04/03 18:53

La loi d'introduction de l'IVG est adoptée par le Congrès avec 780 voix pour et 72 contre, devenant ainsi le premier pays au monde à graver ce droit dans la Constitution

18h58: Le président de la République s'est réjoui du vote du Congrès. "Fierté française, message universel. Célébrons ensemble l’entrée d’une nouvelle liberté garantie dans la Constitution par la première cérémonie de scellement de notre histoire ouverte au public. Rendez-vous ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes", a-t-il publié sur X.

18h49: Le texte est adopté par 780 voix sur 902 votants. L'IVG dans la Constitution a été adoptée à 780 voix pour et 72 voix contre, annonce Yaël Braun-Pivet sous les applaudissements nourris de l'hémicycle du château de Versailles et une ovation debout. Cette inscription dans la Constitution est une première dans le monde.

.

.

16h23; Un message sera projeté sur la tour Eiffel, avec un "scintillement spécial", au moment du vote par le Parlement réuni en Congrès de l'inscription de l'IVG dans la Constitution lundi en fin d'après-midi, a indiqué la société d'exploitation du monument parisien.

"Un message spécifique sera projeté sur la Tour avec scintillement spécial à 18h30, heure du vote" de cette inscription dans la Constitution de l'interruption volontaire de grossesse (IVG), une première mondiale, avant une "poursuite de la projection avec scintillement habituel", c'est-à-dire "toutes les cinq premières minutes de chaque heure", a indiqué la Société d'exploitation de la tour Eiffel (Sete), interrogée par l'AFP.

16h00: Le Premier ministre prend la parole, et rend hommage au combat de Gisèle Halimi qui plaida, en 1972, pour la liberté de chaque femme de recourir à l'IVG. La famille de l'avocate est présente dans l'hémicycle.

"L'homme que je suis ne peut imaginer vraiment la détresse qu'ont pu connaître ces femmes privées de la liberté de disposer de leur corps des décennies durant. L'homme que je suis ne peut imaginer vraiment la souffrance physique d'alors, quand l'avortement était synonyme de clandestinité honteuse, de douleur innommable et de risque fatal."

"Nous sommes hantés par la souffrance et la mémoire de tant et tant de femmes qui ont souffert pendant des décennies (...). Aujourd'hui, nous pouvons changer le cours de l'histoire."

"Ce vote c'est d'abord un aboutissement, celui d'un long combat"

Aujourd'hui, le présent doit répondre à l'histoire", assure Gabriel Attal qui fait applaudir Simone Veil et son combat pour la légalisation de l'avortement. "Nous avons une dette morale" envers toutes les femmes qui "ont souffert dans leur chair", dit le Premier ministre.

"La marche du progrès a fait son office. Je veux rendre hommage à toutes les associations qui œuvrent pour le droit des femmes"

"Sous l'autorité du président de la République, nous œuvrons pour faire rimer égalité avec réalité (...). Sur ce chemin depuis sept ans, nous avons avancé ", affirme Gabriel Attal, vantant le bilan du chef de l'Etat en la matière. "Nous sommes encore loin d'être au bout du chemin mais pas à pas l'égalité se rapproche", ajoute-t-il. "Nous donnons une deuxième victoire à Simone Veil", avec cette constitutionnalisation, dit-il.

"Combien de Congrès du Parlement firent naître une telle unité ? Combien de Congrès du Parlement firent naître une telle émotion ? (...) Beaucoup semblent dire que l'IVG ne serait pas menacée (...) comme si ce qui était acquis l'était pour toujours, je le réfute. Oui, la liberté d'avorter reste menacée, nos libertés sont par essence menacées."

"Gouverner, c'est faire obstacle au tragique de l'histoire (...). La politique, c'est faire obstacle à la folie des hommes (...). Ce texte est un rempart aux faiseurs de malheur".

"Aujourd'hui, la France est pionnière. Vous dire au monde que la France est fidèle à son héritage (...). Ce n'est pas seulement les femmes que vous honorez, c'est la France."

Le Premier ministre rappelle que cela fait 16 ans que la Constitution, "notre loi fondamentale", n'a pas été modifiée. "Aujourd'hui, l'ère d'un monde d'espoir commence", conclut Gabriel Attal.

09h42: Le Parlement se réunit cet après-midi en Congrès au Château de Versailles pour faire de la France le premier pays au monde à inscrire explicitement dans sa Constitution l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et protéger le droit à l’avortement en recul dans nombre de pays.

Logée dans l’aile du Midi de la résidence des rois de France, la prestigieuse salle du Congrès s’apprête à accueillir un moment d’histoire: les 925 parlementaires du pays, sénateurs et députés, sont appelés à graver l’avortement dans le marbre du texte fondamental.

« La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Introduite à l’article 34, la phrase fera de la France une pionnière, à rebours de plusieurs pays où le droit à l’avortement recule, aux États-Unis ou en Europe de l’Est.

« Quand les droits des femmes sont attaqués dans le monde, la France se lève et se place à l’avant-garde du progrès », a lancé sur X le Premier ministre Gabriel Attal, qui prendra la parole après l’ouverture du Congrès à 15h30, pour concrétiser cette promesse d’Emmanuel Macron.

A quatre jours du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, et au cinquantième anniversaire du vote de la loi Veil ayant légalisé l’avortement en France en 1974, la réunion du Congrès viendra parachever une longue bataille politique initiée par la gauche, portée par les associations féministes et finalement embrassée par le gouvernement après plusieurs initiatives parlementaires.

Une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés est requise pour approuver cette révision constitutionnelle, la première depuis 2008. Elle devrait être atteinte sans difficulté, après les votes massifs de l’Assemblée (493 députés contre 30) et du Sénat (267 voix contre 50) en sa faveur.

Soutenue par plus de 80% des Français selon divers sondages, la constitutionnalisation de l’IVG s’est progressivement imposée dans le paysage politique.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
5/mars/2024 - 15h43
Korveg a écrit :

Juste une manœuvre politicienne, sans AUCUN intérêt. Macron ne sait plus quoi faire pour se redresser.

Il ne redressera plus.

Portrait de kuwabara
5/mars/2024 - 08h45
De Pompignanㅤ a écrit :

T'es un génie.

 Suze !

????????? 

Portrait de medo2511
5/mars/2024 - 06h35

Ridicule ! La macronie a tout loupé depuis depuis 7 ans donc elle s'approprie le travail de Simone Veil... qui elle a eu le mérite de passer cette loi en 1974 !!!

Portrait de micpec
4/mars/2024 - 23h42

Maintenant, il faut faire passer par le Congrès, une loi sur l'euthanasie pour laquelle 75 à 80% des français sont favorables, et surtout pour faire éviter des souffrances inutiles.

Le sujets sociétaux sont aussi, sinon, plus importants que les bavardages et critiques qui ne servent qu'à faire du vent, ici, comme ailleurs !

Portrait de Archimede
4/mars/2024 - 23h34

On devrait graver dans la constitution le droit de garder un enfant et de l'élever dans la dignité financière.

Portrait de Ceez
4/mars/2024 - 22h27

Ils forcent pour faire passer pour un évènement un truc qui sert à rien.

Pendant ce temps la france continue de devenir un pays du tiers monde chaque jour un peu plus et personne ne réagit. 

Portrait de De Pompignanㅤ
4/mars/2024 - 21h31
kuwabara a écrit :

pi quand vous irez a l hopital , pour faire l ivg , et ben il y aura pas assez d infirmiere , et de medecin pour s occuper de vous !! vive la france!!

T'es un génie.

 Suze !

Portrait de kuwabara
4/mars/2024 - 21h13

pi quand vous irez a l hopital , pour faire l ivg , et ben il y aura pas assez d infirmiere , et de medecin pour s occuper de vous !! vive la france!!

Portrait de DoctrineDark
4/mars/2024 - 20h23

Aucun intérêt. C'est du marketing et de la com pour faire oublier les problèmes, les vrais problèmes des Français. Et pour un coup de 300000 €, comme si on avait l'argent facile. 

Le droit à l'IVG n'est pas remis en cause, loin de là. 

Portrait de ajc21
4/mars/2024 - 19h07
tomy a écrit :

Modifier la constitution sans passer par un référendum; original 

Après je suppose qu'on doit appeler cela une démocratie  

sur 25 modifications de la Constitution, seulement 2 ce sont fait par référendum, donc 23 par vote du congrès, donc non c'est pas original

Portrait de Did46
4/mars/2024 - 18h57
Korveg a écrit :

Juste une manœuvre politicienne, sans AUCUN intérêt. Macron ne sait plus quoi faire pour se redresser.

C'est clair !

Difficile de prendre au sérieux ce gouverne-ment 

Portrait de Archimede
4/mars/2024 - 16h36

Les femmes souffrent surtout de la Macronie qui les saigne à blanc financièrement.

Portrait de Ceez
4/mars/2024 - 16h16

Il n'y a pas de dette morale envers tous les français qui vivent dans leur chair les conséquences de l'immigration ?

Portrait de tomy
4/mars/2024 - 16h11

Modifier la constitution sans passer par un référendum; original 

Après je suppose qu'on doit appeler cela une démocratie  

Portrait de Korveg
4/mars/2024 - 12h39

Juste une manœuvre politicienne, sans AUCUN intérêt. Macron ne sait plus quoi faire pour se redresser.