24/04 10:46

Le tribunal de commerce d’Orléans doit décider au cours d’une audience à huis clos aujourd’hui du sort de l’entreprise mythique de verrerie française Duralex

Duralex va-t-elle être placée en redressement judiciaire ou non? Le tribunal de commerce d’Orléans doit décider au cours d’une audience à huis clos, mercredi, du sort de l’entreprise mythique de verrerie française dont la vaisselle réputée incassable est vendue dans le monde entier.

Au cours d’une audience, qui doit démarrer à 16H00, les juges professionnels entendront à tour de rôle deux élus du Comité social et économique (CSE) par syndicat représentatif, ainsi que la direction de la société française, déjà en difficulté il y a trois ans.

A l’extérieur, plusieurs militants de la CGT et du PCF seront réunis pour apporter leur soutien aux salariés de l’entreprise. « Le problème, c’est qu’on commence à s’habituer », se désole le délégué Force ouvrière (FO) de l’entreprise, Gualter Teixeira, 50 ans dont la moitié passée dans l’usine Duralex située à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), près d’Orléans.

Pour cet élu, la situation relève d’« un problème de gestion de la société », dont « les coûts fixes de 2,5 millions d’euros mensuels » sont trop importants.

Trois ans après une précédente demande, Duralex a sollicité une nouvelle fois « l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire à son bénéfice auprès du tribunal de commerce d’Orléans », a annoncé la société New Duralex International (NDI) exploitante de la célèbre marque la semaine dernière.

L’entreprise espère ainsi trouver un repreneur et sauver l’usine, qui emploie 230 salariés. Si le tribunal accède à la demande de Duralex, alors un administrateur et un mandataire seront nommés pour une période d’observation, dont la durée est variable.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions