24/02 17:31

L'aéroport de Paris-Orly présente les grandes lignes de son projet d'aménagement à l'horizon 2035: Réduire la place de la voiture, fluidifier l'accès aux avions, dans un contexte de croissance "modérée" du trafic passagers...

Réduire la place de la voiture, fluidifier l'accès aux avions, dans un contexte de croissance "modérée" du trafic passagers: l'aéroport de Paris-Orly a présenté les grandes lignes de son projet d'aménagement à l'horizon 2035.

Déjà engagée dans un processus de décarbonation de ses opérations au sol d'ici à 2030, la plateforme s'apprête à connaître des bouleversements supplémentaires, a expliqué son gestionnaire, le Groupe ADP.

L'entreprise, détenue en majorité par l'Etat, lancera lundi trois mois de concertation sur ces projets, notamment avec les habitants des villes voisines bénéficiant des retombées économiques d'Orly mais pouvant aussi subir ses nuisances.

L'idée est d'abord de réduire la congestion "récurrente" des voies d'accès au deuxième aéroport français par nombre de passagers, situé dans une zone très densément peuplée au sud de Paris. Aujourd'hui, pas moins de 70% des passagers et 90% des salariés y arrivent en véhicule individuel.

"Nous projetons de doubler la part de passagers accédant à l'aéroport par les transports collectifs et de quadrupler celle des salariés" d'ici au milieu de la prochaine décennie, a expliqué le gestionnaire.

ADP veut capitaliser sur l'arrivée prévue en juin du prolongement de la ligne de métro 14, offrant une liaison directe avec le centre de Paris - l'arrivée de la ligne 18 et l'extension du Tramway 7 sont également prévues d'ici cinq ans -, mais aussi tenir à distance les flux automobiles avec la création de quatre nouveaux parcs de stationnement et dépose-minute aux entrées de l'aéroport, où il sera possible d'enregistrer et déposer ses bagages.

La fin du trajet s'effectuera par un "système de transport collectif propre", qui desservira aussi les zones commerciales et industrielles de la plateforme.

Certains parkings à proximité des terminaux actuels seront réservés aux "publics prioritaires" comme les personnes handicapées et d'autres ont vocation à être détruits, le nombre total de places restant stable à 15.000.

Quant aux taxis et VTC, des discussions vont s'ouvrir avec leurs organisations représentatives pour "définir les règles de circulation" auxquelles ils seront soumis.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de YVESM
25/février/2024 - 15h21

Avec une création de voie rapide… pour les trottinettes.