08/04 07:31

Incivilités à Aubagne : Une vingtaine de caméras vidéo financées par le bailleur social avec l'aide de l'État ont été installées dans la cité du Charrel pour assurer la sécurité

Une vingtaine de caméras vidéo financées par le bailleur social Erilia avec l'aide de l'État ont été installées dans la cité du Charrel à Aubagne dans les Bouches-du-Rhône, quartier prioritaire de la politique de la ville dans lequel subsiste un point de deal résiduel.

«Nous nous sommes demandé ce que nous pouvions faire nous ville, pour accompagner le bailleur Erilia afin de l'aider dans la problématique du trafic de stupéfiants mais aussi des incivilités du quotidien, qui peuvent également engendrer ce sentiment d'insécurité auprès des résidents», a déclaré Vincent Rusconi, adjoint au maire d'Aubagne en charge de la sécurité, lors de la signature mercredi d'une convention de partenariat entre la ville et le bailleur social.

Erilia a financé, à hauteur de 300.000 euros et avec une aide de l'État de 71.000 euros, l'installation de 23 caméras disposées sur 12 mâts à l'extérieur de la résidence du Charrel, qui compte près de 1000 logements.

Ces caméras sont directement reliées au centre de supervision urbain (CSU) de la police municipale d'Aubagne, commune d'un peu plus de 45.000 habitants à l'est de Marseille.

«Nous installons très souvent des systèmes de vidéoprotection mais rarement reliés à un centre de supervision urbain 24 heures sur 24, ce qui permet quand même une réactivité très forte des services de police», a rappelé le directeur général d'Erilia, Frédéric Lavergne. Les caméras, encore en phase de test mais fonctionnelles depuis une semaine, «permettront de vérifier les voies de circulation à l'intérieur de la résidence, mais elles sont bien à l'extérieur des bâtiments», a-t-il ajouté.

Le sous-préfet des Bouches-du-Rhône, Yannis Bouzard, a également salué une initiative «nouvelle» et «innovante», rappelant que «l'État finance chaque année à hauteur de 800.000 euros la vidéoprotection dans treize communes du département».

Un autre bailleur social, à Aix-en-Provence, a déjà bénéficié d'un tel financement étatique.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de SC2K
8/avril/2024 - 13h20

Ce pauvre Marcel Pagnol doit se retourner dans sa tombe.

Voir ce qu'est devenu Aubagne ... qu'avons nous fait pour en arriver là ?

Si les métropolitains avaient le courage et les actions de nos amis corses, les choses seraient bien différentes, il faut ouvrir les yeux et se réveiller très vite.

Notre manque de solidarité nous perdra.

Portrait de kuwabara
8/avril/2024 - 09h04

un masque chirurgical pour faires des connerie et 400 000 euro de camera qui servent a rien