15/04 12:36

Gros accrochage sur le plateau de "Morandini Live" avec une élue LFI à propos du logo sur l’affiche de Mélenchon qui fait disparaitre Israël en prônant "Palestine libre" - Regardez

Ce matin, avec ses invités, Jean-Marc Morandini a évoqué, dans "Morandini Live" sur CNews, l’affiche annonçant une conférence donnée Jean-Luc Mélenchon et Rima Hassan, candidate LFI aux élections européennes, à l’université de Lille. Sur l'affiche de cette "conférence actualité en Palestine", il n'y a aucune mention d'Israël, seulement un logo "libre Palestine" en bas à droite.

"Il n'y a pas d'Israël sur l'affiche. Ça veut dire que vous souhaitez la disparition d'Israël ?", a demandé Jean-Marc Morandini à une élue LFI présente sur le plateau. "Mais pas du tout ! On veut que le peuple palestinien soit libre. Le logo est très clair", a répondu Karima Khatim, élue municipale LFI au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis).

Très vite, un gros accrochage est survenu sur le plateau. "Vous êtes de mauvaise foi ! Vous ne comprenez rien à ce qu'il se passe. Sur cette affiche, il y a la destruction d'Israël. Votre parti est un parti antisémite", a lancé Karim Maloum. "Monsieur, rien que pour vos propos, je peux vous attaquer ! Ca suffit de traiter les gens d'antisémites lorsqu'ils défendent la cause palestinienne. Nous souhaitons une solution à deux états", a déclaré Karima Khatim.

"Où vous voyez deux états sur l'affiche ? Il y a une différence entre ce que vous dites et ce que l'on voit. Vous les voyez où les deux états", l'a questionné, à de nombreuses reprises, Jean-Marc Morandini sans avoir de réponse de la part de son invitée.

"Vous ne pouvez aucunement constater la présence d'Israël sur cette affiche. Tous les faits parlent contre vous. Vous êtes incapable de reconnaitre ce qu'il en est. Vous insupportez les téléspectateurs de CNews", a indiqué le capitaine Hervé Moreau.

.

.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bigoudinne
16/avril/2024 - 07h51 - depuis l'application mobile

A chaque fois que Mélenchon et sa bande passent devant les caméras, c'est pour raconter des conneries et faire leur sketch. Et en plus, ils se disent à l'écart et râlent qu'on ne les entendent pas assez. Stop, ce parti est une grosse arnaque, qui ne devrait plus exister...Il existe que part sa proximité avec les voyous, les gauchistes qui ne savent que déguler leur haine de la France (quoiqu'ils en disent)...Il n'existent que par lzur genoux à terre devant les musulmans qui voteront pour eux...C'est une honte !

Portrait de steph007
15/avril/2024 - 22h57

Il faudra les punir lors de l'épuration !

Portrait de bruno.13
15/avril/2024 - 19h22

Une preuve de plus que LFI est un ramassis d'antisémites. Pourquoi continuer à les inviter et devoir entendre les horreurs qu'ils débitent.

Portrait de Justemonavis
15/avril/2024 - 15h57

Dès que il y a ce genre de symboles antisémites (ou autre chose interdite par la loi), le parti en question ne devrait plus avoir le droit de tenir de meetings pendant 15 jours; ou alors 10% de remboursement de frais de campagne en moins. Au moins l'envie de recommencer leur passeraient; de droite comme de gauche.

Portrait de maudav
15/avril/2024 - 14h01

C'est bien d'inviter des gauchos sur vos plateaux pour la pluralité mais sincèrement, vous vous attendez à quoi ? De l'intelligence, de la franchise ou de l'honnêteté ?

Portrait de vixen87
15/avril/2024 - 13h32

C'est flippant de voir que dans les universités, on a la propagande de la destruction d'israel.

J'imagine que là aussi les gens qui sont contre à l'université sont terrorisés de dire qu'ils sont contre car ils seraient tout de suite mis à l'écart de la communauté.

Il y a quelques années, on avait eu des tags "mort à israel" dans une fac. Pour expliquer ce propos, les gens disaient que cela voulait dire qu'ils n'était pas d'accord avec la politique israelienne.

Alors que personne ne dit "mort à" pour exprimer un désaccord, ces personnes tiennent un double discours, ils veulent faire tolérant devant le public et en arrière boutique, ce n'est pas exactement la même chose.