28/11 19:30

Israël/Hamas: Dix nouveaux otages israéliens et 2 étrangers ont été remis à la Croix Rouge ce soir - Le mouvement islamiste a débuté le transfert du cinquième groupe d'otages au Comité international de la Croix-Rouge

19h29: Dix nouveaux otages israéliens et 2 étrangers ont été remis à la Croix Rouge ce soir

 

18h26 : D'après une source égyptienne citée par le Wall Street Journal, le mouvement islamiste a débuté le transfert du cinquième groupe d'otages au Comité international de la Croix-Rouge.

17h12 : Yaffa Adar, ex-otage du Hamas de 85 ans, a quitté l'hôpital israélien Wolfson où elle était en observation depuis sa libération vendredi. Des images du Wolfson Medical Center, relayées par i24News, montrent celle qui était l'otage la plus âgée quitter l'établissement sous les applaudissements des soignants.

14h52: Les chefs des services de renseignement américain et israélien se trouvent à Doha mardi pour discuter avec le Premier ministre du Qatar de la « prochaine phase » d'un accord potentiel entre le Hamas et Israël à Gaza, selon une source informée de la visite.

« Le directeur de la CIA et le directeur de l'Agence nationale israélienne de renseignement (Mossad) sont à Doha pour rencontrer le Premier ministre du Qatar, afin de consolider les progrès de l'accord de pause humanitaire prolongée et d'entamer d'autres discussions sur la prochaine phase d'un accord potentiel », a déclaré cette source à l'AFP sous couvert d'anonymat en raison du caractère sensible des discussions.

« Le directeur de la CIA William Burns et le directeur du Mossad David Barnea sont à Doha pour une série de réunions initiées par le Premier ministre du Qatar », Cheikh Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani », a ajouté cette source, en précisant que ces réunions avaient pour objectif d'aborder les termes d'un accord susceptible d'aller au-delà de la trêve en vigueur. « Des responsables égyptiens doivent également participer aux discussions », selon la même source.

Avant cette annonce, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, principal médiateur entre Israël et le Hamas, a déclaré que son pays travaillait à une « trêve durable » à Gaza.

« Notre objectif principal à l'heure actuelle, et notre espoir, est de parvenir à une trêve durable qui mènera à de nouvelles négociations et, éventuellement, à la fin de la guerre », a déclaré Majed Al Ansari dans une conférence de presse. « Cependant, nous travaillons avec ce que nous avons. Et ce que nous avons, c'est qu'on peut prolonger (la trêve) d'un jour à chaque fois que le Hamas est en mesure de garantir la libération d'au moins dix otages », a-t-il expliqué.

L'extension de la trêve, jusqu'à jeudi 05H00 GMT, doit permettre la libération d'environ 20 otages et 60 prisonniers supplémentaires, soit un ratio d'un otage pour trois prisonniers comme les jours précédents.

La trêve négociée sous l'égide du Qatar, avec l'appui de l'Egypte et des Etats-Unis, a permis avant sa prolongation la libération de 50 otages détenus par le Hamas dans le bande de Gaza et de 150 Palestiniens écroués en Israël. Quelque 19 autres otages, en grande partie des travailleurs étrangers, ont été libérés par le Hamas mais hors du cadre de cet accord.

« Nous espérons qu'au cours des prochaines 48 heures, nous obtiendrons davantage d'informations du Hamas concernant le reste des otages », a déclaré M. Ansari. Il a relevé des « violations minimes » de l'accord ces derniers jours, en soulignant toutefois, qu'elles n'affectaient pas de manière significatives cette entente.

Les alliés occidentaux d'Israël, à commencer par les Etats-Unis, n'ont cessé de multiplier les appels en faveur d'une extension de la trêve qui doit permettre en parallèle l'entrée de plus d'aide humanitaire dans la bande de Gaza, assiégée et bombardée pendant plusieurs semaines par l'armée israélienne.

En Israël, 1.200 personnes, en grande majorité des civils, selon les autorités, ont été tuées dans l'attaque du 7 octobre menée par des commandos du Hamas, inédite dans l'histoire du pays. En représailles, Israël a promis d' »anéantir » le Hamas, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël, bombardant sans relâche le territoire palestinien et lançant le 27 octobre une offensive terrestre, jusqu'à la trêve. Dans la bande de Gaza, 14.854 personnes, dont 6.150 âgées de moins de 18 ans, ont été tuées par les frappes israéliennes, selon le gouvernement du Hamas.

Déjà soumis à un blocus israélien terrestre, maritime et aérien depuis 2007, le territoire surpeuplé a été placé le 9 octobre en état de siège total par Israël, et subit depuis de graves pénuries d'eau, de nourriture, de carburant, de médicaments et d'électricité. Plus de la moitié des logements ont été endommagés ou détruits par la guerre, selon l'ONU.

13h37: Le point sur la situation

De nouveaux otages aux mains du Hamas doivent être libérés mardi en échange de prisonniers détenus par Israël, après la prolongation pour deux jours de la trêve dans la bande de Gaza qui offre un répit supplémentaire aux habitants du territoire palestinien dévasté.

L’extension de la trêve, jusqu’à jeudi 05H00 GMT, doit permettre la libération d’environ 20 otages et 60 prisonniers supplémentaires, soit un ratio d’un otage pour trois prisonniers comme les jours précédents.

Dix otages israéliens et 30 prisonniers palestiniens doivent être libérés mardi, a annoncé une source proche du Hamas. Mais, signe d’une situation toujours fragile, un journaliste de l’AFP dans la ville de Gaza a vu mardi l’armée tirer trois obus de char en direction de dizaines de civils qui tentaient de regagner le quartier de Cheikh Radwan. Il a vu au moins un blessé.

L’armée a affirmé que « des suspects s’étaient approchés de troupes israéliennes » et qu’un char avait effectué « des tirs de sommation », tandis que les mouvements palestiniens ont dénoncé des « violations de la trêve » par Israël.

L’extension de la trêve doit permettre en parallèle l’entrée de nouveaux camions d’aide humanitaire dans la bande de Gaza, assiégée et bombardée pendant sept semaines par l’armée israélienne en représailles à l’attaque sanglante lancée par le Hamas contre Israël le 7 octobre.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a salué une « lueur d’espoir (...) au milieu des ténèbres de la guerre ». Malgré l’arrivée via l’Egypte, depuis le 24 novembre, de centaines de camions, les besoins restent immenses et la situation humanitaire « catastrophique », selon un émissaire de l’ONU, dans le petit territoire où 1,7 des 2,4 millions d’habitants ont été déplacés par la guerre.

L’accord de trêve négocié sous l’égide du Qatar, avec l’appui de l’Egypte et des Etats-Unis, a permis jusqu’à présent la libération de 50 otages israéliens détenus à Gaza depuis le 7 octobre, et de 150 Palestiniens écroués dans des prisons israéliennes. Dix-neuf otages étrangers, en grande partie des Thaïlandais vivant en Israël, ont été libérés par le Hamas en dehors du cadre de cet accord.

12h33: Dix otages israéliens doivent être libérés mardi en échange de 30 prisonniers palestiniens, dans le cadre de l'accord de trêve entre Israël et le Hamas, a indiqué à l'AFP une source proche du mouvement islamiste palestinien. "Il y a eu un échange de listes de noms (...) pour le cinquième jour de la trêve, sans qu'il n'y ait d'objection", a-t-il déclaré: "Des travailleurs étrangers retenus à Gaza seront aussi libérés".

10h32: Les trois mineurs français, otages du Hamas qui ont été libérés lundi soir, vont bien, s’est réjouie mardi la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna sur la radio RTL, tout en soulignant « le choc psychologique ».

« Des informations indirectes que j’ai, oui », ils vont bien, a-t-elle déclaré. « Il y a un suivi médical classique, comme toujours dans ces cas mais ils ne semblent pas éprouvés au-delà de cette terrible détention -- 50 jours -- et de ce qu’elle a pu représenter de choc psychologique, de difficultés de vie quotidienne ».

Erez et Sahar Kalderon, 12 et 16 ans, et Eitan Yahalomi, 12 ans, étaient arrivés lundi soir en Israël dans le cadre de l’accord de trêve avec le mouvement islamiste palestinien. Ils avaient été capturés en Israël lors des attaques du 7 octobre.

Les nouvelles « sont bonnes d’abord parce que évidemment cette libération est un réel soulagement et nous le partageons avec la mère de Sahar et Erez, et la grand-mère de Ethan », a ajouté la ministre qui doit s’entretenir avec les familles dans la journée.

« Nous partageons leur joie, leur immense soulagement même si nous devons savoir que ce sont des familles qui sont éprouvées, qui ont perdu un proche ou qui sont sans nouvelle d’un parent », a-t-elle souligné.

Elle a rappelé que le président Emmanuel Macron et elle-même avaient rencontré les familles et que tout le monde restait mobilisé pour faire libérer les cinq autres Français dont certains sont otages, d’autres toujours portés disparus faute de preuve de vie.

Catherine Colonna a par ailleurs fait part de négociations « difficiles » entre le Qatar, qui fait l’intermédiaire, le Hamas et Israël. « Jusqu’au dernier moment, on ne sait pas », a-t-elle expliqué, soulignant que c’est le Hamas, « organisation terroriste responsable d’attentats atroces, abominables, barbares », qui remet des listes au Qatar.

« Puis les otages qui sont appelés à être libérés sont réunis par le même Hamas. Il faut les rassembler, les ramener jusqu’au point de contact qui est le CICR », a-t-elle poursuivi.

« Mais parfois, il y a des discussions sur des noms, le nombre de personnes, la qualité de la personne, si une personne n’a pas pu être retrouvée ou être rassemblée à temps », a-t-elle également dit, expliquant que certains otages étaient aux mains du Hamas, d’autres aux mains du Jihad islamique, d’autres encore « aux mains d’individus ».

« A la fin de la journée (hier), on a un grand ouf de soulagement, je ne vous le cache pas », a-t-elle enfin confié.

09h58: Le point sur la situation ce matin

La trêve entre Israël et le Hamas est prolongée une première fois mardi avec la libération prévue d'autres otages israéliens et prisonniers palestiniens et l'acheminement d'aide dans la bande de Gaza où la situation humanitaire reste "catastrophique". Entré en vigueur vendredi, l'accord négocié sous l'égide du Qatar, avec l'appui de l'Egypte et des Etats-Unis, a permis jusqu'à présent la libération de 50 otages détenus par le Hamas dans le bande de Gaza et de 150 Palestiniens écroués en Israël.

Quelque 19 autres otages, en grande partie des travailleurs étrangers, ont été libérés par le Hamas mais hors du cadre de cet accord. Quelques heures avant la fin de cette trêve, les Etats-Unis et le Qatar ont annoncé sa prolongation pour deux jours, de mardi 5H00 GMT à jeudi 5H00 GMT, ce qui devrait permettre la libération d'environ 20 otages et 60 prisonniers supplémentaires.

"Les parties palestiniennes et israéliennes sont parvenues à un accord pour prolonger la pause humanitaire à Gaza pour deux autres jours et selon les mêmes conditions", soit un ratio d'un otage libéré pour trois prisonniers, a indiqué dans un communiqué le porte-parole de la diplomatie qatarie Majed Bin Mohammed Al-Ansari.

Tôt mardi, le gouvernement israélien a reçu la liste de dix otages devant être libérés dans la journée sans toutefois dévoiler leurs noms, selon les médias israéliens. Dans la nuit, onze otages israéliens avaient été libérés de la bande de Gaza, dont trois ayant la double nationalité française - Erez et Sahar Kalderon, 12 et 16 ans, et Eitan Yahalomi.

Le président français Emmanuel Macron s'est dit "extrêmement heureux" de ces libérations. "Immense joie" mais "incomplète" car le père d'Erez et Sahar reste aux mains du Hamas et des otages à Gaza, ont commenté à l'AFP les avocats de la famille Kalderon. Peu après, Israël a libéré 33 Palestiniens écroués dans ses prisons, y compris Mohamed Abou al-Humus.

06h28: Les familles ont été prévenues aux alentours de 17 heures (heure française). Hadas, la mère des deux adolescents, a alors laissé éclater sa joie au beau milieu du centre commercial où elle se trouvait lorsqu’elle a été prévenue de leur libération imminente par les autorités israéliennes. « Ils sont libres, ils sont libres, je vais les voir, ouvrez le champagne ! » a-t-elle hurlé, au milieu de la foule. De son côté, la mère d’Eitan, Batsheva, est immédiatement partie en direction de la frontière avec la bande de Gaz

05h51: Au quatrième jour de la trêve humanitaire, Eitan Yahalomi, 12 ans, Sahar Kelderon, 16 ans et son petit frère Erez Kalderon, 12 ans, ont pu retrouver leurs familles. Les trois adolescents français, retenus depuis plusieurs semaines par les terroristes du Hamas, figurent sur la liste des onze otages israéliens qui ont été libérés ce lundi soir.

Erez et Sahar viennent du kibboutz de Nir Oz, situé à la frontière israélienne avec la bande de Gaza, et ont été kidnappés le premier jour des attaques, avec leur père Ofer, 53 ans, lui aussi otage du Hamas. 

Originaire du même kibboutz, Eitan Yahalomi avait été enlevé avec son père alors qu’ils s’étaient réfugiés dans un abri.

Jocelyne, grand-mère d'Eitan, a réagi sur CNEWS après la libération de son petit-fils, otage franco-israélien libéré ce lundi 27 novembre des mains du Hamas. «J'étais toujours portée par cette certitude que je le reverrai», a-t-elle déclaré.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de christ59200
28/novembre/2023 - 17h59
Reda 93 a écrit :

Je comprend pas, on nous dit depuis le début de la guerre qu'un mort Palestinien vaut un mort Israélien.

Mais 1 otage Israélien vaut 3 otages Palestiniens, faudrait savoir !

 

Peut être que les isräliens tiennent plus à leurs ressortissants que les palestiniens et préfèrent faire des concessions...

Portrait de christ59200
28/novembre/2023 - 17h57
Dalors a écrit :

Car Israël a enfermé tellement de palestiniens innocents qu'ils peuvent bien en donner 3, ils en ont des milliers.

 

Que les gazaouis se débarassent du hamas et ils pourront vivre en paix avec Israël. Car je suppose que ces tristes sires (hamas) profitent du cessez le feu pour se reconstruire de quoi attaquer l'état hébreu... Avec les conséquences qu'on connait. Les dons financiers qui sont fait à Gaza devrait servir à les aider à construire des usines de désalinisation (EAU) des usines photovoltaïques (COURANT) acheter du matériel médical, de pêche (ils ont quand même accés à la mer) bref assurer une certaine indépendance !!! Mais non ils préfèrent utiliser ces fonds pour acheter des armes... 

Portrait de Archimede
28/novembre/2023 - 16h14

La vie d'un nazislamiste inutile, malsain, toxique, rageux, endoctriné dans la glorification de la mort, qui passe son temps à fomenter des coups bas, à nuire, à embrigader les autres dans la haine ... cette vie vaut-elle vraiment la peine d'être vécue ?

Cette vie vaut-elle vraiment autant que celle d'un occidental cultivé, instruit et productif ?

J'ai ma réponse.

Portrait de Reda 93
28/novembre/2023 - 15h01

Je comprend pas, on nous dit depuis le début de la guerre qu'un mort Palestinien vaut un mort Israélien.

Mais 1 otage Israélien vaut 3 otages Palestiniens, faudrait savoir !