19/12 15:31

L'énorme gaffe du maire de New York à propos des attentats du 11-Septembre 2001, en déclarant à la télé que "tout" peut arriver dans "la meilleure ville du monde", y compris un «avion qui s'écrase dans le "World Trade Center" - VIDEO

Le maire de New York Eric Adams a fait une gaffe à propos des attentats du 11-Septembre 2001 en déclarant que «tout» peut arriver dans «la meilleure ville du monde», y compris un «avion qui s'écrase dans le (World) Trade Center».

«New York. C'est un endroit où on se réveille chaque jour pour tout vivre: entre un avion qui s'écrase dans nos (tours du World) Trade Center et quelqu'un qui fête l'ouverture d'un nouveau commerce», a lancé Eric Adams lors d'une interview dominicale sur une télévision locale, PIX11, qui lui demandait de tirer un bilan de l'année. «C'est une ville très, très compliquée et c'est pour cela que c'est la meilleure ville de la planète», a-t-il ajouté.

Interrogé lundi par l'AFP, un porte-parole de la municipalité n'a pas retiré les propos de l'édile. Les attentats djihadistes du 11-Septembre 2001 aux Etats-Unis (2977 morts au total) avaient mis New York à genoux, après que les deux tours du World Trade Center à Manhattan eurent été détruites par deux avions précipités par Al-Qaïda. C'est un lointain prédécesseur de M. Adams, Rudy Giuliani, qui dirigeait New York City à l'époque et qui a contribué à la redresser.

Eric Adams, au pouvoir depuis le 1er janvier 2022, est un ancien capitaine de police à poigne de l'aile droite du Parti démocrate et le second maire afro-américain de l'histoire de New York. Il est aux prises avec plusieurs crises qui plombent sa popularité: il est visé par une plainte au civil pour des accusations d'agression sexuelle quand il était policier en 1993 et est éclaboussé par une enquête de la police fédérale, le FBI, sur le financement de sa campagne électorale.

Enfin, à 63 ans, Eric Adams est en bisbille avec le gouvernement fédéral à Washington à propos de l'afflux de migrants et demandeurs d'asile à New York depuis 18 mois qui menace, selon lui, de «détruire» cette ville-monde historiquement bâtie sur des vagues successives d'immigration. «Le point faible (de 2023) est clairement les 150.000 migrants et demandeurs d'asile qui représentent un obstacle sur la route du redressement de la ville», a accusé le maire sur PIX11.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions