23/11 13:02

Jeux Olympiques 2024: La maire de Paris, Anne Hidalgo, estime qu’"on ne va pas être prêt" sur les transports publics, évoquant un nombre et une fréquence de trains insuffisants à certains endroits

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a estimé mercredi soir qu’« on ne va pas être prêt » sur les transports publics dans la capitale au moment des Jeux olympiques 2024, évoquant un nombre et une fréquence de trains insuffisants à certains endroits. Interrogée dans l’émission Quotidien de TMC, la maire socialiste a parlé de « deux choses sur lesquelles on ne va pas être prêt », à savoir « les transports » et « la mise à l’abri des personnes sans domicile » fixe.

« On est quand même dans une difficulté, déjà, dans les transports du quotidien, et on n’arrive pas à rattraper le niveau (...) de ponctualité, de confort pour les Parisiennes et les Parisiens », a relevé Anne Hidalgo. Invitée à préciser ce qui ne serait pas prêt pour les Jeux olympiques (26 juillet - 11 août) et paralympiques (28 août - 8 septembre), la maire a évoqué la future station du RER E Porte Maillot.

« En fait, il y a des endroits où les transports ne seront pas prêts parce qu’il n’y aura pas le nombre de trains et la fréquence », a-t-elle développé. Comme on lui demandait si la responsabilité en incombait à la Région Île-de-France, qui a autorité sur les transports franciliens, Anne Hidalgo a répondu: « le gouvernement un peu aussi ». « Mais on fait tout ça ensemble, donc je me sens concernée aussi », a-t-elle ajouté.

Le ministre délégué chargé des Transports n’a pas tardé à réagir. Utilisant un célèbre mème (image détournée) sur le réseau social X, Clément Beaune a déploré que la maire de Paris préfère « essayer de faire le buzz sur Quotidien » plutôt que de « participer aux huit comités stratégiques sur les transports pour préparer » les Jeux.

« Nous aurions apprécié la présence d’Anne Hidalgo aux comités des mobilités des Jeux olympiques et paralympiques si elle a des propositions à faire sur les transports », l’a également taclée la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse (LR), sur X.

« Merci à elle de résoudre le problème des embouteillages dans Paris pour permettre la circulation des bus ! », a-t-elle encore ironisé.

La mobilité en région parisienne durant les Jeux olympiques et paralympiques constitue un défi pour les autorités, « parce qu’on a pris l’engagement que 100% de l’accès aux sites de compétition puisse se faire en transports publics », avait souligné Clément Beaune fin octobre.

Près de 15 millions de spectateurs et d’accrédités sont attendus pour assister aux épreuves, dont l’immense majorité auront lieu à Paris et en Île-de-France.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de X232
23/novembre/2023 - 21h05

Gestion Hidalgo = c'est ma ville mais c'est tous les Français qui payent, car c'est l'état qui garanti le budget....

Et j'adore le terme « la mise à l’abri des personnes sans domicile » fixe = faire place nette, donc les fourguer aux autres... Mais elle oublis que c'est elle qui les accueillent à bras ouvert...

Et dire que cette femme était inspectrice du travail; combien de patrons on du êtres en dépression en ayant affaire à elle.....

 

Portrait de BREIZ Mike
23/novembre/2023 - 18h05

C'est maintenant qu'elle s'en rend compte! Ligne 13 , la pire du monde toujours blindée, la 12 un sdf à toutes les stations, la 4 on crève de chaud l'été et on gèle l'hiver la ligne 15 qui aurait du être prête pour 2024 ne le sera pas avant 2025 voire 2030 pour certains tronçons

Portrait de MICMAH458
23/novembre/2023 - 15h58

J'ai hâte d'y être : pour les jeux, accessoirement car toutes les disciplines ne m'intéressent pas, mais surtout pour voir le bordel immense qui va perturber Paris pendant plusieurs semaines.  Les élus, hidalgo en tête et après avoir viré à 180°, ont voulu absolument avoir les J.O. dans la capitale, ils ont fait des pieds et des mains pour les obtenir,  et ils vont seulement se rendre compte maintenant de ce que cela implique.  Evidemment que tout ne sera pas prêt et on pourra constater de nombreux dysfonctionnements.  Et je ne parle pas des incivilités, des grèves dans les transports puisque ce sera le bon moment pour demander encore et toujours des augmentations, même combats pour les éboueurs soit dit en passant, du trafic de drogues diverses et variées, des agressions, des vols, voire des attentats plus importants encore qui vont tomber sur la tête des parisiens.