20/09 11:02

Les greffiers sont toujours "en colère" et leur principal syndicat a appelé à une journée "Justice morte" demain: "Les personnels ne sont pas reconnus dans leurs missions"

Les greffiers sont toujours « en colère » et leur principal syndicat a appelé à une journée « Justice morte » jeudi alors que les négociations avec la Chancellerie achoppent sur le nombre de greffiers qui passeront en catégorie A dès 2024.

« Les personnels ne sont pas reconnus dans leurs missions et travaillent dans des conditions de travail qui ne sont pas dignes d’un pays comme la France », a expliqué mardi à l’AFP Hervé Bonglet, secrétaire général de l’Unsa Services judiciaires (majoritaire). « Nous appelons à une journée de "Justice morte" le 21 septembre et nous pensons qu’elle sera très suivie », a-t-il dit.

Outre l’Unsa Services judiciaires, la CGT Chancellerie et Services judiciaires a déposé un préavis de grève valable jusqu’à fin octobre.

Dès ce mardi, à Lyon, toutes les audiences correctionnelles, à l’exception des comparutions immédiates, ont été reportées à des dates ultérieures en raison du mouvement de grève. A 14H00, une trentaine de greffiers, vêtus de leur robe noire agrémentée d’un rabat rouge, en signe de colère, se sont allongés au sol, dans la salle des pas perdus du tribunal judiciaire de Lyon, a constaté un correspondant de l’AFP.

A Poitiers, des greffiers à la cour d’appel se sont rassemblés derrière une banderole: « Ne nous ignorez pas, nous, nous ne vous oublierons pas ». D’autres ont posé devant le tribunal judiciaire de Chambéry (Savoie) derrière le slogan en lettres rouges « greffe en colère », selon le compte X (anciennement Twitter) du tribunal.

Si des négociations ont été entamées entre les organisations syndicales représentatives et le ministère de la Justice, après le mouvement de colère spontané de juin, « elles n’avancent pas aussi vite qu’il le faut », a estimé M. Bonglet en rappelant que le projet de budget de la justice devait être finalisé « la semaine prochaine ».

La principale revendication du syndicat majoritaire vise à obtenir le passage de l’ensemble des greffiers en catégorie A de la fonction publique, soit 10.000 à 11.000 personnes. Si le principe du passage en catégorie A, synonyme d’une meilleure rémunération, est acquis pour les greffiers, on ne sait pas combien seront concernés en 2024.

« Les greffiers sont payés environ 13% en dessous des autres catégories B (catégories équivalentes) de la fonction publique. La loi de programmation justice va entériner la création des attachés de justice (contractuels) qui seront positionnés sur les mêmes missions que les greffiers et payés plus que ces derniers », a détaillé M. Bonglet.

« La direction des services judiciaires, le ministère et la fonction publique reconnaissent le besoin de reconnaissance des greffiers mais ne s’engagent pas à la hauteur de ce que nous souhaitons », a-t-il déploré. Contactée par l’AFP, la Chancellerie n’a pas fait de commentaires.

.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions