El Financiero auprès de 1.360 électeurs réalisée du 17 au 24 avril. Le 2 juin auront lieu l'élection présidentielle à un tour ainsi que le renouvellement du Congrès et du Sénat, la désignation de neuf des 32 gouverneurs et de nombreux scrutins locaux.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de YVESM
8/mai/2024 - 12h56

Chez nous, la différence :

c’est les journalistes qui doivent s’engager à protéger le président…