11/12 11:16

Le patron de X Elon Musk a rouvert le compte, fermé en 2018, du complotiste américain d'extrême-droite Alex Jones sur le réseau social

Elon Musk a rouvert dimanche le compte X (anciennement Twitter), fermé en 2018, du complotiste américain d'extrême-droite Alex Jones, notamment connu pour avoir affirmé qu'un massacre dans une école n'était qu'une mise en scène pilotée par des opposants aux armes à feu.

Le patron du réseau X avait posté, samedi en fin de matinée, un sondage sur son compte: "Réintégrer Alex Jones sur cette plateforme? Vox Populi, Vox Dei (la voix du peuple est la voix de Dieu, NDLR)." Alex Jones est notamment connu pour avoir affirmé que la fusillade de l'école de Sandy Hook, lors de laquelle 20 enfants et six adultes avaient été tués en 2012, n'était qu'une mise en scène.

Près de deux millions d'utilisateurs ont répondu au sondage et le "oui" l'a emporté à 70,1%: "Le peuple a parlé et ainsi doit-il être", a tranché, dans la nuit de samedi à dimanche, le milliardaire, qui défend une approche radicale de la liberté d'expression.

Dimanche matin, le compte d'Alex Jones était de nouveau visible, a constaté une journaliste de l'AFP. Il a reposté un tweet de bienvenue de l'influenceur masculiniste américano-britannique Andrew Tate - sous contrôle judiciaire en Roumanie dans l'attente de son procès pour traite d'êtres humains.

Il devrait aussi prendre la parole pendant deux heures lors d'une interview sur le réseau social dimanche après-midi, selon un tweet de l'homme d'affaires Mario Nawfal: "Soyez prêts pour un moment bouillant avec le grand retour sur X d'Alex Jones." Son précédent post datait du 6 septembre 2018, date à laquelle le réseau social avait annoncé la suspension définitive de ses comptes, après la diffusion de messages et vidéos considérés comme violant le règlement du réseau social.

Elon Musk a racheté en octobre 2022 Twitter, rebaptisé X, qui a vu depuis un assouplissement des règles sur la désinformation, la réduction des équipes de modération des contenus et le retour de nombreuses personnalités controversées.

Plusieurs associations ont constaté une hausse de la désinformation et du harcèlement. Alex Jones avait affirmé que la fusillade dans l'école Sandy Hook de Newton (Connecticut) était une mise en scène des opposants aux armes à feu, et les parents éplorés des "acteurs". Sa théorie avait essaimé sur internet et plusieurs proches des victimes avaient porté plainte pour diffamation, expliquant être harcelés par des fans d'Alex Jones.

Il a été condamné en 2022 à verser près de 1,5 milliard de dollars d'amendes ou de dommages-intérêts, et s'est ensuite déclaré en faillite personnelle, quelques mois après avoir déjà déposé le bilan pour sa compagnie Free Speech Systems. C'est aussi sur son site Infowars, que le rappeur Kanye West s'était livré à une apologie d'Adolf Hitler en décembre 2022.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stbx00
11/décembre/2023 - 16h24
Royalcanin1 a écrit :

Tant qu'on permet à un seul gauchiste de s'exprimer, après les centaines de millions de morts du communisme, et à un seul islamiste de disposer du plus infirme moyen d'expression, aucune censure ne devrait pouvoir s'exercer contre quiconque.

Je ne connais pas ce gus mais généralement le ridicule mot de "complotiste" affuble des gens qu'on veut simplement faire taire et qui ont raison de soulever les problématiques qu'ils soulèvent. N'est-ce pas, le soi-disantvaccin, avec les affaires qui sont enfin en train de sortir ?

Magnifique petite tirade complotiste. "Je ne sais rien sur l'affaire mais je suis sur que c'est un gars qui dit une vérité qui dérange".

Du coup il aurait clairement mieux valu se renseigner. Ce type a simplement fait un paquet de pognon sur le malheur de pauvres gens, notamment le famille qui a perdu son enfant au cours d'une fusillade et qui a subit pendant des mois les insultes et menaces des "adeptes" de ce truand...

Donc non on n'accuse pas les gens de complotisme parcequ'ils ont raison mais simplement parcequ'ils affirment de vérités sans aucun élément de preuve.