23/02 08:56

Une enquête a été ouverte après les accusations de "viols et agressions sexuelles" visant le psychanalyste Gérard Miller, annonce le parquet de Paris qui a reçu six signalements de femmes

Une enquête a été ouverte après des accusations de "viols et agressions sexuelles, parfois sur victimes mineures" visant le psychanalyste Gérard Miller, a indiqué vendredi le parquet de Paris, qui a reçu six signalements de femmes. Le psychanalyste et chroniqueur, 75 ans, s'était défendu dans une lettre au moment des premières accusations parues dans la presse fin janvier, affirmant avoir "la conviction de n'avoir contraint personne".

En détail, le parquet a été destinataire, à la date de jeudi, de six signalements reçus "par courrier ou au sein d'un commissariat suivi d'un compte-rendu au parquet de femmes déclarant avoir subi des gestes a minima sexués de la part de Gérard Miller, auxquels elles relatent ne pas avoir donné leur consentement, entre 1995 et 2005", a-t-il précisé, confirmant une information du magazine Elle.

Pour examiner ces signalement, le parquet "a, à ce stade, chargé la Direction de la police judiciaire de Paris (DRPJ) d'enquêter sur les faits susceptibles d'être qualifiés de viols et d'agressions sexuelles, parfois sur victimes mineures". C'est la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) qui mènera les investigations, a indiqué une source proche du dossier à l'AFP.

"Il appartiendra au parquet de déterminer la matérialité et la qualification des faits, de mesurer leur éventuelle prescription et d'apprécier les suites à donner", a-t-il ajouté. Gérard Miller, chroniqueur régulier de plusieurs émissions de radio et de télévision, engagé à gauche et soutien de Jean-Luc Mélenchon depuis 2012, est mis en cause pour des comportements déplacés et des violences sexuelles par des dizaines de femmes, notamment lors de séances d'hypnose.

Le magazine Elle puis Mediapart ont relayé ces accusations. Après la parution des premiers témoignages fin janvier, Gérard Miller avait publié une lettre sur X.

"Avec toutes les femmes, j'ai la conviction de n'avoir contraint personne, prenant au pied de la lettre tout embarras, tout refus, et ce tout particulièrement quand je m'engageais sur le chemin de la séduction", avait-il soutenu. Il réfutait également avoir pratiqué l'hypnose à son cabinet ou à son domicile, mais toujours en public.

Les séances dans un cadre privé relevait de "tests élémentaires" et "celui ou celle qui acceptait de s'y livrer n'était absolument pas hypnotisé, il restait parfaitement conscient, en totale possession de ses moyens", assurait Gérard Miller..

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de djelloul
23/février/2024 - 15h24

Pas la peine qu il cherche du soutien du cote de I. Alonso....Il a ete habille pour l hiver ....et l ete aussi,  le monsieur donneur de lecons ...............l ami de M Drucker........

Portrait de garlaban
23/février/2024 - 12h30

Qui va nous faire la morale s'il n'est plus là ?

Portrait de Beguin
23/février/2024 - 10h08
nina83 a écrit :

Lui, il va prendre très cher ! il a intérêt à se faire tout petit dans les médias, la liste de femmes doit être très longue encore.

Espérons qu'il va prendre cher, c'est grave !

Portrait de Beguin
23/février/2024 - 10h07

Ils en ont mis du temps à ouvrir une enquête. 

Portrait de YVESM
23/février/2024 - 09h43
Justemonavis a écrit :

Le soucis majeur dans cette affaire c'est son traitement qui est "normal". Personne pour faire de pétition, pour crier au scandale à la radio, aucun collectif ""féministe"".

 

Le respect de la présomption d'innocence à géométrie variable est juste horrible et cela quelque soit la personne.

Oui, comme c'est étrange.

Une sorte de "gentlemen agreement", entre gens de la bonne société.

Oui, mais aussi, entre un traitement "normal" et une autocensure, il y a, quand même, une différence.C'est bien le signe d'un système politico-médiatique établi, et partial.

 

Portrait de Lotus14
23/février/2024 - 09h42

Si c'est vrai : quelle honte ce type  pour moi il est dangereux 

Portrait de Bigareau
23/février/2024 - 09h40 - depuis l'application mobile

Le parquet réagit à vitesse très variable!

Portrait de nina83
23/février/2024 - 09h40

Lui, il va prendre très cher ! il a intérêt à se faire tout petit dans les médias, la liste de femmes doit être très longue encore.

Portrait de Justemonavis
23/février/2024 - 09h37

Le soucis majeur dans cette affaire c'est son traitement qui est "normal". Personne pour faire de pétition, pour crier au scandale à la radio, aucun collectif ""féministe"".

 

Le respect de la présomption d'innocence à géométrie variable est juste horrible et cela quelque soit la personne.

Portrait de YVESM
23/février/2024 - 09h15

Un futur classique du crime, ou bien une future erreur judiciaire ?

Une future fiction Netflix, avec un affreux mâle blanc,ou bien un formidable progressiste, injustement accusé,avec Omar Sy, en ténor du barreau.

Sans cela, une pensée, pour ces femmes et leurs familles.Et aussi, une pensée pour les médias de sensibilité de gauche (donc 75% des médias en France), qui seront sourds, aveugles et muets sur le sujet.