10/05/2023 13:40

1er mai: Le photojournaliste Marc Chaumeil porte plainte contre deux policiers pour l'avoir violenté et avoir détruit un objectif d'un de ses appareils photos lors de la manifestation à Paris

Le photojournaliste Marc Chaumeil a porté plainte le 4 mai contre deux policiers pour l'avoir violenté et avoir détruit un objectif d'un de ses appareils photos lors de la manifestation du 1er-Mai à Paris, a-t-on appris mercredi auprès du reporter.

Selon la plainte, déposée auprès de la gendarmerie du Lot et dont l'AFP a eu connaissance, le photojournaliste de 60 ans, collaborant avec l'agence Divergences et régulièrement avec de grands médias nationaux, indique qu'il était "en reportage place de la Nation pour la manifestation du 1er-Mai", avec son brassard presse "très visible".

"J'ai été frappé et bousculé par un policier d'une brigade d'intervention qui est arrivé dans mon dos. Il m'a jeté à terre. J'ai essayé de me relever quand un second policier m'a jeté à nouveau à terre. J'ai depuis des douleurs dans l'épaule gauche", détaille M. Chaumeil, évoquant "un coup de matraque" à l'endroit précis où se trouvait son brassard presse.

"Un de mes appareils photo a été abîmé. L'objectif qui était sur cet appareil a été brisé en deux" et n'est pas réparable, dénonce le reporter, pour lequel un certificat médical mentionnant trois jours d'interruption temporaire de travail (ITT).

L'Association de la presse judiciaire a apporté mardi "tout son soutien" à M. Chaumeil, qui en est membre. Au moins un autre reporter, le journaliste de Brut Rémy Buisine, a également porté plainte vendredi pour des violences dont il accuse la police le 1er-Mai à Paris, et visibles sur des vidéos.

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) avait appelé fin mars le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à "mettre fin aux violences policières contre les journalistes" lors des manifestations contre la réforme des retraites.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de MICMAH458
10/mai/2023 - 14h11

Peine perdue pour ce journaliste : sa plainte n'a aucune chance d'aboutir, vu que ce sont des flics qui recherchent, jugent et punissent d'autres flics.  Tout ceci est biaisé depuis le départ.  Et comment voulez-vous les reconnaître ?  Quand on voit la photo des Brav-M, j'ai la désagréable impression de voir Blacks Blocs contre lesquels ils se battent, tant ils sont habillés et camouflés pareil.  On dirait de plus en plus des combats de rue entre deux bandes rivales.