19/04 08:14

Inquiétudes : Le Français Biogaran, qui représente à lui seul 32 % du marché français des génériques, pourrait être vendue à une société indienne

Le Français Biogaran, qui représente à lui seul 32 % du marché français des génériques, pourrait être vendue à une société indienne. L'opération est lourde d'enjeux car Biogaran n'a pas d'usines en propre. Il produit 50 % de ses 350 millions de boîtes de médicaments annuelles en France et 90 % en Europe via des contrats de sous-traitance locale.

Déclenchée depuis près d'un an, la mise en vente de Biogaran a suscité l'intérêt de quatre candidats qu'il est possible de distinguer en deux catégories: d'une part, le fonds BC Partners et un fonds en tandem avec un industriel français dont les offres de rachat se situeraient autour de 700 millions d'euros et d'autre part deux génériqueurs indiens, Torrent Pharmaceuticals et Aurobindo Pharma.

"Les Indiens n'ont pas encore fait d'offre mais ce sont eux les vrais candidats, explique Frédéric Bizard, professeur d'économie à l'ESCP. Les autres, c'est pour faire monter les enchères et rassurer sur le fait qu'il y a des candidats européens."

Or, une délocalisation de Biogaran fragiliserait encore un peu plus le réseau de production de médicaments en France. Pire, cela accentuerait le risque de pénuries aggravées car la filiale de Servier assure un rôle de stabilité dans la distribution et l'approvisionnement de médicaments anciens.

Face à cette menace, le ministre de l'Industrie s'est exprimé jeudi à l'occasion d'un déplacement à Bessé-sur-Braye, dans la Sarthe, pour inaugurer une usine de gants à usage unique. Afin d'assurer l'approvisionnement de l'Hexagone en médicaments produits, Roland Lescure a brandi "l'arme" de la procédure IEF qui permet à l'État de contrôler certains investissements étrangers en France en particulier dans des secteurs stratégiques.

"On peut la mobiliser pour s'assurer qu'au cas où le repreneur serait étranger, on mette un certain nombre de conditions à cette reprise, voire même pourquoi pas refuser la reprise", a-t-il insisté.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
19/avril/2024 - 15h56

Voilà, alors que l'on a des problèmes de pénuries de médicaments, on délocalise dans le tiers-monde sanitaire.

Portrait de Lotus14
19/avril/2024 - 09h23
kuwabara a écrit :

MDR !! pendant covid macron disait qu il fallait garder et augmenter les entreprise de medocs !! reprendre la fabrication de medoc en france  ! lol

Ce ne sont que des effets d'annonces  !!! 

Portrait de chipie10
19/avril/2024 - 09h14

On se déshabille!

Portrait de kuwabara
19/avril/2024 - 08h41

MDR !! pendant covid macron disait qu il fallait garder et augmenter les entreprise de medocs !! reprendre la fabrication de medoc en france  ! lol