08/03 12:40

IVG dans la Constitution: Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a apposé, lors d'une cérémonie publique place Vendôme à Paris, le sceau de la République - Regardez

12h40: Le point sur ce que l'on sait

« C’est historique »: l’IVG a été formellement scellée dans la Constitution en ce 8 mars, sous le regard de nombreuses figures du féminisme, avant les traditionnelles manifestations en faveur de l’égalité entre femmes et hommes attendues dans toute la France.

« Le sceau de la République scelle en ce jour un long combat pour la liberté », a lancé Emmanuel Macron, lors de cette cérémonie, qui s’est déroulée dans une ambiance solennelle place Vendôme, devant un public composé de militantes féministes, de personnalités, d’élus de tous bords mais aussi de spectateurs anonymes.

Le président, en cette Journée internationale des droits des femmes, a confirmé son intention de faire inscrire l’IVG dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE. Des personnalités, comme l’actrice Catherine Deneuve et la plus jeune signataire du « Manifeste des 343 », Claudine Monteil, ont été conviées sur l’estrade aux côtés du président.

Après que la lourde presse métallique, vieille de plus de 200 ans, se fut refermée pour apposer le sceau de la République sur la texte, Catherine Ringer conclu la cérémonie en entonnant la « Marseillaise » revisitée.

Le président souhaitait « une cérémonie populaire » afin de marquer « l’aboutissement de ce combat collectif », quelques jours après l’approbation de la révision constitutionnelle par le Congrès. Il a également fait fleurir les tombes de « grandes figures » du féminisme ayant contribué à la révision de la Constitution, dont Gisèle Halimi et Simone Veil.

 

12h27: Le Président Emmanuel Macron s'exprime

"Aujourd'hui est un grand jour pour notre République, le sceau de notre République scelle un long combat pour la liberté (…) Durant de trop nombreuses années, le destin des femmes était scellé par d'autres".

"Aujourd'hui, n'est pas la fin d'une histoire, c'est le début d'un combat", a-t-il poursuivi. Et d’ajouter :" Je souhaite l'inscription de cette liberté garantie du recours à l'IVG dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne".

12h16: Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a apposé, lors d'une cérémonie publique place Vendôme à Paris, le sceau de la République sur la loi inscrivant la "liberté garantie" d'accès à l'interruption volontaire de grossesse dans la Constitution

.

12h07: Le Président de la République, Emmanuel Macron, accompagné de son épouse, Brigitte Macron, vient d'arriver Place Vendôme

11h30: Le point sur ce que l'on sait

Avant les manifestations prévues dans toute la France pour défendre l’égalité femmes-hommes et les « salariées essentielles mal payées », le 8 mars va être l’occasion d’un moment rare: la pose du sceau sur la Constitution où sera désormais mentionnée la liberté de recourir à l’IVG.

La cérémonie du scellement de la Constitution révisée aura lieu à partir de midi, en présence d’Emmanuel Macron, devant le ministère de la Justice, place Vendôme. Elle sera accessible au public, une première, à l’occasion de cette Journée internationale pour les droits des femmes.

Le président, qui doit s’exprimer, souhaite « une cérémonie populaire, la plus ouverte possible », selon son entourage, afin de marquer « l’aboutissement de ce combat collectif », quelques jours après l’approbation lundi par le Congrès de l’inscription de la « liberté garantie » de recourir à l’avortement. La France est le premier pays à inscrire explicitement l’interruption volontaire de grossesse dans sa Constitution.

La presse avec laquelle sera apposé le sceau date de 1810. Habituellement placée dans le bureau du Garde des Sceaux, elle a été utilisée pour sceller 14 textes depuis 1958, date de naissance de la Ve République, dont la loi sur l’abolition de la peine de mort en 1981.

Auparavant, Emmanuel Macron fera fleurir les tombes de « grandes figures » du féminisme ayant contribué à la révision de la Constitution, dont Françoise Giroud, Gisèle Halimi, Joséphine Baker, Louise Michel, Simone de Beauvoir et Simone Veil.

10h44: Pour réduire ces différences de revenus, organisations féministes et syndicales réclament une revalorisation des minima sociaux, une hausse des salaires des métiers féminisés comme ceux de l’éducation, du soin ou du nettoyage et l’interdiction du temps partiel imposé.

Dans la sphère privée, les femmes sont « en première ligne » pour l’éducation des enfants et le soin aux proches, relève Julie Ferrua, de Solidaires. Elles sont donc pénalisées par le manque de crèches ou d’Ehpad publics, dénoncent également associations et syndicats, qui demandent « la création de services publics de la petite enfance et de la perte d’autonomie ».

Le gouvernement estime qu’il manque environ 200.000 places d’accueil pour les jeunes enfants et a promis de les créer d’ici 2030.

« Quand les parents ne trouvent pas de solution d’accueil, ce sont surtout les mères qui se chargent d’une garde parentale non choisie », confirme une récente étude de la Drees.

Pour tendre vers un meilleur équilibre dans le couple à l’arrivée d’un enfant, le gouvernement planche sur une réforme du congé parental, plus court mais mieux indemnisé, à hauteur de 50% du salaire, avec des règles de répartition entre les deux parents.

« La division du travail domestique reste fortement inégalitaires », regrette Soad Baba Aïssa, de l’association Femmes Solidaires. Faire grève « permet aussi de démontrer combien tout ce que nous faisons est essentiel ».

10h32: Une cinquantaine d’organisations, dont des associations et des syndicats, appellent à la grève du travail et des tâches domestiques, à l’image de celles qui ont eu lieu en Espagne ou en Islande, pour réclamer des mesures en faveur de l’égalité femmes-hommes.

Des manifestations sont annoncées dans 200 lieux en France, dans les grandes et petites villes, telles Quimper ou Belfort. A Paris, le cortège partira à 14H00 de la place Gambetta vers Bastille.

Les manifestants et manifestantes dénonceront notamment les inégalités salariales, qui existent « dans toutes les entreprises et dans toutes les administrations », souligne Myriam Lebkiri, de la CGT.

Les salariées gagnaient en moyenne 23,5% de moins que les hommes dans le secteur privé en 2022, a rappelé mardi l’Insee, un écart qui ne s’explique qu’en partie par « le moindre volume de travail annuel des femmes », moins souvent en emploi et davantage à temps partiel.

A temps de travail identique, le salaire moyen des femmes reste inférieur de 14,9% car elles travaillent dans des secteurs et à des postes « moins rémunérateurs ». Et « on constate qu’il y a encore toujours autant de difficultés des femmes d’accéder à des postes à responsabilités », a regretté sur France 2 la secrétaire générale de la CFDT Maylise Léon.

09h41: Avant les manifestations prévues dans toute la France pour défendre l’égalité femmes-hommes et les « salariées essentielles mal payées », le 8 mars va être l’occasion d’un moment rare: la pose du sceau sur la Constitution où sera désormais mentionnée la liberté de recourir à l’IVG.

La cérémonie du scellement de la Constitution révisée aura lieu à partir de midi, en présence d’Emmanuel Macron, devant le ministère de la Justice, place Vendôme. Elle sera accessible au public, une première, à l’occasion de cette Journée internationale pour les droits des femmes.

Le président, qui doit s’exprimer, souhaite « une cérémonie populaire, la plus ouverte possible », selon son entourage, afin de marquer « l’aboutissement de ce combat collectif », quelques jours après l’approbation lundi par le Congrès de l’inscription de la « liberté garantie » de recourir à l’avortement. La France est le premier pays à inscrire explicitement l’interruption volontaire de grossesse dans sa Constitution.

La presse avec laquelle sera apposé le sceau date de 1810. Habituellement placée dans le bureau du Garde des Sceaux, elle a été utilisée pour sceller 14 textes depuis 1958, date de naissance de la Ve République, dont la loi sur l’abolition de la peine de mort en 1981.

Auparavant, Emmanuel Macron fera fleurir les tombes de « grandes figures » du féminisme ayant contribué à la révision de la Constitution, dont Françoise Giroud, Gisèle Halimi, Joséphine Baker, Louise Michel, Simone de Beauvoir et Simone Veil.

07h25: La cérémonie de scellement de l'IVG dans la Constitution se tiendra aujourd'hui à midi, journée internationale des droits des femmes. L’événement se déroulera devant le ministère de la Justice, Place Vendôme, et sera pour la première fois ouvert au public, comme l’a confirmé Emmanuel Macron dans une publication sur X. Le président de la République s’est félicité d’une «fierté française» et d’un «message universel».

À la suite de la cérémonie, le texte sera baptisé «loi constitutionnelle du 8 mars 2024». La France deviendra alors le premier pays à inscrire officiellement l’interruption volontaire de grossesse dans sa Constitution.

.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de christ59200
8/mars/2024 - 16h03

Bon un sot mis un sceau pour avoir un saut dans les saudages... Cela va encore durer longtemps ? Cela devient franchement pathétique... J'aimerai bien connaitre le montant de cette petite comédie (avec le repas qui suit) juste question de rire (jaune).

Portrait de Lotus14
8/mars/2024 - 15h11

Faire cette  cérémonie c'est d'un ridicule    

 

Macron se glorifie car son égo en appris un coup ces derniers jours  

L'hommage revient à Simone Veil 

 

 

Portrait de celec
8/mars/2024 - 13h31
Lannion a écrit :

Quitte à passer pour un gros réac, suis-je le seul à voir la grosse macarade qu'on fait autour de l'ivg?

C'est d'un ridicule absolu.La constitution ce n'est pas les tables de la loi! faut arrêter un peu de s'en servir. Si demain on change de régime, nouvelle constitution et aux archives l'actuelle...

Tout ce tralala juste pour satisfaire l'égo d'un fou. Fou qui ne sait plus que faire pour offrir un peu de divertissement au peuple (et masquer la misère)

Personne ne voit qu'il ne sait plus quoi faire pour essayer de briller? Multiplication des cérémonies d'hommage, de panthéonisation et maintenant cette célébration (je ne sais même pas quel nom lui donner, on aurait dit l'oblitération d'une lettre)

L'ivg est un droit heureusement acquis il y a un demi siècle. C'est tout de même quelque chose de pas anodin pour s'en servir comme d'un vulgaire pretexte à la gloriole... Refaire voter une loi, un simulacre de vote plutôt... Tout ça car plus rien de nouveau ne fait concensus c'est tres inquiétant.

Alors là,  tout à fait d'accord !!! Et celles qui pensent que cela change quelque chose à leur vie me font bien rire, mais non, c'est la fête !! N'importe quoi !!!! Le vrai problème, c'est la misère du système de santé et qu'à certains endroits, c'est effectivement difficile de pouvoir avorter par manque de praticiens mais là, chut, dormez bon peuple. 

Portrait de Ocarina
8/mars/2024 - 13h06

Bruno Le MAIRE a dit qu'il y avait 20 milliards d'économies à réaliser cette année ; combien coûte cette mascarade inutile pour une loi déjà votée il y a bientôt 50 ans et que personne ne remettait en question?

Ils auraient mieux à faire ces guignols pour se faire remarquer...

Portrait de Lannion
8/mars/2024 - 13h02

Quitte à passer pour un gros réac, suis-je le seul à voir la grosse macarade qu'on fait autour de l'ivg?

C'est d'un ridicule absolu.La constitution ce n'est pas les tables de la loi! faut arrêter un peu de s'en servir. Si demain on change de régime, nouvelle constitution et aux archives l'actuelle...

Tout ce tralala juste pour satisfaire l'égo d'un fou. Fou qui ne sait plus que faire pour offrir un peu de divertissement au peuple (et masquer la misère)

Personne ne voit qu'il ne sait plus quoi faire pour essayer de briller? Multiplication des cérémonies d'hommage, de panthéonisation et maintenant cette célébration (je ne sais même pas quel nom lui donner, on aurait dit l'oblitération d'une lettre)

L'ivg est un droit heureusement acquis il y a un demi siècle. C'est tout de même quelque chose de pas anodin pour s'en servir comme d'un vulgaire pretexte à la gloriole... Refaire voter une loi, un simulacre de vote plutôt... Tout ça car plus rien de nouveau ne fait concensus c'est tres inquiétant.