23/08 15:31

Sur les 13 établissements scolaires "particulièrement dégradés" lors des émeutes de fin juin-début juillet, cinq ne pourront pas rouvrir à la rentrée, indique le ministre de l'Education Gabriel Attal - Regardez

Sur les 13 établissements scolaires "particulièrement dégradés" lors des émeutes de fin juin-début juillet, cinq ne pourront pas rouvrir à la rentrée, a indiqué mardi le ministre de l'Education et de la Jeunesse, Gabriel Attal.

"Ce que je peux vous dire aujourd'hui (mardi), c'est qu'à l'occasion des émeutes, 250 établissements scolaires ont fait l'objet de dégradations, que parmi ces 250 établissements scolaires, 60 établissements ont fait l'objet d'un départ d'incendie et que sur ces 60 établissements, 13 d'entre eux ont été particulièrement dégradés", a déclaré le nouveau locataire de la rue de Grenelle lors d'une visite dans une école élémentaire à Dijon, visée par un engin incendiaire lors des émeutes qui avaient suivi la mort du jeune Nahel à Nanterre fin juin.

"Sur ces 13 établissements particulièrement dégradés, huit pourront rouvrir et accueillir des élèves souvent avec des aménagements (...) Cinq écoles ne pourront pas accueillir leurs élèves" pour la rentrée du 4 septembre, ce qui représente "autour de 650" écoliers, a-t-il poursuivi lors d'un point de presse.

Il s'agit des écoles maternelles Jean-Zay à Mâcon; Robert-Desnos au Petit-Quevilly (Seine-Maritime); Etang-des-Noës à La Verrière (Yvelines) et des écoles élémentaires Marguerite-Perey (Strasbourg) et Bois-de-l'Etang (La Verrière), ont précisé les services du ministre.

Un peu plus de 12 millions d'écoliers, collégiens et lycéens en France doivent rentrer en classe en septembre, dans près de 60.000 établissements publics ou privés. "D'autres solutions de scolarisation" ont été trouvées pour ces écoles, a assuré le ministre. "Ce sera une solution viable", a-t-il dit, comme par exemple un transport assuré par bus vers une autre école.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions