17/04 08:41

Vitry-sur-Seine : A 100 jours des JO, le plus grand squat de France est en cours d'évacuation, mais de nombreux migrants ont quitté les lieux avant l’arrivée des forces de l’ordre

Le plus grand squat de France - qui a abrité jusqu’à 450 migrants, en situation régulière pour la plupart selon les associations - était en cours d’évacuation mercredi matin dans la banlieue sud de Paris, à 100 jours des Jeux olympiques, ont constaté des journalistes de l’AFP.

L’opération, attendue depuis plusieurs jours, se déroulait dans le calme. Une partie des sans-abris qui avaient trouvé refuge dans cette entreprise désaffectée de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) avaient quitté les lieux les jours précédents. Quelque 250 agents ont été mobilisés pour cette opération, selon la préfecture du Val-de-Marne. Des mises à l’abri sont prévues pour les personnes délogées, en Ile-de-France et en région, par exemple à Bordeaux.

Des valises à la main, qui contiennent les effets de toute leur vie en France, le visage inquiet, les quelque 300 occupants qui restaient encore - hommes, femmes, enfants - ont quitté les lieux peu après 08H00. Ils logeaient dans ces locaux depuis plusieurs mois pour certains, faute de trouver un logement dans le parc privé, ou en attente d’un logement social.

Selon l’association United migrants, qui leur apporte régulièrement son aide, 80% d’entre-eux sont en situation régulière en France.

Depuis plusieurs mois, le collectif le Revers de la médaille, qui regroupe des associations venant en aide aux personnes précaires vivant dans la rue, alerte sur le sort des sans-abris dont les camps de fortune sont démantelés à un rythme plus soutenu à l’approche des JO (26 juillet - 11 août) selon ce collectif.

C’est dans ce squat qu’habitait depuis trois ans Mohammed Sayed, Erythréen. Il a le statut de réfugié, travaille dans la maintenance électrique à Eiffage en CDI, mais ne trouve pas de logement. « Ce n’est pas que je suis content d’être là, mais je vais aller où ? », s’interroge le quadragénaire auprès de l’AFP, sa grosse valise à roulettes à côté de lui. La députée LFI Mathilde Panot était sur place.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bergil
17/avril/2024 - 16h22

"80% d’entre-eux sont en situation régulière en France." j'en doute en entendant une jeune de 17 ans originaire de Cote d'Ivoire sans emploi , sans domicile et sans famille ! C'est le cas de combien ?

Portrait de Greenday2013
17/avril/2024 - 12h38

Il ne faut pas qu'ils viennent en France s'ils ne sont pas satisfaits de l'accueil.

Portrait de Etienne44
17/avril/2024 - 11h52 - depuis l'application mobile

Faut savoir Macron veut en accueillir toujours plus mais par contre il ne faut pas qu'ils soient vus pendant les JO. Quelle mascarade !

Portrait de Cotorep....
17/avril/2024 - 10h32
MICMAH458 a écrit :

"Cachez ce sein que je ne saurais voir" écrivait Molière dans son Tartuffe.  Et comme cela tombe bien, puisque ce gouvernement et ses représentants sont l'émanation même de la tartuferie à laquelle ils nous ont habitué depuis quelques années.  Paris se débarrasse donc de ce qui gêne, de la crasse et de la misère que l'on ne veut pas montrer aux futurs visiteurs des J.O., mais je gage que les expulsés reviendront dès les festivités terminées.

J'allais le dire !

Portrait de MICMAH458
17/avril/2024 - 10h19

"Cachez ce sein que je ne saurais voir" écrivait Molière dans son Tartuffe.  Et comme cela tombe bien, puisque ce gouvernement et ses représentants sont l'émanation même de la tartuferie à laquelle ils nous ont habitué depuis quelques années.  Paris se débarrasse donc de ce qui gêne, de la crasse et de la misère que l'on ne veut pas montrer aux futurs visiteurs des J.O., mais je gage que les expulsés reviendront dès les festivités terminées.