23/04 16:02

Quelque 30% des vols en Europe, soit "plus de 10 millions" de passagers aériens, ont été touchés depuis début mars par les grèves d'aiguilleurs du ciel français contre la réforme des retraites

Quelque 30% des vols en Europe, soit "plus de 10 millions" de passagers aériens, ont été touchés depuis début mars par les grèves d'aiguilleurs du ciel français contre la réforme des retraites, a affirmé Eurocontrol.

Selon un bilan de l'organisme de surveillance du trafic aérien en Europe, disponible sur son site internet, il y a eu "34 jours de mouvement social" affectant le trafic aérien en Europe entre le 1er mars et le 9 avril, principalement du fait de contrôleurs français, mais aussi allemands.

Ce chiffre est à comparer aux cinq jours de grève d'aiguilleurs du ciel français pour toute l'année 2022, a souligné Eurocontrol.

Ces 34 jours ont "eu un effet potentiel sur 237.000 vols" partant, arrivant ou transitant par les espaces aériens des pays concernés, "surtout la France", selon la même source.

Des contrôleurs aériens ont participé à la contestation de la réforme des retraites en France, forçant la Direction générale de l'aviation civile à demander l'annulation d'une partie des mouvements au départ ou à l'arrivée des aéroports, mais aussi à réduire le nombre de vols pouvant traverser l'espace aérien du pays.

Vu la position géographique de la France, ces grèves ont eu des effets en cascade sur l'ensemble du trafic aérien européen.

Les 10 millions de personnes touchées entre mars et avril ont dans leur grande majorité subi des retards: la ponctualité est tombée de 79,8% à 70,5% les jours de mouvement social. Mais "chaque jour de grève, environ 64.000 passagers n'ont pas pu voler comme prévu en raison d'annulations", a estimé Eurocontrol.

De même source, entre le 7 mars et le 9 avril, les compagnies aériennes ont subi en moyenne 14 millions d'euros de coûts supplémentaires par jour, que ce soit à cause des annulations (8 millions) ou des retards (6 millions).

Et pour éviter les zones du contrôle aérien français, les transporteurs ont volé en moyenne 96.000 km de plus par jour de grève, augmentations de la consommation de carburant et des émissions de CO2 à la clé, a fait valoir l'organisme.

Fin mars, la principale organisation de compagnies européennes, Airlines for Europe, avait appelé la Commmission européenne à agir pour protéger les survols du territoire français en cas de grève des contrôleurs aériens, comme cela existe déjà en Italie et en Espagne.

Ailleurs sur le web

Vos réactions