17/02 17:02

Les députés du groupe Horizons défendront prochainement une proposition de loi visant à pénaliser financièrement la "fast fashion" et à interdire la publicité de ses enseignes

Les députés du groupe Horizons défendront une proposition de loi visant à pénaliser financièrement la "fast fashion" et à interdire la publicité de ses enseignes, lors de leur "niche" parlementaire du 14 mars, selon des sources parlementaires.

Le texte porté par Anne-Cécile Violland - un des sept que présentera le groupe, membre de la majorité - vise les enseignes et sites de e-commerce qui proposent une quantité innombrable de vêtements à bas prix et de moindre qualité, pour la plupart importés d'Asie. L'objectif est de "réduire l'impact environnemental de l'industrie textile", en mettant en place une meilleure information à destination des consommateurs, et en interdisant la publicité pour les entreprises et produits relevant de cette mode éphémère. Il prévoit une modulation de "l'écocontribution" versée par les sociétés en fonction de leur impact environnemental, afin de réduire l'écart de prix entre les produits issus de la "fast fashion" et ceux issus de filières plus vertueuses.

L'exposé des motifs de la proposition de loi pointe un "emballement" de la filière, avec chaque année "plus de 100 milliards" de vêtements vendus dans le monde, un phénomène poussé par les enseignes de "fast fashion", dont la plus emblématique est l'entreprise chinoise Shein. Accusée de travail forcé, d'incitation à la surconsommation, montrée du doigt pour l'impact environnemental de ses produits et peu transparente sur sa production, Shein s'attire aussi les foudres des défenseurs de l'environnement et des droits humains.

Le député LR Antoine Vermorel a également déposé une proposition de loi sur le sujet, qui propose aussi un système de "bonus-malus" pouvant aller jusqu'à cinq euros par pièce pour les entreprises d'"ultra-fast-fashion", qui mettent sur le marché plus de 1.000 nouveaux produits par jour. "Nous allons discuter avec Horizons pour aboutir à un accord", a affirmé à l'AFP M. Vermorel, affirmant que son groupe ne "suivra pas" a priori Mme Violland sur l'interdiction de la publicité.

Cette dernière a précisé à l'AFP avoir mis en place un groupe de travail auquel participe la présidente du groupe Ecologiste, Cyrielle Chatelain.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Toftof
17/février/2024 - 20h06

La fast-fashion doit être le problème le plus important des français. 

Ils sont complètement déconnectés eux aussi