24/01 18:55

Agriculteurs : Le mouvement de colère et les blocages vont s'étendre pour la première fois dès demain à l'Île-de-France - La Confédération paysanne, la troisième plus grosse organisation, lance un appel à la mobilisation

18h18: Dans un communiqué de presse, la Confédération paysanne, la troisième plus grosse organisation syndicale du pays, demande à son tour à ses adhérents de se mobiliser. "Nous souhaitons collectivement apporter de véritables solutions de fond au malaise agricole. Nous demandons donc d'urgence une loi interdisant tout prix agricole en dessous de nos prix de revient et la fin immédiate des négociations d'accord de libre-échange", peut-on lire dans le communiqué de presse.

17h32: A Agen, des agriculteurs ont également commencé à faire brûler des pneus devant la préfecture. Les flammes prennent de l'ampleur.

 

 

17h25: Des agriculteurs aspergent la préfecture d'Agen de lisier

17h13: Des tensions éclatent en ce moment à Agen devant la préfecture. Un incendie vient d'être déclenché dans les bottes de foin, les pompiers interviennent. 

 

 

16h46: Le mouvement de colère agricole va s'étendre dès demain à l'Île-de-France selon RTL. Au moins cinq actions sont prévues dans la matinée

16h33 : Plusieurs responsables laissent entendre que les blocages pourraient se rapprocher de Paris et de l'Ile-de-France dans les prochains jours. « Si les annonces du gouvernement ne sont pas satisfaisantes, nous bloquerons toute l’Île-de-France », prévient Cyrille Milard, le président de la FDSEA 77. Le Parisien rappelle que la dernière fois qu’une situation semblable s’est présentée, c’était il y a trois ans, en novembre 2019.

En tout, 1.250 tracteurs venus des régions Hauts-de-France, Normandie, Île-de-France, Grand Est, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne-Franche-Comté avaient convergé à Paris avant l’aube et bloqué le périphérique pour dénoncer la faiblesse de leurs revenus 

14h17: Dans un communiqué, le procureur de Foix a donné des nouvelles de la troisième victime de l'accident survenu hier sur le point de blocage à Pamiers (Ariège). Le mari et père de famille est désormais hors de danger.  « Son pronostic vital n'est plus engagé, bien qu'elle reste grièvement blessée. Dès que son état de santé le permettra, elle sera examinée par un médecin légiste en vue de déterminer une incapacité de travail », indique-t-il.

.

.

11h52: Le gouvernement a « entendu l’appel » des agriculteurs et fera des annonces « dans les jours à venir », a indiqué mercredi la porte-parole du gouvernement, Prisca Thevenot, assurant qu’il n’était « pas question de venir empêcher » les blocages routiers.

L’exécutif est « déterminé à protéger le modèle agricole français, pour que les agriculteurs puissent vivre décemment de leur travail », a-t-elle affirmé à l’issue du Conseil des ministres.

Partie du sud-ouest la semaine dernière, la fronde des agriculteurs prend de l’ampleur avec de nombreux blocages routiers dans le pays. Des « manifestations organisées dans un cadre légal », a souligné Mme Thevenot, ajoutant qu’« il n’est pas question de venir empêcher cette expression de revendication ».

« La nation agricole nous lance un appel (...) nous l’avons entendu », a-t-elle assuré, promettant que « les annonces vont arriver dans les jours qui viennent car  »il y a urgence à répondre«  aux revendications du secteur. Elle a évoqué des pistes à l’étude sur la fiscalité du gazole non routier et  »les avances de trésorerie«  aux chefs d’exploitation.

Le Premier ministre, Gabriel Attal,  »s’est engagé à se rendre très rapidement sur le terrain« , a-t-elle ajouté.  »Le mot d’ordre, c’est qu’il ne doit pas y avoir de tabou, on doit pouvoir avancer sur tous les sujets« , a insisté Prisca Thevenot, pointant les  »normes environnementales« , qui,  »de temps en temps, plutôt que de libérer et protéger, sont venues asphyxier" l’agriculture française.

11h25: Le point sur la situation ce matin

La mobilisation des agriculteurs français s’est amplifiée mercredi avec une multiplication des blocages pour obtenir des « réponses concrètes » du gouvernement à leur « rage », alimentée mardi par les décès accidentels d’une éleveuse et de sa fille sur un barrage routier.

Marges de la grande distribution, jachères, pesticides, normes environnementales, autorisations administratives, prix du gazole... Cultivateurs et éleveurs n’ont pas tous les mêmes demandes mais partagent un même malaise sur leur avenir, écartelés entre désir de produire, et nécessité de réduire leur impact sur la biodiversité et le climat.

« Il y a un sacré mal-être chez les paysans », a déclaré à l’AFP Patricia Dagoré, agricultrice au Pays basque et membre de la FNSEA.

« On nous impose toujours plus de normes. Mais comment faire pour les appliquer? Les mettre toutes en oeuvre, ça coûte. Aujourd’hui, on a tous la corde au cou, des trésoreries dans le rouge », a-t-elle poursuivi lors d’un blocage de l’A63 à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) mardi soir.

Plus au nord, environ 200 tracteurs ont envahi mercredi matin la rocade de Bordeaux, axe névralgique entre Paris et l’Espagne.

« Nous comptons y rester jusqu’à ce que nous ayons des réponses concrètes », a lancé Serge Bergeon, secrétaire général de la FNSEA Gironde.

Une minute de silence a été observée en hommage aux deux victimes --une éleveuse d’une trentaine d’années et de sa fille adolescente-- percutées par une voiture sur un barrage mardi à Pamiers (Ariège).

10h55: La FNSEA, premier syndicat agricole français, communiquera mercredi soir une « quarantaine » de « revendications claires », et indique n’« exclure aucune option » quant au blocage de Paris ou du pays si les agriculteurs n’étaient pas « entendus », a indiqué mercredi son président Arnaud Rousseau.

La mobilisation des agriculteurs français s’accentue mercredi avec des barrages routiers pour faire pression sur le gouvernement et obtenir des réponses rapides à leur « rage » et leurs revendications. Mardi le mouvement a été endeuillé par le décès d’une agricultrice et de sa fille à un barrage.

« Cette colère est inédite pour le monde agricole, ça fait très longtemps qu’on n’a pas eu un tel niveau d’engagement. D’ici vendredi près de 85 départements vont mener des actions, de manière continue et sporadique », a déclaré Arnaud Rousseau sur France 2.

« Nos manifestations sont déclarées, on a dit qu’il ne fallait pas de violence, car parfois elle n’est pas très loin. La violence n’est pas une réponse à ce qui se passe en ce moment. Sécurisation, responsabilité... tout cela ne tiendra que si rapidement on a des réponses très concrètes car les agriculteurs ne sont pas des gens avec qui il faut jouer », a-t-il prévenu au micro de franceinfo.

« Personne n’a intérêt à l’escalade », a souligné le président de la FNSEA.

« On va réunir ce matin le conseil d’administration de la FNSEA puis ensuite l’ensemble de nos représentants territoriaux » et le syndicat « communiquera  »ce soir« ,  »en fin de journée« ,  »un peu plus d’une quarantaine«  de  »revendications claires«  par rapport à  »l’accumulation de ce qu’on subit« .

10h06: Après la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) reçus lundi, la Coordination rurale, deuxième syndicat, et la Confédération paysanne, troisième, sont sortis mardi soir du bureau du Premier ministre Gabriel Attal sans appeler à lever les blocages. La première a jugé l’échange « constructif » tandis que la seconde jugeait les propositions « insuffisantes ».

Le mouvement devait se poursuivre mercredi, avec des mobilisations d’agriculteurs et des blocages annoncés sur des routes nationales et des autoroutes, du nord au sud du pays. De nouvelles manifestations et occupations de ronds-points, péages ou bretelles d’autoroute ou encore des opérations escargot étaient ainsi attendues sur tout le territoire et dans le nord, l’accès au tunnel sous la Manche ainsi qu’au port desservant l’Angleterre pourrait être perturbé, ont averti les autorités.

09h40: Endeuillée par les décès d’une éleveuse et de sa fille, la mobilisation des agriculteurs se poursuit mercredi en France avec des barrages routiers pour faire pression sur le gouvernement de Gabriel Attal, qui cherche des réponses rapides à des revendications qu’il juge légitimes.

Jachère, pesticides, normes environnementales, autorisations administratives, prix du gazole... Les cultivateurs et éleveurs français n’ont pas tous les mêmes demandes, mais partagent un même malaise sur leur avenir, écartelés entre leur désir de produire et d’exporter, et la nécessité d’intégrer des contraintes environnementales pour réduire leur impact sur la biodiversité et le climat.

« On est parti pour la journée, pour la nuit... tant que des mesures concrètes ne sont pas annoncées », a dit mardi Thierry Sénéclauze, agriculteur dans la Drôme, dénonçant « les normes toxiques et bolchéviques ».

Démarré jeudi dernier en Occitanie par un blocage d’autoroute qui continue, le mouvement, soutenu par le premier syndicat du pays FNSEA, s’étend dans la région et dans toute la France. « Les actions vont s’amplifier » mercredi, a promis mardi soir sur TF1 le président de la FNSEA Arnaud Rousseau.

Après la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) reçus lundi, la Coordination rurale, deuxième syndicat agricole, et la Confédération paysanne, troisième, sont sortis mardi soir du bureau de Gabriel Attal sans appeler à lever les blocages. La Coordination rurale a jugé l’échange « constructif » tandis que la Confédération paysanne a parlé de propositions « insuffisantes ».

08h21: Le point complet sur les blocages ce matin - En Gironde, des dizaines de tracteurs, formant une colonne impressionnante, sont entrés sur la rocade bordelaise tôt ce mercredi matin, à hauteur de l'échangeur 26 en direction de Périgueux-Libourne et bloquent les voies dans les deux sens.

L'A4 sera aussi bloquée aux alentours de Strasbourg à partir de la mi-journée tandis que les Jeunes Agriculteurs prévoient de bâcher les radars de Moselle (hors autoroute).

Des tracteurs sont également attendus sur d'autres routes de France, comme à Bayonne et Pau (A63 et A64), autour de Lyon (M6, A47), sur l'A7 de Orange à Montélimar, entre Valence et Grenoble (A49), entre Saint-Amand-Montrond et Bourges (A71), sur la rocade d'Orléans, et sur ou aux abords de nombreuses voies rapides de Bretagne (notamment la RN12).

À Agen, la Coordination rurale bloque l'A62 et menace de faire "tomber" les grilles de la préfecture, qu'ils ont déjà arrosées de lisier mardi.

Dans les Hauts-de-France, les agriculteurs comptent poursuivre le barrage filtrant mis en place sur un péage de l'A29 près d'Amiens (Somme), et organiser de nouvelles manifestations dans l'Aisne et le Pas-de-Calais notamment, où selon la préfecture de région, "l'accès aux différentes plateformes transmanche est susceptible d'être perturbé" -- tunnel sous la Manche et port desservant l'Angleterre.

De multiples autres ronds-points, péages ou bretelles d'autoroutes seront occupés, sans compter des opérations escargots, comme à Angoulême mardi, ou deux péages rendus gratuits sur l'A83 en Vendée.

06h37: Des agriculteurs se sont installés pendant la nuit sur l'autoroute A 7 entre la Drome et l'Isère. A Bordeaux, la rocade est aussi bloquée. Selon France 3 Aquitaine le trafic est interrompu depuis 5 heures près des sorties 26 et 27 vers Artigues-près-Bordeaux.

La préfecture de la Creuse a aussi indiqué sur le réseau social X que « la RN145 est bloquée dans le sens Guéret/Limoges à partir de l'échangeur 54 ».

05h23: Le parquet de Foix a annoncé hier soir que la jeune fille de 12 ans, renversée par une voiture ce matin sur un barrage à Pamiers (Ariège), a succombé à ses blessures. Sa mère, une agricultrice de 35 ans, est également morte lors de cet accident, et son père a été grièvement blessé. "La jeune fille est décédée des suites de ses blessures peu après 19h00", a précisé le parquet dans un communiqué.

Au regard des tous premiers éléments de l'enquête, les faits en cause ne paraissent pas revêtir un caractère intentionnel. Trois personnes ont été placées en garde à vue pour homicide involontaire aggravé et blessures aggravées.

Les trois occupants de la voiture (un homme et deux femmes de nationalité arménienne, selon le préfet d'Ariège) ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte pour homicide involontaire aggravé et blessures aggravées, selon le parquet. Ils étaient sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF), après avoir été déboutés de leur demande d'asile, selon une source proche de l'enquête à l'AFP.

"Les faits en cause ne paraissent pas revêtir un caractère intentionnel", a souligné le parquet de Foix, pointant le manque de visibilité sur les lieux.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
24/janvier/2024 - 23h50

Mais quand vont ils reagir, où est le premier ministre...

Portrait de Beguin
24/janvier/2024 - 23h49

Ils vont mettre du lisier à l'Elysee

Portrait de MICMAH458
25/janvier/2024 - 08h36

Une préfecture, c'est bien, c'est un bon début.  Mais l'Elysée, c'est mieux...  Il faut de l'ambition, et toujours viser plus haut.

Portrait de Romynette12
24/janvier/2024 - 23h04
De Pompignan a écrit :

Jusqu'à cesser de faire tes courses chez Lidl ?

Pardon, on se connaît ???

Portrait de Cfoutoutca
24/janvier/2024 - 22h59
Sebber a écrit :

Donc manifestations blocages et exigences de réponses rapides du gouvernement mais ils ne communiquent leurs revendications que ce soir.... Voilà leurs limites de crédibilité.... D'abord on bloque ensuite on dit ce qu'on veut.... dommage je soutiens leurs besoins et revendications mais suis opposé à leur méthode contre productive

On est beaucoup à pense comme toi.

Portrait de Cfoutoutca
24/janvier/2024 - 23h02

Deux poids deux mesures.

On se rappelle des blocages GJ les CRS avaient déjà été positionnés pour l'évacuation des points sensibles.

J'ai pas vu un seul agriculteur manifester avec leur tracteur à l'époque 

Bref, on est tous dans la même galère. Inflation, salaire, augmentation de tout. Il n'y a pas que les agriculteurs. 

La libre circulation doit être respectée.

Je comprends mais je ne soutiens pas les actions menées qui a mon avis ne servent à rien.

 

Portrait de Romynette12
24/janvier/2024 - 21h26

Total soutien !

Portrait de LEON
24/janvier/2024 - 20h02

Affichez les revenus des députés , des ministres et du président devant les paysans , ça leur donnera du peps ...

Portrait de kuwabara
24/janvier/2024 - 18h50

ca sert a rien !! 8 mois de gilet jaune pour rien...macron va sortir les cheque magique ,avec l argent magique qui existe pas..des miettes ...

Portrait de COLIN33
24/janvier/2024 - 18h34 - depuis l'application mobile

Si tout les agriculteurs européens se mobilisent comme c'est le cas semble t il les choses devraient avancer

Portrait de Ste'ph
24/janvier/2024 - 16h19
Tudo a écrit :

Vous préférez sans doute des photos de l'accident ? 

Non, mais c'est pas autant que ça a un sens, ils sont pas mort durant leur mariage, il était sur un barrage, juste aucun rapport. C'est comme si on parlais d'un mec tué dans une rixe et qu'on mettait une photo de sa communion car il était chrétien, aucun rapport avec l'incident...

Portrait de dede35
24/janvier/2024 - 16h10

Terrible drame . qu'en pensent les écolos, les associations comme L214  qui pourrissent la vie des agriculteurs

Portrait de Tudo
24/janvier/2024 - 15h58
djelloul a écrit :

40 revendications..........Putain ca fait une paille qu ils ont pas revendiqués...ou alors ca s entassait

Demandez plutôt à l'Europe qui a créé de nouvelles normes pour les agriculteurs en très peu de temps. 

Portrait de Tudo
24/janvier/2024 - 15h57
Ste'ph a écrit :

pourquoi une photo de mariage? Le but est de faire pleurer dans les chaumières? Vous avez pas une photo de bébé pour la fille de 12 ans?

Vous préférez sans doute des photos de l'accident ? 

Portrait de Ste'ph
24/janvier/2024 - 14h34

pourquoi une photo de mariage? Le but est de faire pleurer dans les chaumières? Vous avez pas une photo de bébé pour la fille de 12 ans?

Portrait de Dragon13127
24/janvier/2024 - 12h15 - depuis l'application mobile

les exigences des français Macron démission et frexit

Portrait de djelloul
24/janvier/2024 - 12h02

40 revendications..........Putain ca fait une paille qu ils ont pas revendiqués...ou alors ca s entassait

Portrait de Sebber
24/janvier/2024 - 12h00

Donc manifestations blocages et exigences de réponses rapides du gouvernement mais ils ne communiquent leurs revendications que ce soir.... Voilà leurs limites de crédibilité.... D'abord on bloque ensuite on dit ce qu'on veut.... dommage je soutiens leurs besoins et revendications mais suis opposé à leur méthode contre productive

Portrait de kuwabara
24/janvier/2024 - 11h52
Beguin a écrit :

 Mais qui gère  les OQTF en France ?

ils viennent en france sans autoristation , mais pour les renvoyer dans les pays d ou ils appartiennent , faut demander a ces pays l autorisation de les envoyer dans leur propre pays d origine  lolesque !! 

 

Portrait de GLGD
24/janvier/2024 - 10h03
Beguin a écrit :

 Mais qui gère  les OQTF en France ?

Ce sont les gouvernements d'Afrique et d'Asie mineure vu qu'on ne leur force pas la main en coupant les aides, les visas et les transferts d'argent pour qu'ils reprennent leurs ressortissants, donc nos gouvernants les laissent décider au final.

Portrait de kuwabara
24/janvier/2024 - 09h50

vite le chequier macron !! l argent magique !!! c est comme ca que ca va se terminer !! autant eviter la casse , les morts !! sinon le contribuable va payer 2 fois votre incompétence encore

Portrait de rareudofemmoi-6934
24/janvier/2024 - 08h23
Beguin a écrit :

 Mais qui gère  les OQTF en France ?

le père noël 

Portrait de Beguin
24/janvier/2024 - 07h34

 Mais qui gère  les OQTF en France ?