17/11 19:35

Rencontre de Saint-Denis avec Emmanuel Macron : Un référendum sur l'immigration n’est plus à l'ordre du jour, selon les participants à cette réunion

Emmanuel Macron et les chefs de partis réunis vendredi à Saint-Denis ont conclu qu'un référendum sur l'immigration n'était pas d'actualité en l'absence de consensus sur le sujet, ont indiqué plusieurs participants à l'issue de la réunion. «Il n'y aura pas de référendum sur l'immigration», a annoncé Marine Tondelier (EELV).

«Un consensus s'est dégagé autour de la table sur le fait qu'il paraissait compliqué d'élargir la possibilité de tenir des référendums sur des sujets sociétaux tels que l'immigration», a renchéri Fabien Roussel (Parti communiste).

«Le président n'envisage pas pour l'instant cette possibilité», a affirmé Jordan Bardella (Rassemblement national), seul participant présent à réclamer cette consultation.

Emmanuel Macron a longuement discuté de la situation internationale vendredi avec les chefs de parti qui avaient répondu présent pour les deuxièmes «rencontres de Saint-Denis», avant d'entrer dans le vif du sujet sur l'élargissement du champ du référendum et les réformes institutionnelles.

Pour ce nouveau rendez-vous, Éric Ciotti (Les Républicains), Olivier Faure (Parti socialiste) et Manuel Bompard (La France Insoumise) avaient fait défection, au grand dam du chef de l'Etat qui entendait ainsi «créer du consensus» dans un pays fracturé.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de LEON
18/novembre/2023 - 17h55

C'est normal ; c'est qui' il y ait un référendum qui aurait été surprenant .

Portrait de Arthur 3000
18/novembre/2023 - 16h03
bergil a écrit :

Vous qui êtes super intelligent vous prenez tous les Français pour des c.ns !

Bah, De Gaulle disait bien des Français qu'ils sont des veaux non ? CQFD.

Je m'adressais surtout à ceux sur ce site qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et qui piétinent bien souvent certains passages de notre Droit.

Et sinon, rien sur le fond ?

Un avis sur la révision de la Constitution en son l'article 11 qui nécessite une entente parfaite sur le choix des mots par les 3/5 des membres du parlement réunis en Congrès soit 555 parlementaires ?

Parce qu'évidemment ajouter le mot sociétaux à la Constitution ne suffira pas hein. Il faut impérativement définir ce que c'est que "sociétaux" afin de ne pas ouvrir la porte à tout.

Portrait de bergil
18/novembre/2023 - 10h27
Arthur 3000 a écrit :

Ah, nos aficionados des referendums...

Le Français votant avec ses pieds et non avec son cerveau, cela promet, surtout que ce sera un vote des débiles contre le Gouvernement plutôt que le fond de la question.

J'aime bien prendre l'exemple des Suisses qui il y a quelques années ont voté contre six semaines de congés payés par an (au lieu de deux obligatoires + éventuellement une ajoutée par les cantons) ou le vote contre l'instauration d'un salaire minimum légal au niveau national.

L'autre piège du référendum étant bien sûr la formulation des questions (coucou Orban et son référendum anti-LGBT)...

Ici il ne s'agit même pas d'un refus de référendum mais de la modification de l'article 11 de la Constitution afin de permettre les référendums sociétaux.

Et comme d'habitude, nos politiques tous bords confondus ne sont pas d'accord sur les termes de l'élargissement avec comme conséquence de ne rien faire au final.

Vous qui êtes super intelligent vous prenez tous les Français pour des c.ns !

Portrait de Rick18
18/novembre/2023 - 08h45

C'est parce qu'il sait quel serait le résultat et que les Français voudraient un énorme STOP de l'immigration, que les associations crieraient au racisme etc etc

Portrait de COLIN33
18/novembre/2023 - 08h35 - depuis l'application mobile

Conférences, réunions.....du vent, comme le disait Chirac ça fait pschitt !

Portrait de KERCLAUDE
18/novembre/2023 - 08h25

La réunionite : maladie de la France. 

Portrait de Fpt01
18/novembre/2023 - 08h07 - depuis l'application mobile

La parole des français, elle est dans les urnes mais une fois devant les 2 derniers bulletins, le manque de courage les envahit et il revote pour celui qu’ils détestent comment s’en sortir ?

Portrait de Tempura
18/novembre/2023 - 05h47

Ce référendum a déjà eu lieu en 2022.

Zemmour a mis ce sujet au centre de la campagne présidentielle, ce qu'aucun politique n'a voulu faire depuis 2002.

Les français ont eu enfin la possibilité de mettre un terme à l'immigration et à toute la politique génocidaire de la gauche, et ils ont voté contre à 93%. Puis ils ont renouvelé le mandat du président le plus immigrationniste de l'histoire.

Donc la réponse est très claire, que ce soit consciemment, par conditionnement ou par pure connerie, oui les français veulent cette immigration d'islamo-racailles. Ils veulent du nahel du traoré du terroriste, ça leur plait de se noyer dans ce tsunami de caca.

Portrait de Arthur 3000
18/novembre/2023 - 00h27

Ah, nos aficionados des referendums...

Le Français votant avec ses pieds et non avec son cerveau, cela promet, surtout que ce sera un vote des débiles contre le Gouvernement plutôt que le fond de la question.

J'aime bien prendre l'exemple des Suisses qui il y a quelques années ont voté contre six semaines de congés payés par an (au lieu de deux obligatoires + éventuellement une ajoutée par les cantons) ou le vote contre l'instauration d'un salaire minimum légal au niveau national.

L'autre piège du référendum étant bien sûr la formulation des questions (coucou Orban et son référendum anti-LGBT)...

Ici il ne s'agit même pas d'un refus de référendum mais de la modification de l'article 11 de la Constitution afin de permettre les référendums sociétaux.

Et comme d'habitude, nos politiques tous bords confondus ne sont pas d'accord sur les termes de l'élargissement avec comme conséquence de ne rien faire au final.

Portrait de MICMAH458
17/novembre/2023 - 20h51
KosMik06 a écrit :

Tu m'étonnes... il a trop peur du résultat!

Bien évidemment.  Un referendum (c'est-à-dire donner la parole au peuple, rien de plus, rien de moins) sur ce sujet, est ce qui lui aurait demandé le plus grand courage durant les dix ans du mandat, et il n'a jamais eu l'intention de demander leur avis aux français.  Mais ce courage il ne l'a justement pas.  Il fait en somme comme d'habitude, il lance en l'air des propositions, il réfléchit à des éventualités pour le futur, et tout ceci pour gagner du temps, pour calmer les esprits du moment, pour acheter à coups de milliards une sorte de paix sociale, selon l'expression consacrée.  En fin de compte, rien ne change, et il continue de plus belle les pratiques de l'"ancien monde" qu'il avait tant décrié au moment de sa première élection : 6 ans après, on attend toujours le "nouveau monde" qu'il nous avait tant promis, comme tout le reste d'ailleurs.

Portrait de LEON
17/novembre/2023 - 19h42

Un référendum sur l'immigration ? qui pourrait y croire ? le président n'a jamais montré un amour immodéré pour la démocratie ...

Portrait de KosMik06
17/novembre/2023 - 19h39

Tu m'étonnes... il a trop peur du résultat!