03/02 14:31

L'Académie de médecine propose d'étendre et d'encourager la vaccination contre les papillomavirus pour tous les hommes et les femmes jusqu'à 26 ans, "pour permettre d'éliminer plus certainement et rapidement les cancers et les maladies liées"

L'Académie de médecine propose d'étendre et d'encourager la vaccination contre les papillomavirus pour tous les hommes et les femmes jusqu'à 26 ans, "pour permettre d'éliminer plus certainement et rapidement les cancers et les maladies liées", selon un communiqué.

Si elle salue diverses mesures pour augmenter cette vaccination, l'académie "s'inquiète" du retard cumulé depuis son démarrage en France et défend une extension "pratiquée dans de très nombreux pays".

En France, la vaccination contre ces virus est recommandée chez les filles de 11 à 14 ans depuis 2007, chez les garçons depuis 2021, mais moins de la moitié des adolescents sont vaccinés.

Promise début 2023 par Emmanuel Macron, une campagne de vaccination de collégiens de 5e a démarré à partir de début octobre. Les premiers résultats sont inférieurs aux 30% espérés la première saison.

Dans le cadre d'un rattrapage, la vaccination est par ailleurs recommandée pour les deux sexes entre 15 et 19 ans révolus, et jusqu'à 26 ans pour les seuls hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ou les patients immunodéprimés.

"Une extension de la vaccination à l'âge adulte jusqu'à 26 ans pour les deux sexes représenterait une décision individuelle et non parentale", sans les éventuels freins liés, et plusieurs éléments la justifient, estime l'Académie de médecine.

Le risque d'infection par les papillomavirus perdure toute la vie dans les deux sexes, et 50% des cancers du col de l'utérus sont dus à des infections contractées après 20 ans, avance-t-elle.

"Si le bénéfice de la vaccination est optimal pour les personnes non infectées, il demeure important pour les personnes infectées", argumente aussi l'académie.

Et plusieurs études montrent l'efficacité du vaccin entre 16 et 26 ans sur les lésions précancéreuses et les verrues génitales chez la femme et chez l'homme, ainsi que sa bonne tolérance, selon son communiqué.

Chaque année en France, les papillomavirus humains sont responsables de plus de 6.000 nouveaux cas de cancers, le plus souvent du col de l'utérus, de la vulve ou du vagin, mais aussi ORL, de l'anus ou du pénis.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions