16/08 20:30

Les trois personnes qui se trouvaient à bord de l'avion de tourisme piloté par le journaliste Gérard Leclerc qui s'est écrasé hier ont été identifiées - "La piste d'un facteur humain ou d'un problème machine est privilégiée"

19h33: Les trois personnes qui se trouvaient à bord de l'avion de tourisme piloté par le journaliste Gérard Leclerc qui s'est écrasé mardi à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantique), ont été identifiées, a annoncé mercredi le parquet de Saint-Nazaire. "Les trois personnes présentes à bord de l'avion ont pu être identifiées" et leurs familles "vont ou ont été entendues", a affirmé le parquet dans un communiqué, sans toutefois divulguer leurs trois identités.

"Un fragment de corps correspondant à une troisième personne de sexe indeterminé", a également été remonté, d'après le parquet. L'avion, qui appartenait à l'aéroclub de Loudun (Vienne), était piloté par le journaliste Gérard Leclerc, 71 ans, auquel de nombreuses personnalités des médias ou du monde politique ont rendu hommage. Michèle Monory, fille de l'ancien ministre et président du Sénat René Monory, ainsi qu'une amie de celle-ci avaient embarqué dans l'avion, selon une source proche du dossier.

Le corps de l'homme et celui de la femme retrouvés mercredi "présentent chacun un polytraumatisme très important, de multiples fractures et des blessures incompatibles avec toute chance de survie", a ajouté le parquet. Les recherches ont permis de remonter des débris de l'avion, dont la plaque d'identification, selon le parquet.

En l'état de l'enquête, "la piste d'un facteur humain ou d'un problème machine est privilégiée".

Les recherches, interrompues dans la nuit et reprises à la mi-journée, ont permis de retrouver "le corps d'un homme sur lequel ont été découverts des effets personnels au nom de Gérard Leclerc" et celui d'une femme, d'après la même source.  

15h50 : Les corps de deux passagers de l'avion de tourisme qui s'est écrasé mardi à Lavau-sur-Loire, avec le journaliste Gérard Leclerc aux commandes, ont été retrouvés mercredi en milieu de journée, a-t-on appris de source proche du dossier. L'identité des deux personnes retrouvées n'a pas été établie à ce stade, a-t-on précisé de même source.

Selon le parquet de Saint-Nazaire, deux à trois personnes avaient pris place à bord du petit Robin DR 400 qui avait décollé de Loudun (Vienne) mardi.

La préfecture de Loire-Atlantique avait dans un premier temps parlé de trois personnes. Le journaliste de Cnews et ancien présentateur de France 2 Gérard Leclerc pilotait l'avion et se rendait à La Baule. Michèle Monory, fille de l'ancien ministre et président du Sénat René Monory, ainsi qu'une amie de celle-ci se trouvaient à bord, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

15h16: Deux corps ont été retrouvés mercredi dans la zone marécageuse où un avion de tourisme piloté par le journaliste Gérard Leclerc s'est écrasé la veille à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantique), a-t-on appris de source proche du dossier. Les deux corps ont été repêchés à la mi-journée, peu après la reprise des recherches, et n'étaient pas identifiés en début d'après-midi, a précisé cette source, confirmant une information d'Ouest-France.

L'avion, qui appartenait à l'aéroclub de Loudun, était piloté par Gérard Leclerc, 71 ans. Michèle Monory, fille de l'ancien ministre et président du Sénat René Monory, ainsi qu'une amie de celle-ci y avaient pris place, selon une source proche du dossier.

La préfecture de Loire-Atlantique avait mentionné dans un premier temps la présence de trois personnes à bord du petit avion mais le parquet de Saint-Nazaire, chargé de l'enquête judiciaire, estimait mardi soir que la présence à bord d'une troisième personne devait encore être confirmée.

L'avion Robin DR 400 avait décollé mardi à 11h07 de l'aérodrome de Loudun (Vienne) à destination de La Baule (Loire-Atlantique), où Gérard Leclerc devait assister jeudi à un concert de son demi-frère, Julien Clerc, selon des proches. Il avait disparu des écrans radar à 11h42 au-dessus de l'estuaire de la Loire et l'alerte avait été rapidement donnée, déclenchant un dispositif de recherches.

15h09: Deux corps ont été repéchés, par les plongeurs de la gendarmerie, selon des sources proches du dossier (RTL)

13h11: Les recherches pour retrouver les occupants d'un avion de tourisme qui s'est écrasé mardi à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantique), parmi lesquels le journaliste de télévision Gérard Leclerc, doivent reprendre mercredi dans une étendue marécageuse de l'estuaire. Les gendarmes bloquent les accès menant à la zone de recherches, empêchant les journalistes, dont ceux de l'AFP, d'arriver en vue des marais où des débris de l'avion ont été retrouvés mardi en fin d'après-midi, plusieurs heures après sa disparition des écrans radar.

Le parquet de Saint-Nazaire, qui coordonne l'enquête judiciaire, n'a donné aucun nouveau détail mercredi matin. Dans un communiqué diffusé dans la nuit, le parquet expliquait que l'avion Robin DR 400 avait décollé mardi à 11h07 de l'aérodrome de Loudun (Vienne) à destination de La Baule (Loire-Atlantique).

"A son bord, se trouvaient un pilote et un ou deux passagers, cette information restant à confirmer", ajoutait le communiqué, sans citer aucune identité. La préfecture de Loire-Atlantique avait dans un premier temps parlé de trois personnes à bord. La fille de l'ancien ministre et président du Sénat René Monory ainsi qu'une amie de celle-ci se trouvaient à bord, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

L'avion, qui appartenait à l'aéroclub de Loudun, était piloté par le journaliste Gérard Leclerc, 71 ans. Il devait assister jeudi à La Baule à un concert donné par son demi-frère Julien Clerc, ont indiqué mercredi des collègues et des proches sur sa chaîne CNews. Le groupe Canal+, auquel appartient CNews, a déploré dès mardi soir sur X (ex-Twitter) le décès du journaliste dans l'accident et lui a rendu hommage, suivi par de nombreuses personnalités des médias ou du monde politique. 

A 11h37, le pilote de l'avion avait annoncé à la tour de contrôle de l'aéroport de Nantes qu'il entrait dans l'espace aérien de Saint-Nazaire mais il n'a plus donné d'autre signe. "Il n'a émis aucun message de détresse. Les données de vol disponibles permettent de suivre la trajectoire de vol jusqu'à 11h42, heure à laquelle il a disparu des radars. Il était alors localisé à proximité de Lavau-sur-Loire", poursuit le communiqué du parquet de Saint-Nazaire.

L'alerte a été donnée et les premiers débris d'avion ont été "repérés dans les canaux, notamment une roue et un morceau d'immatriculation". "Malgré les recherches, aucun corps n'a été retrouvé", indiquait mardi soir le parquet. "Ces recherches sont rendues particulièrement difficiles car l'avion était immergé à plusieurs mètres dans une zone soumise à très forts courants, et dans laquelle la visibilité pour les plongeurs est quasi-nulle", expliquait-il.

Figure de la télévision, Gérard Leclerc avait débuté sa carrière de journaliste à la radio, sur Europe 1 (1978-85) puis RMC (1985) avant de passer trois décennies dans le service public. Il était alors devenu l'un des visages célèbres d'Antenne 2, puis France 2, y enchaînant les postes prestigieux.

Gérard Leclerc était ensuite devenu rédacteur en chef du service politique, économique et social à France 3 (2007-09) avant d'être nommé président de La Chaîne parlementaire-Assemblée nationale (LCP-AN) (2009-15). Il était depuis 2017 éditorialiste sur CNews. Le journaliste était marié à Julie Leclerc (Chantal Séloron à la ville), voix historique d'Europe 1 pendant près de 50 ans, avec laquelle il a eu trois enfants.

Il était aussi le frère cadet de l'artiste Julien Clerc (Paul-Alain Leclerc de son vrai nom), né du même père, dont un concert est programmé dans un festival de La Baule jeudi soir. "Je pense qu'il va chanter", a assuré le chanteur et compositeur Didier Barbelivien, qui dit s'être entretenu mardi soir avec Julien Clerc. "Je pense que ça aurait été le souhait de Gérard, il était venu pour entendre chanter son frère", a poursuivi Didier Barbelivien, qui connaissait M. Leclerc depuis l'adolescence.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
17/août/2023 - 13h51
"La piste d'un facteur humain ou d'un problème machine est privilégiée"...

Ça fait deux pistes, pas une.

Portrait de Upsala
17/août/2023 - 09h09
Bigpower a écrit :

Ils sont forts les enquêteurs quand même !   Grace à leur expérience, ils ont de suite pensé que c'était soit un problème humain, soit un problème mécanique !

La piste d'un malaise à cause du réchauffement climatique pourrait quand même être prise en compte... ! 

Portrait de Bigpower
17/août/2023 - 07h09

Ils sont forts les enquêteurs quand même !   Grace à leur expérience, ils ont de suite pensé que c'était soit un problème humain, soit un problème mécanique !

Portrait de Neutre et conforme

Tous lui rend hommage excepté Bolloré (himself !). C'est dingue, il se croit tout la haut sans aucune considération à ses employés !!! Méprisant !!

Portrait de Neutre et conforme

Tous lui rend hommage excepté Bolloré (himself !). C'est dingue, il se croit tout la haut sans aucune considération à ses employés !!! Méprisant !!

Portrait de mougnos
17/août/2023 - 00h02

Monter dans un avion avec un pilote vacciné est un suicide.

Portrait de JF_Lacour
16/août/2023 - 22h47
Runner37Mxt a écrit :

La collision avec un pigeon, évidemment.

Un pigeon je ne sais pas mais une collision aviaire avec un gros volatile peut envoyer au tas un avion léger comme le DR400.

Cf rapport du BEA concernant l'accident du ROBIN - DR400 - 140B immatriculé F-GNNE survenu le 18 avril 2021.

La collision d'un DR 400 avec un "grand cormoran" de simplement 2.4kg avait sérieusement endommagé l'aile gauche et mis l'avion en piqué : 4 morts ( 3 élèves pilotes et l'instructeur ).

La figure 7 du rapport (  Répartition géographique des colonies de Grands cormorans nicheurs en 2021) est particulièrement intéressante.

Ca ne veut pas dire que c'est ça mais c'est une hypothèse qui n'est pas inenvisageable. 

 

Portrait de Martin Pêcheur

Un problème humain ou matériel est privilégié, ouahhhh, quelle déduction, y aurait il une autre possibilité qui nous aurait échappée ?